ENVIE DE ME SOUTENIR POUR 2018?

Marseille, lundi 11 décembre 2017.

IL M’EN AURA FALLU DU TEMPS…

16 ans que j’enseigne. Et je suis maintenant prête à formuler une proposition de cours qui me permettrait de mettre en œuvre une pédagogie de yoga contemporaine et novatrice autour de trois axes que j’ai pu observer au fil des ans comme étant essentiels et complémentaires : apprendre à ressentir la structure du corps et sa relation au mouvement et aux positions (biomécanique et proprioception) ; apprendre l’intériorité par la respiration et les exercices de méditation ; développer conscience et mouvement dans l’optique de nous sensibiliser à notre vitalité.

18 mois que j’habite à Marseille et que je me plais dans cette ville tout en nuances ouverte sur la mer.

Il m’en aura fallu du temps pour apprendre à changer de regard sur ma manière de travailler, ma manière d’être et m’ouvrir à la possibilité de demander un coup de main.

Group of mixed hands showing unity with sky

ANCRER MON ACTIVITE DE YOGA A MARSEILLE

Je me lance dans une collecte de dons afin de financer la mise en route de mes cours à Marseille. L’idée est de louer un lieu propre et beau pour pouvoir partager le yoga de manière idéale pour moi :

  • en mettant en œuvre mon approche du yoga
  • en proposant des cours en petits groupes pour faire un vrai suivi personnalisé

orange2

La collecte sera active jusqu’à début mars.

Si je réunis 3200€, j’aurais accès à cet argent (moins les frais de commission de la plateforme, évidemment). Si je n’atteins pas cet objectif de collecte, la plateforme rembourse les donateurs. En me surprenant à rêver, si je dépasse cet objectif, j’aurais une marge de manœuvre plus grande.

Pour en savoir plus sur tout mon projet (formulation de l’offre de cours, allocation du budget, dotations, etc) et éventuellement apporter votre soutien, cliquez ici :

>>EN SAVOIR PLUS ET/OU PARTICIPER<<

OUI, MAIS C’EST A MARSEILLE

Il s’agit de construire une base de cours à Marseille où je puisse proposer le yoga « à la sauce Laurence ». À ceux qui me connaissent, je n’ai pas besoin de m’expliquer là-dessus. On se connait bien. Aux curieux qui ne me connaissent pas sur tapis, lisez le ‘quid de mon projet’ où je vous en dis plus. Mais cet ancrage à Marseille ne va pas m’isoler de Paris ou de Bordeaux. Au contraire! En me permettant de mieux vivre de mon enseignement, je pourrai organiser des visites plus rapprochées à Paris et Bordeaux. Ce financement m’aidera à planter des graines que je compte bien aussi disséminer.

dandelion-seed-head

OUI, MAIS JE N’AI PAS DE GROS MOYENS

Il n’y a pas de ‘petit’ geste. Je le dis sincèrement. Quelque soit la manière que vous choisissiez pour manifester un intérêt pour ce que je me propose de créer c’est un élan qui me porte. Et ça, c’est inestimable.

  • On peut participer avec 5€
  • On peut publier des commentaires encourageants sur les posts que je publierai prochainement sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn)
  • On peut copier-coller le lien vers le site de financement participatif : https://fr.ulule.com/yogaenmouvement-marseille/ sur ses réseaux sociaux en ajoutant tout ce qui fait la différence :  quelques lignes sur les raisons personnelles qui vous poussent à m’encourager. Ça interpellera vos amis qui ne me connaissent pas et les invitera à se renseigner ℹ️ sur le projet.).

Plus il y a de personnes qui manifestent leur soutien, plus ça créera une émulation positive.

_MG_7402

Namasté ❤

>>EN SAVOIR PLUS ET/OU PARTICIPER<<


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

ENVIE DE ME SOUTENIR POUR 2018?

