DANS ESPRIT YOGA, JE PARLE DU BON YOGA (ENFIN PRESQUE)

Dans le numéro 35 de Esprit Yoga, vous me lirez page 94. Je parle de cette notion un peu vide à mon sens de « bien » faire du yoga. Est-ce que le « bon » yoga doit être rigoureux ou récréatif? Ou est-ce que comme moi, vous suivez la voie du milieu?

laurence-gay-yoga-paris-marseille-coach-contributrice-magazine-esprit-yoga-numero-35


Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

DANS ESPRIT YOGA, JE PARLE DU BON YOGA (ENFIN PRESQUE)

TERRE + FORCE DU CENTRE : STAGES YOGA JAN/FEV

wp-1484844463159.jpg

 

 

STAGES D’AUTO-PRATIQUE DE YOGA A MARSEILLE ET PARIS

  • Terre et centre du corps
    Travailler sur la subtilité de l’ancrage, l’ouverture des hanches et la puissance du centre du corps en rapport avec le bas du corps. Focus sur gurudasana et bhujapidasana

Lors de ces stages interactifs, nous explorerons un angle de pratique de yoga cohérent avec les besoins énergétiques du moment et passerons en revue un certain nombre d’options d’exercices de yoga pour que chaque participant trouve un panel d’exercices qu’il puisse s’approprier et reproduire en toute intelligence chez lui. Je vous fournis un support papier que vous complèterez avec vos propres notes pour vous constituer un précieux guide de pratique personnel. Pour vous accompagner au mieux après le stage, je vous propose deux options supplémentaires :

  1. Mise à disposition en ligne et pendant 6 semaines d’une vidéo qui regroupe les exercices clés détaillés lors du stage (possibilité de commander en ligne cette option payante après le stage)
  2. Entretien sur skype pour répondre à vos questions spécifiques concernant la mise en pratique de la pratique qui aura fait l’objet du stage (30 min : 45€ / 1h : 60€)

DATES

  • dim 29/1 / Paris / 13h-16h
  • sam 4/2 / Marseille / 10h-13h

PROCHAIN THEME ET DATES

  • Introductions aux inversions et centre du corps
    / dim 12/3 / Paris / 13h-16h
    / sam 18/3 / Marseille /10h-13h

TARIFS

Tarif 65€ / 55€ par personne si vous réservez pour 2 personnes

S’INSCRIRE

Cela se fait en ligne.

 

TERRE + FORCE DU CENTRE : STAGES YOGA JAN/FEV

RECHERCHER LE BONHEUR A-T-IL DU SENS?

laurence-gay-yoga-marseille-paris-graf-ninja-tortue.jpg
Photo prise à Marseille par moi.

Mes lectures de fin d’année ont fait tilt pour beaucoup de raisons. Je me dois de partager l’une d’elles avec vous : In 2017, pursue meaning instead of happiness (En 2017, chercher du sens plutôt que du bonheur), un article paru le 30 décembre 2016 sur le site New York et écrit par Emily Esfahani Smith et Jennifer Aaker. L’article original (voir lien au-dessus) est en anglais, je l’ai partiellement retranscrit en français. Que cette lecture vous rende heureux, ou emprunt de sens, ou les deux.


« 

(…)

Des psychologues se sont penchés d’un peu plus près sur les effets de la quête du bonheur et ont mis au jour des résultats troublants. Il se trouve que la recherche de bonheur affecte défavorablement notre bien-être.

En philosophie cela fait longtemps qu’on établit une distinction entre bonheur et sens. Pendant des siècles, la philosophie reconnait deux formes de bien-être : hedonia, ce mot du grec ancien qui fait référence à ce que les scientifiques du comportement appellent bonheur et eudaimonia, mot qui lui relève du sens. Une vie heureuse est définie comme motivée par le plaisir et la jouissance alors qu’une vie pleine de sens dépasse cela. Dans son ouvrage à paraitre prochainement, Emily Esfahani Smith a passé en revue de nombreux rapports empiriques issus de recherches de plus en plus nombreuses sur la quête de sens ainsi que des oeuvres de grands penseurs comme Aristote, Tolstoï ou encore Camus. Elle explique que les caractéristiques d’une vie pleine de sens sont en lien et enrichissent quelque chose au-delà de soi, chose qui peut être sa famille, son travail, la Nature ou Dieu.

Mais parce que la quête de sens implique de s’impliquer dans quelque chose de plus vaste, une vie pleine de sens est souvent stressante, demande de fournir des efforts et de se battre.

