DE LA RESSOURCE! ATELIERS YOGA PARIS MARS 2017

banniere_template_basiques
Je vous propose 2 ateliers ultra ressourçants le samedi 11 mars à Paris. L’un et l’autre peuvent être pris indépendamment, combiner les deux peut-être une véritable cure de jouvence au sortir de l’hiver. Nous serons dans une atmosphère dépolluée en plein coeur de Paris. Vos chakras vont (enfin) pouvoir sortir de l’hiver. Suivez ce lien pour en savoir plus sur les tarifs et les réservations.

[CHAKRA VINYASA sam 11/3 14h-15h30]

Méditation en mouvement ouverte à tous pour évoluer en conscience en explorant ces fameux centres nerveux que sont les chakras. Ni langue de bois, ni considérations ‘perchées’. Les chakras sont des noeuds psycho-emotionnels qui fonctionnent comme des transformateurs et accumulateurs d’énergie et de prana (énergie vitale) dans différents endroits du corps. Dans cette session, je vous propose une séquence simple de yoga en mouvement pour créer un flot de conscience qui vise à éveiller graduellement ces centre nerveux. Le but est d’énergiser le corps en stimulant ou en canalisant ce qui a besoin de l’être et de clarifier l’esprit. La session se conclura par des exercices de pranayama. Je profite effectivement de l’atmosphère exceptionnellement pure du centre Element avec son air ionisé dépollué pour vous guider dans des exercices respiratoires qui non seulement vont nourrir subtilement les cellules du corps en boostant l’afflux d’oxygène mais aussi harmoniser le système nerveux et détoxiner en profondeur l’organisme.

[SOMA VINYASA sam 11/3 15h30-17h]

Le terme de relaxation est souvent compris comme un état passif de relâchement plus ou moins diffus dans le corps ou la tête. Je vous propose de revisiter la chose pour la rendre plus riche que ça. Cette session de yoga en mouvement va vous faire aborder un panel d’asanas et de mudras traditionnels d’un souffle neuf et vous conduire, par l’observation de soi, dans un espace de vous-même précieux. Cet espace où l’aptitude inhérente du vivant à se régénérer  se déploie. C’est ce qu’on appelle ‘soma’. Ce sera tout sauf passif. Ce sera doucement actif. Ambitieux, non? Mais à la portée de tous. Attendez-vous à vous sentir apaisé, centré et intimement reconnecté. Le Soma Vinyasa est une approche du Prana Vinyasa, méthode de Shiva Rea, La session de ce jour aura pour fil conducteur l’élément de l’air.

Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

 
DE LA RESSOURCE! ATELIERS YOGA PARIS MARS 2017

LE YOGA EST UN LOUP POUR L’HOMME

yellowstonepark.jpg

Yoga et addiction

En décembre dernier, un monsieur me contactait sur twitter en me posant une question que je ne pouvais pas prendre à la légère. Il me demandait si le yoga pourrait le guérir de l’alcoolisme. Sa question m’a touchée. Je mesurais bien la responsabilité que je prenais en lui répondant. Je lui répondais que le yoga pourrait lui apporter un soutien en marge d’un traitement par un médecin ou un spécialiste. Il me répondit qu’il avait consulté plusieurs spécialistes et que ça ne l’avait pas aidé mais qu’il se sentait attiré par le yoga.

Yoga. Un remède?

Il est vrai qu’actuellement dans les médias, on pose presque toujours le yoga comme la panacée pour résoudre un ‘problème’. Le mal de dos, les insomnies, la ménopause, la mauvaise posture, la dépression, la perte de poids, la libido, les maladies dégénératives, etc. Je ne serais pas non plus surprise d’entendre que le yoga serait aussi préconisé pour traiter l’addiction. Or l’image que l’on véhicule du yoga guérisseur me dérange. Elle me dérange parce qu’elle implique qu’à moins de vouloir résoudre ‘un problème’ la pratique du yoga ne sert pas, alors que les outils du yoga sont avant tout de merveilleux instruments de développement de soi. Oui mais ils soignent aussi me direz-vous. Les témoignages sont innombrables. Faux, le yoga ne soigne pas, l’aptitude à guérir est en nous. Les outils de yoga font circuler la conscience et la force de vie en nous de manière a ce que le corps et l’esprit renouent. C’est en créant ce terreau qui nous remet en harmonie avec les lois naturelles que nous guérissons. L’aspect curatif du yoga est donc un effet collatéral d’un travail de fond qui s’adresse a tous, que l’on soit fragilisé par la maladie (ou des maux), ou pas.