ATELIER SPECIAL FLOW D’HIVER : REGENERATION SAM 16/12

RDV SAMEDI 16 décembre 13h30-16h

UNE VIBRANTE REGENERATION EN PERSPECTIVE

picsart_12-14-061221553407.jpg

Venez découvrir l’approche innovante de régénération par le mouvement du Soma Vinyasa de Shiva Rea. Ce sera aussi l’occasion d’intégrer quelques exercices de pranayama et d’aborder la méditation pour cultiver l’apaisement. Je vous promets un savasana long et savoureux, il y aura du yoga nidra dedans.

Venez nombreux, on prendra le temps de papoter ensemble après. je ferai de mon mieux pour apporter du grignotage gourmand et si vous êtes des passionnés de cuisine, n’hésitez pas à apporter un petit quelque chose a partager. Ce sera ma dernière visite parisienne de 2017. Je peaufine encore le planning de 2018, je vais faire de mon mieux pour venir une fois par mois vous retrouver à Paris. On en discutera samedi.

Réservation auprès de Yoga Village directement : contact@yogavillageparis.com


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

ATELIER SPECIAL FLOW D’HIVER : REGENERATION SAM 16/12

PHOTOGRAPHE DE YOGA : ANGELIQUE BOUDET

Si vous me lisez régulièrement, vous savez qu’en plusieurs occasions, j’ai exprimé mon opinion sur les photos de yoga qui nous inondent, d’abord en évoquant la sexualisation des corps représentés et plus récemment sur le bon ton de façade.

Depuis plusieurs mois, l’idée me trottait dans la tête de demander à des photographes professionnels, qui ont pris des photos de yoga, quel était leur avis sur la chose. J’ai donc approché trois photographes et leur ai posé une série de questions.

Je vous livre aujourd’hui le témoignage d’Angélique Boudet. J’ai rencontré cette Marseillaise lumineuse à Paris il y a bon nombre d’années, nous sommes devenues amies depuis.

1. Depuis quand exerces-tu le métier de photographe et es-tu spécialisée dans un style de photographie?

J’ai commencé à prendre des photographies et à m’exprimer avec la photographie durant mes dernières années de lycée, autour de 16 ans. J’exerce ce métier depuis mes 20 ans, donc depuis un peu plus de trente ans.

J’ai grandi dans un milieu culturel et artistique, ma mère enseignait l’histoire de l’art, l’anatomie et le dessin et mon père était sculpteur. Après mon baccalauréat, j’ai été très attirée par le cinéma et le montage de film, mais mon souhait d’étudier les techniques cinématographiques ne s’est pas réalisé du fait des très longs délais d’attente pour un stage de formation, et je me suis dirigée spontanément vers la photographie. J’ai étudié et travaillé en même temps avec un photographe ; il travaillait en publicité et réalisait également des prises de vue d’œuvres d’art en studio, de spectacles (au théâtre National de Marseille, à La Criée) ou d’artistes. Ses clients étaient donc variés et je me suis formée à ses côtés en prise de vue et en laboratoire argentique jusqu’à mon certificat d’aptitude professionnelle.

Je ne saurais pas dire si je suis une photographe spécialisée, du moins comme on peut l’entendre : qui ne photographie qu’un type de sujet ; toutefois j’ai des préférences dans les sujets et les thèmes choisis. Et après avoir beaucoup privilégié le portrait et les personnages les premières années, je me suis tournée vers la nature, les ambiances et les lieux. Cette évolution correspond à mon évolution en tant que pratiquante de yoga et au profond changement que cela a impliqué en moi et dans ma vie. Grâce au yoga, mon regard sur les autres et le monde est devenu plus bienveillant, beaucoup plus conscient.