(…)

Bien sûr on peut cumuler bonheur et sens.

(…)

Dans deux études portant sur le suivi de 400 américains (publiées dans The Journal of Positive Psychology), Jennifer Aaker et ses collègues ont étudié un groupes d’individus dont une partie se sent ‘haut’ en bonheur, mais ‘bas’ en sens et l’autre ‘haut’ en sens et ‘bas’ en bonheur. Ils ont pu déceler des différences notables sur la manière dont ils mènent leurs vies.

Ceux du groupe des ‘heureux’ ont tendance à éviter les relations compliquées ou exigeantes, se décrivent comme autonomes et passent le plus clair de leur temps à penser à leur ressenti dans le moment. Quant au groupe des ‘pleins de sens’, ils passent plus de temps à aider les autres, avec des amis ou à s’occuper d’enfants et à penser au passé, au présent et à l’avenir.

Bien que les personnes tirent du sens de sources différentes, les vies pleines de sens partagent trois composantes comme nous l’explique un rapport publié en 2016 dans Review of General Psychology. Après une une étude approfondie de textes, les psychologues Login George and Crystal Park de l’université du Connecticut ont identifié trois caractéristiques:

– LA FINALITE : la mesure selon laquelle on se sent mû et motivé par des objectifs de vie porteurs de valeurs.

– LA COMPREHENSION : la capacité à comprendre et donner une signification à ses expériences de vie et les tisser en un tout cohérent.

– L’IMPORTANCE : la croyance que son existence est significative et a de la valeur.

Ainsi quand une personne parle d’avoir une vie pleine de sens, elle implique qu’elle ressent sa vie comme ayant une finalité, de la cohérence et de la valeur.

Le sens n’est toutefois pas quelque chose que l’on possède ou pas. C’est une approche, un état d’esprit. On peut choisir la quête du bonheur et la quête de sens. Dans un récent travail, Veronika Huta et Richard Ryan ont découvert que les gens se comportent différemment selon qu’ils recherchent l’un ou l’autre et que cela a une influence sur leur bien-être. L’une de leur études porte sur un groupe d’étudiants à qui on a demandé de poursuivre une quête de bonheur ou une quête de sens pendant dix jours. Ceux qui ont choisi la quête de sens se sont consacrés pour beaucoup à pardonner à un ami, étudier et aider ou remonter le moral à quelqu’un d’autre. Ceux du groupe de la quête de bonheur ont rapporté s’être consacrés à des grasses matinées, aux jeux et au grignotage de bonbons.

Les étudiants du groupe ‘heureux’ ont dit ressentir plus de sentiments positifs et moins de sentiments négatifs tout de suite après les dix jours. Trois mois plus tard, l’élan de bonne humeur avait disparu. Les étudiants du groupe de ‘la quête de sens’ ne se sont pas sentis aussi heureux juste après la période des dix jours, ce qui s’explique. Chercher à donner du sens en aidant un ami par exemple demande sacrifice et effort et peut même faire souffrir sur le moment. Toutefois, trois mois plus tard, ces mêmes étudiants ont dit se sentir « enrichis », « inspirés », et faisant « partie de quelque chose de plus grand que moi ». Ils ont aussi précisé ressentir moins de sentiments négatifs. Sur le long terme la quête de sens semble s’avérer plus profondément satisfaisante que la quête du bonheur.

Viktor Frankl, rescapé de l’Holocauste et auteur du livre Man’s Search for Meaning n’aurait pas été surpris. « Pour les Européens, c’est une caractéristique de la culture Américaine que cette injonction répétée du bonheur. Mais on ne peut pas rechercher le bonheur, il doit découler de quelque chose. On doit avoir une raison d’être heureux. » »


RECHERCHER LE BONHEUR A-T-IL DU SENS?

VOUS + MOI + YOGA + BARCELONE = MAI

cours-yoga-e1477924132361

J’anime un long week-end de yoga à Barcelone :

  • Hébergement sur 3 jours du vendredi 5 au lundi 8 mai 2017
  • 5 sessions de yoga (samedi et dimanche, matin et soir + lundi matin)
  • 3 brunchs (samedi, dimanche et lundi) et 2 diners végétariens (vendredi et dimanche, le samedi soir libre pour diner en ville où bon vous semble)
  • Une visite guidée de la ville de 2h30 en français
  • 11 personnes max, réservations avant avril 2017

appart

Les infos détaillées sont sur le site de la société organisatrice.