C’est pourquoi lorsque mon interlocuteur sur twitter me dit avoir vraiment envie d’essayer de se guérir par le yoga, je lui répondis ce qui suit : « Peut-être que la meilleure approche serait pour vous d’essayer le yoga, non pas dans l’optique de soigner l’addiction, mais juste par curiosité et pour voir ce que vous en tirez personnellement. Si ça vous aide à vous sentir plus centré et apaisé, ça pourrait aider par la suite dans votre démarche de guérison. »

Le yoga est un loup pour l’homme

Le hasard n’existe pas. Peu de temps après avoir eu cet échange avec ce monsieur, je suis tombée sur les réseaux sociaux sur une vidéo : « Comment les loups changent les rivières. » Ceux qui suivent le blog savent que j’ai un truc pour les loups. Je parlais même de l’apparition du loup dans les cours de yoga. Vous allez comprendre que ma fascination pour cet animal n’a pas fini de m’inspirer. En effet je n’aurais pas pu trouver une illustration plus parfaite de mon propos que cette vidéo. Ce que rapporte la vidéo est tout simplement stupéfiant. Lorsque le loup a été réintroduit en 1995 dans le parc naturel de Yellowstone, il y a eu des effets immédiats prévisibles comme un rééquilibrage de la population de rennes qui était apparemment devenue trop nombreuse, mais ce n’est pas la seule transformation qui a été observée. Les troupeaux de rennes pour se protéger du nouvel arrivant ont redéfini le périmètre de leur territoire loin des plaines ; les arbres des plaines ont pu repousser en abondance permettant à un grand nombre d’espèces animales de revenir peupler les lieux et notamment des espèces bâtisseuses comme le castor qui fournissent par leur construction un habitat permettant aux espèces aquatiques ou amphibies de s’installer. Les loups ont aussi chassé les coyotes permettant à une population variée de mammifères de réinvestir les lieux. La végétation plus abondante a stoppé l’érosion des cours d’eau ; les rivières on changé leur cours. Bref, le loup a transformé non seulement écosystème mais aussi redessiné la géographie du parc.

Quand on s’embarque dans une pratique de yoga, c’est comme réintroduire le loup dans un parc naturel d’où il avait été chassé. Les dynamiques naturelles retrouvées, abondance et puissance de vie se manifestent. Le paysage a retrouvé son sens. Il redevient qui il est. Il a guéri.

Professeurs de yoga à Lyon?

Je profite d’avoir partagé avec vous ces échanges sur twitter pour lancer un appel à des professeurs de yoga qui enseignent à Lyon dans des structures où les tarifs sont bas. Ce monsieur a de petits moyens et il est très motivé. Contactez-moi en commentaire de ce post et je vous mettrai en relation avec lui.

Et nous dans tout ça?

A vos agendas.


Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

LE YOGA EST UN LOUP POUR L’HOMME

J’AI FAIT LES SOLDES CHEZ YOGACONCEPT

iamvibes-alo-yoga-vetements-laurence-gay=blog=paris=marseille

YOGA : DES HAUTS ET DES BAS

Je suis nulle en selfie mais inventive en général. Ci-dessus donc le leggings magnifique de la marque Alo Yoga. Coutures parfaites, qualité de nylon supérieure et léger effet de contention, bref, un vrai vêtement pour les gens qui bougent. J’adore l’imprimé, ils l’appellent Iguana. Et le non moins extraordinaire sweat de la marque anglaise I am Vibes, un molleton de qualité plus plus. Le tout trouvé dans la boutique de yoga parisienne qui met la barre très haut en terme de qualité de vêtement pour le yoga et au-delà : YogaConcept. Au 27 janvier, il restait quelques belles affaires à faire en boutique sur les racks de soldes (-50%). Moi j’dis ça, j’dis rien…

YOGA TEASER

Pour un aperçu en couleur de la tenue, vous la verrez sur Instagram, portee par moi qui plus est, ou en vrai pendant les stages de demain et dimanche.


Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

J’AI FAIT LES SOLDES CHEZ YOGACONCEPT

ATELIER DE YOGA DEBUTANT : SAM 28 JAN

picsart_01-20-06-28-36
– Sam 28 janvier : 14h-17h
– Lieu : Le Centre Element, 7 rue des Guillemites, Paris 4e
– Pour les débutants et ceux qui veulent revoir les bases