2. Depuis quand est-ce que tu as commencé à t’intéresser à des sujets de yoga et qu’est-ce qui t’y a amené?

Je suis venue à la photographie de yoga grâce à ma pratique de yoga. En 2000, je vivais à Paris et j’ai découvert le yoga grâce à une amie australienne qui ne jurait que par cela ! Cette amie me montrait des postures de yoga et a tellement insisté pour que je pratique aussi le yoga que j’ai fini par aller suivre un cours dans la même école qu’elle. Dès mon premier cours, cela a été une révélation et je n’ai jamais arrêté de pratiquer depuis.
Puis un jour, Caroline Boulinguez m’a proposé de la photographier en vue d’un livre. Je l’ai tout d’abord photographiée en Ardèche, j’y ai réalisé mes premières prises de vues de yoga, en intérieur et en extérieur, en pleine nature. L’une d’elles, de la posture sur la tête – Sirsasana – devant une paroi rocheuse est une belle représentation de la stabilité de la personne dans cette posture devant une montagne inébranlable.

Par la suite, j’ai réalisé de nombreuses photographies de yoga pour mon livre Om, the world of Ashtanga yogis (version papier, version ipad), témoignages de grands enseignants de yoga, anciens élèves de Pattabhi Jois, tels Chuck Miller, Petri Raïsanen, Mark Darby, Anne Nuotio, Tim Feldmann, Radah Warell,… auxquels j’ai posé les mêmes neuf questions.

3. Quel œil portes-tu sur les postures de yoga quand tu fais des prises de vue? Comment aimes-tu les mettre en image ? Si tu pratiques le yoga ou la méditation, en quoi ton expérience de pratique personnelle te sert ou te guide dans la prise de vue ?

J’aime essayer de photographier comme si j’étais la personne qui pratiquait sur le tapis à côté et photographier sous d’autres angles de prise de vue que seulement de face ; c’est à dire aussi de dos, de biais, en plongée. Je cherche à les mettre en image en essayant de transmettre un peu de la sensation ressentie dans la posture, comme si j’étais moi-même en train de faire la posture.

Je cherche également à mettre en lumière, à faire ressortir la dynamique, la circulation de l’énergie. Si le bras est aligné avec le buste et la jambe, je me place suffisamment dans l’axe pour montrer cet alignement, pour laisser transparaître la spécificité de la posture. Est-ce une posture d’ouverture, une flexion? Qu’apporte t-elle profondément et réellement ?

4. Selon toi, les photos de yoga sont-elles un style photographique à part entière ou est-ce qu’elle s’inscrit dans un style plus vaste (Par exemple peut-on dire que la photographie de posture relève du portrait) ? Si oui, quelles en seraient les spécificités?

Selon moi, elles s’inscrivent dans un style, une démarche photographique plus vaste. Faire du yoga c’est rechercher l’unité avec l’univers, l’unité intérieure et avec toute chose. C’est le yoga. Il en va de même en photographie. Cette prise de conscience, cette évolution du pratiquant au fur et à mesure des années de pratique se fait naturellement, avec les Niyamas (comment on agit vis-à-vis de soi même : préceptes de discipline, pureté, contentement, austérité, étude du Soi, abandon à ce qui est plus grand que soi) et les Yamas (comment on agit vis-à-vis des autres : préceptes éthiques, non-violence, dire la vérité, ne pas voler, contrôle des sens, non-possessivité).
Je pense que la photographie de yoga se fait avec le cœur, la pratique du yoga nous amène à ouvrir les yeux sur le monde, sur les autres. Et un photographe de cœur aime » immortaliser » aussi d’autres sujets, la nature, les enfants. Surtout un photographe pratiquant régulièrement le yoga !

5. Peux-tu partager avec nous une photo de posture de yoga et une photo d’évènement de yoga que tu aimes particulièrement et nous dire pourquoi ?