Toute demande de renseignement d’ordre logistique, tarifaire et organisationnel est du ressort de Bénédicte : info.yogatravel@gmail.com

NOTE IMPORTANTE : le dimanche 7 mai aura lieu le 2e tour des élections présidentielles en France. Prenez les devants, avant notre séjour, mandatez quelqu’un pour aller voter en votre nom.

barcelone-mer-e1477923012992Je n’ai jamais visité Barcelone, j’ai hâte!

Crédit photo : ©http://www.yogatravel-stages.com

VOUS + MOI + YOGA + BARCELONE = MAI

2017 AVEC MOI : DU YOGA PAS COMME AVANT

wp-1483447056377.jpg

Au cas où vous me liriez sans me connaitre, faisons d’abord connaissance.

Poursuivons.

Transmettre du yoga en 2017

Le ‘cours de yoga‘ est bien souvent devenu mondain ou récréatif et je reconnais qu’en soi, il a une vertu fédératrice bénéfique et nécessaire dans nos contextes de vie. Cette année, je cherche des lieux où proposer des ‘cours de yoga‘ à Marseille. Dès que je trouve, vous en aurez la primeur sur le blog.

Toutefois, je pense aussi que le ‘cours de yoga‘ a souvent perdu de son sens, celui d’exploration de soi par l’apprentissage de techniques. Dans beaucoup de cours, il y a comme une recherche permanente du ‘kiff de yoga’, une recherche du toujours plus. Plus d’assouplissement, plus de force, le tout saupoudré de citations spirituellement convenues. Et bien souvent, des gens m’ont rapporté ne pas se sentir à leur place dans certains cours.

Je constate qu’avec l’évolution de l’offre de yoga, les gens sont dépossédés de leur aptitude primordiale au yoga. L’état de yoga n’appartient ni au très souple, ni au très fort, il est à tout le monde. Le yoga ne s’enferme pas non plus dans du ‘doux’ ou du ‘dynamique’. Cette dichotomie n’existe pas en yoga. Ce sont les deux faces d’une même pièce. A la question ‘faut-il se faire violence en yoga?’, la réponse ne manquera pas de vous surprendre. Cette compartimentation des propositions de styles de yoga génère une certaine confusion sur l’objet de la discipline : rassembler toutes les facettes de notre être et aussi plus globalement sur ce que l’on est vraiment.

2017 – Revendiquer l’universalité du yoga

Parce que la pointe visible de l’iceberg, à savoir les postures de yoga, a pris une tournure de diktat esthétique et athlétique, on cultive un double malentendu. Le travail postural du yoga n’est pas une fin en soi, mais un outil. Il n’y a donc pas de posture idéale (rangeons donc les fantasmes de yoga) mais un rapport vivant, et donc changeant, au corps établi dans la posture. Et deuxièmement, il n’y a pas de postures plus nobles que d’autres. Ce serait comme dire du marteau qu’il est plus noble que le tournevis. Ils ne servent pas aux mêmes artisans, ni à la même chose.

Le mot est sorti. Artisans. Voila ce que j’aimerais que nous devenions, des artisans du yoga. Que nous choisissions avec art les outils nécessaires à l’élaboration du plus bel objet qui soit : notre vie. Afin d’être pleinement qui je suis et servir au mieux ma vie au moment t, ai-je besoin de calmer le jeu ou de me stimuler davantage? Ai-je besoin d’extraversion ou d’intériorisation? Ai-je besoin de créer en moi une dynamique de transformation ou d’ancrage? Ai-je besoin de fermer les yeux ou de focaliser instamment mon regard? Ai-je besoin de mouvement ou d’immobilité? … Les faces d’une même pièce.

2017 – La puissance d’une pratique de yoga personnelle

Pour développer cet art, il faut développer sa sensibilité, et pour développer cette sensibilité intime, il faut être face à soi-même. Cela se fait dans un contenant intelligent aussi appelé ‘pratique de yoga’. Et c’est là mon sujet de prédilection : vous apprendre à cultiver le yoga par vous-même, parce que c’est là que se réalise le véritable enseignement du yoga.