Ce stage est adapté aux débutants et à ceux qui veulent revoir les bases d’une pratique posturale de yoga intelligente. Il s’agit d’un yoga en mouvement, il faut donc avoir envie de découvrir une pratique de yoga dans laquelle on apprend à évoluer dans des séquences de postures au rythme de sa respiration. Pendant ce stage, vous apprendrez à établir votre corps dans des asanas (postures) primordiales, ce sont elles qui nous permettent de construire des séquences et vous apprendrez aussi à réguler la respiration pour pouvoir marier asana et respiration. En yoga on parle d’alignement dans l’asana, une notion qui couvre a la fois la création d’une structure avec son corps mais aussi le bon usage de sa concentration, de la respiration et de la prise de conscience qui en découle. Le travail sur la structure se fait dynamiquement, par l’utilisation de la pulsation ou de petits mouvements du corps qui permettent de toucher les actions essentielles à engager dans le corps pour établir l’asana. Après un travail ciblé sur les asanas primordiales, nous allons créer le flow. Nous évoluerons dans un flow spécifique pour assouplir les hanches, renforcer subtilement le bas du corps et le ventre pour favoriser l’ancrage et libérer la colonne vertébrale.


Tarif : 50€ (10% de réduction pour les personnes qui ont déjà suivi cours ou stages avec moi, soit 45€)
– max 15 participants
– Participation soumise à réservation sur le planning atelier du site www.lecentre-element.com. Pour bénéficier de la réduction de 10%, les habitués sont invités à utiliser le code ‘Laurencegay’.

ATELIER DE YOGA DEBUTANT : SAM 28 JAN

DANS ESPRIT YOGA, JE PARLE DU BON YOGA (ENFIN PRESQUE)

Dans le numéro 35 de Esprit Yoga, vous me lirez page 94. Je parle de cette notion un peu vide à mon sens de « bien » faire du yoga. Est-ce que le « bon » yoga doit être rigoureux ou récréatif? Ou est-ce que comme moi, vous suivez la voie du milieu?

laurence-gay-yoga-paris-marseille-coach-contributrice-magazine-esprit-yoga-numero-35


Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

DANS ESPRIT YOGA, JE PARLE DU BON YOGA (ENFIN PRESQUE)

TERRE + FORCE DU CENTRE : STAGES YOGA JAN/FEV

wp-1484844463159.jpg

 

 

STAGES D’AUTO-PRATIQUE DE YOGA A MARSEILLE ET PARIS

  • Terre et centre du corps
    Travailler sur la subtilité de l’ancrage, l’ouverture des hanches et la puissance du centre du corps en rapport avec le bas du corps. Focus sur gurudasana et bhujapidasana

Lors de ces stages interactifs, nous explorerons un angle de pratique de yoga cohérent avec les besoins énergétiques du moment et passerons en revue un certain nombre d’options d’exercices de yoga pour que chaque participant trouve un panel d’exercices qu’il puisse s’approprier et reproduire en toute intelligence chez lui. Je vous fournis un support papier que vous complèterez avec vos propres notes pour vous constituer un précieux guide de pratique personnel. Pour vous accompagner au mieux après le stage, je vous propose deux options supplémentaires :

  1. Mise à disposition en ligne et pendant 6 semaines d’une vidéo qui regroupe les exercices clés détaillés lors du stage (possibilité de commander en ligne cette option payante après le stage)
  2. Entretien sur skype pour répondre à vos questions spécifiques concernant la mise en pratique de la pratique qui aura fait l’objet du stage (30 min : 45€ / 1h : 60€)

DATES

  • dim 29/1 / Paris / 13h-16h
  • sam 4/2 / Marseille / 10h-13h

PROCHAIN THEME ET DATES

  • Introductions aux inversions et centre du corps
    / dim 12/3 / Paris / 13h-16h
    / sam 18/3 / Marseille /10h-13h

TARIFS

Tarif 65€ / 55€ par personne si vous réservez pour 2 personnes

S’INSCRIRE

Cela se fait en ligne.

 

TERRE + FORCE DU CENTRE : STAGES YOGA JAN/FEV

RECHERCHER LE BONHEUR A-T-IL DU SENS?

laurence-gay-yoga-marseille-paris-graf-ninja-tortue.jpg
Photo prise à Marseille par moi.

Mes lectures de fin d’année ont fait tilt pour beaucoup de raisons. Je me dois de partager l’une d’elles avec vous : In 2017, pursue meaning instead of happiness (En 2017, chercher du sens plutôt que du bonheur), un article paru le 30 décembre 2016 sur le site New York et écrit par Emily Esfahani Smith et Jennifer Aaker. L’article original (voir lien au-dessus) est en anglais, je l’ai partiellement retranscrit en français. Que cette lecture vous rende heureux, ou emprunt de sens, ou les deux.


« 

(…)

Des psychologues se sont penchés d’un peu plus près sur les effets de la quête du bonheur et ont mis au jour des résultats troublants. Il se trouve que la recherche de bonheur affecte défavorablement notre bien-être.