« Je ne peux pas vous apprendre de vérité spirituelle que vous ne connaissiez déjà au plus profond de vous-même. Tout ce que je peux faire, c’est vous rappeler ce que vous avez oublié. » – Eckhart Tolle

Ma proposition de yoga en 2017

  • Les cours de yoga collectifs (voir le calendrier)
  • Les stages d’auto-pratique en groupe de 10 personnes max avec option de mise à disposition de vidéo d’exercices et option d’entretiens de suivi en vidéoconférence après les ateliers (janvier + février : Terre et centre du corps / mars : introduction aux inversions et centre du corps / avril : Ouverture de la poitrine et centre du corps / juin : pure énergie! Voir le calendrier détaillé)
  • Les ateliers thématiques en groupe de 15 personnes max (prochain rendez-vous à Paris en janvier : La structure et le flow, bas du corps, voir les détails)
  • Le programme de yoga personnalisé, sur rendez-vous, en individuel (voir les détails)

Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

2017 AVEC MOI : DU YOGA PAS COMME AVANT

MARIE, 42 ANS, EN RECONVERSION DANS LE DOMAINE DE LA CULTURE

temoignage_yoga_marie-josee_laurence-gay-blog-paris-marseille.jpg

« Après des années a pratiquer différents types de yoga et un hiatus de pratique assez long, j’ai découvert  la méthode du prana vinyasa avec Laurence il y a quelques années  et ce fut un coup de foudre des le premier cours. La fluidité et le rythme de cette pratique m’ont tout de suite attirée et Laurence a une méthode d’enseignement qui vous permet de progresser consciemment quelque soit votre niveau de départ. C’est donc avec beaucoup de regret que j’ai du arrêter la pratique pendant quelques mois pour des raisons de santé. Mais cela m’a permis de confirmer quand j’ai eu le bonheur de reprendre, que j’avais bien trouvé une pratique et un professeur qui me correspondaient. Laurence a su adapter son enseignement à mes contraintes de convalescente et en optant pour un suivi personnalisé avec elle, j’ai pu accélérer de manière exponentielle ma guérison.

Je conseille fortement à quiconque s’intéresse au yoga et veut le pratiquer avec le maximum de bénéfice son stage sur « La structure et le flow » car quelque soit votre niveau ou votre pratique de prédilection, il permet de (re)découvrir et d’approfondir les bases. La conscience des postures s’en trouve enrichie et pour ma part, chaque stage a sensiblement remis mon corps dans son axe et facilité le mouvement. »

Marie, 42 ans, en reconversion dans le domaine de la culture

MARIE, 42 ANS, EN RECONVERSION DANS LE DOMAINE DE LA CULTURE

BENOIT, 40 ANS, CREATIF DANS UN GRAND GROUPE DE LUXE

mudra_laurence-gay-yoga-paris-marseille-blog-temoignage

« Je pratique le yoga depuis 2003, avec des « avec » et avec des « sans », j’ai une pratique principalement ashtanga, et ces derniers temps ma pratique a plutôt été « sans »…

Je te suivais depuis longtemps sur ton blog, en me disant qu’il serait bien que je vienne a tes cours, et puis … j’ai attendu que tu quittes paris pour venir te rencontrer! J’arrivais a ton atelier de ‘Soma Vinyasa’ avec plein de confiance, mais c’était plutôt l’inconnu. Ton accueil, ton sens de l’humour au début pour mettre tout le monde a l’aise, tout ça a beaucoup joué pour la suite! Je ne suis pas habitué a des pratiques dites « lentes » et « libres », ni même au travail des mudras. Quel surprise alors quand le mudra de la fleur de lotus a commencé à prendre sens, à prendre vie, je pensais que la « guérison par le souffle » était une image, et là, le « soma » m’est carrément tombé dessus!!

Je pense avoir fait l’expérience d’une méditation (dont je ne suis pas coutumier….), je n’ai donc pas pu retenir mes larmes de ce nouvel espace que je découvrais en moi, calme, serein, apaisé… J’ai d’ailleurs beaucoup (mais alors beaucoup) pleuré après d’avoir fait cette découverte, et il reste une belle résilience de cette expérience. J’ai repris de plus belle le chemin du tapis!

Deuxième expérience avec toi en ‘Soma Vinyasa’ , deuxième état de grand calme, très profond, très fort.

Voila qui nous amène donc à ta proposition de suivi personnalisé, je ne suis pas un « rat » de studios, et j’ai depuis le début de mon expérience « yogique » souvent pratiqué seul. Je pense que tu peux amener ma pratique à un « autre » niveau, peut-être pas celui du handstand parfait que je me fatigue a chercher (merci instagram, oui je sais….), mais plutôt celui de retrouver cet espace intérieur que tu m’as fait découvrir. »

— Benoit, 40 ans, créatif dans un grand groupe de luxe

BENOIT, 40 ANS, CREATIF DANS UN GRAND GROUPE DE LUXE