En philosophie cela fait longtemps qu’on établit une distinction entre bonheur et sens. Pendant des siècles, la philosophie reconnait deux formes de bien-être : hedonia, ce mot du grec ancien qui fait référence à ce que les scientifiques du comportement appellent bonheur et eudaimonia, mot qui lui relève du sens. Une vie heureuse est définie comme motivée par le plaisir et la jouissance alors qu’une vie pleine de sens dépasse cela. Dans son ouvrage à paraitre prochainement, Emily Esfahani Smith a passé en revue de nombreux rapports empiriques issus de recherches de plus en plus nombreuses sur la quête de sens ainsi que des oeuvres de grands penseurs comme Aristote, Tolstoï ou encore Camus. Elle explique que les caractéristiques d’une vie pleine de sens sont en lien et enrichissent quelque chose au-delà de soi, chose qui peut être sa famille, son travail, la Nature ou Dieu.

Mais parce que la quête de sens implique de s’impliquer dans quelque chose de plus vaste, une vie pleine de sens est souvent stressante, demande de fournir des efforts et de se battre.

(…)

Bien sûr on peut cumuler bonheur et sens.

(…)

Dans deux études portant sur le suivi de 400 américains (publiées dans The Journal of Positive Psychology), Jennifer Aaker et ses collègues ont étudié un groupes d’individus dont une partie se sent ‘haut’ en bonheur, mais ‘bas’ en sens et l’autre ‘haut’ en sens et ‘bas’ en bonheur. Ils ont pu déceler des différences notables sur la manière dont ils mènent leurs vies.

Ceux du groupe des ‘heureux’ ont tendance à éviter les relations compliquées ou exigeantes, se décrivent comme autonomes et passent le plus clair de leur temps à penser à leur ressenti dans le moment. Quant au groupe des ‘pleins de sens’, ils passent plus de temps à aider les autres, avec des amis ou à s’occuper d’enfants et à penser au passé, au présent et à l’avenir.

Bien que les personnes tirent du sens de sources différentes, les vies pleines de sens partagent trois composantes comme nous l’explique un rapport publié en 2016 dans Review of General Psychology. Après une une étude approfondie de textes, les psychologues Login George and Crystal Park de l’université du Connecticut ont identifié trois caractéristiques:

– LA FINALITE : la mesure selon laquelle on se sent mû et motivé par des objectifs de vie porteurs de valeurs.

– LA COMPREHENSION : la capacité à comprendre et donner une signification à ses expériences de vie et les tisser en un tout cohérent.

– L’IMPORTANCE : la croyance que son existence est significative et a de la valeur.

Ainsi quand une personne parle d’avoir une vie pleine de sens, elle implique qu’elle ressent sa vie comme ayant une finalité, de la cohérence et de la valeur.

Le sens n’est toutefois pas quelque chose que l’on possède ou pas. C’est une approche, un état d’esprit. On peut choisir la quête du bonheur et la quête de sens. Dans un récent travail, Veronika Huta et Richard Ryan ont découvert que les gens se comportent différemment selon qu’ils recherchent l’un ou l’autre et que cela a une influence sur leur bien-être. L’une de leur études porte sur un groupe d’étudiants à qui on a demandé de poursuivre une quête de bonheur ou une quête de sens pendant dix jours. Ceux qui ont choisi la quête de sens se sont consacrés pour beaucoup à pardonner à un ami, étudier et aider ou remonter le moral à quelqu’un d’autre. Ceux du groupe de la quête de bonheur ont rapporté s’être consacrés à des grasses matinées, aux jeux et au grignotage de bonbons.

Les étudiants du groupe ‘heureux’ ont dit ressentir plus de sentiments positifs et moins de sentiments négatifs tout de suite après les dix jours. Trois mois plus tard, l’élan de bonne humeur avait disparu. Les étudiants du groupe de ‘la quête de sens’ ne se sont pas sentis aussi heureux juste après la période des dix jours, ce qui s’explique. Chercher à donner du sens en aidant un ami par exemple demande sacrifice et effort et peut même faire souffrir sur le moment. Toutefois, trois mois plus tard, ces mêmes étudiants ont dit se sentir « enrichis », « inspirés », et faisant « partie de quelque chose de plus grand que moi ». Ils ont aussi précisé ressentir moins de sentiments négatifs. Sur le long terme la quête de sens semble s’avérer plus profondément satisfaisante que la quête du bonheur.

Viktor Frankl, rescapé de l’Holocauste et auteur du livre Man’s Search for Meaning n’aurait pas été surpris. « Pour les Européens, c’est une caractéristique de la culture Américaine que cette injonction répétée du bonheur. Mais on ne peut pas rechercher le bonheur, il doit découler de quelque chose. On doit avoir une raison d’être heureux. » »


RECHERCHER LE BONHEUR A-T-IL DU SENS?