J’ai choisi cette photographie d’Anne Nuotio en urdhva mukha svanasana – le chien la tête en haut – pour son dynamisme, pour l’élan vers le haut, symbolisant l’élan vers toute chose, vers la lumière et la vie. Pour sa grâce, la beauté des courbes, du dos, du cœur ouvert, dans cet instant. C’est un mouvement qui revient de nombreuses fois dans la première série d’Ashtanga Yoga, le haut du corps s’ouvre vers l’avant avant d’aller vers l’arrière dans adho mukha svanasana qui stimule, entre autre, Manipura Chakra, le centre d’énergie du plexus solaire.

urdva-muka-svanasana_angelique-boudet_yoga_photographe

J’ai choisi deux images prises lors d’un atelier de yoga ouvert à tous qui a eu lieu avec Air Libre à Aix en Provence en juin 2009. J’aime tout particulièrement celles des enfants car on y perçoit toute leur innocence, la gaieté, l’insouciance et aussi leur présence entière à l’instant présent. Les enfants sont nos maîtres et nous montrent ce qui est juste, vrai, dans la vie ; j’ai compris cela en étant maman et en suivant l’enseignement de mon propre fils qui m’a amenée à changer profondément, tout comme avec la pratique du yoga. Les bébés sont aussi de véritables yogis et font de nombreuses postures à merveille !

enfant_yoga_angelique-boudet_photographe

enfants_yoga_angelique-boudet_photographe

Bonne pratique à tous et Namasté !
Ce qui veut dire « Mon âme salue ton âme. En toi, je salue cet espace où réside l’univers entier. En toi, je salue la lumière, l’amour, la beauté, la paix parce que ces choses se trouvent aussi en moi. Parce que nous partageons ces attributs, nous sommes reliés, nous sommes semblables, nous ne sommes qu’un. »

Angélique Boudet photography

Angélique Boudet photography (yoga)

Merci Angélique. Je précise que le livre d’Angélique Om, the world of Ashtanga yogis est un magnifique cadeau inspirant à (s’)offrir. J’ai déjà mon exemplaire (dédicacé, rien que ça!) Je l’ai aussi vu chez Yogaconcept au 123 rue de Turenne lors de mon dernier passage à Paris.

 

picsart_12-13-121333743775.jpg


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

PHOTOGRAPHE DE YOGA : ANGELIQUE BOUDET

ARRETONS AVEC LES CLICHES DE YOGA ▪️ NEWS DECEMBRE

A la rentrée, en diverses occasions, on m’a demandé des photos de moi en position de yoga et des portraits. Les clichés dont je dispose ont déjà pas mal servi alors j’en ai profité pour me livrer à cette expérience que je déteste : me faire tirer le portrait. Je déteste ça parce que je ne suis pas une poseuse.

Quand je pose pour une photo, on me demande sans cesse d’être autrement que ce que je suis. Quel paradoxe! Alors que ça fait des années que je travaille à la découverte et conquête de ce que je suis vraiment, vous me demandez de dévier la trajectoire pour me conformer à ce qu’on attend de moi sur pixels!

Qu’attend-on de moi (et du yoga) sur pixels ? Bah que je m’adapte à l’imagerie d’Epinal qui va avec. « Ca ne te ressemble pas, tu as l’air dur sur cette photo. Toi, tu es douce. Le yoga, c’est apaisant. » ; « Quelque chose de plus pimpant, pétillant. Souris, c’est quand même mieux. »

Deux mots se précipitent : stéréotypes et projections. Je voulais partager avec vous deux photos de yoga et vous en dire plus sur la personne qui pose.

vert_bras_guruda_haut_petit
Image : ©laurencegay.com

Cette photo a été prise par Alexandre. Je suis arrivée au studio de prise de vue après avoir trop peu dormi. J’avais passé une nuit effroyable. Je n’avais pas arrêté de pleurer. Mon petit ami de l’époque était violent. Nous avions eu une forte dispute toute la nuit. Alexandre et son assistant ont été super gentils et m’ont aidée à me détendre un peu. C’était il y a 7 ans.

DSC02618
Image : ©jacdemars

Cette photo a été prise cette année par Jacques. Cette session photo a du être organisée début septembre, assez vite. Il y a avait urgence à fournir les images aux personnes concernées. J’aurais pourtant préféré les faire à un autre moment. Je n’avais pas la tête à m’entendre dire qu’il fallait sourire. Je m’étais répété ça pendant presque un an. J’en avais assez. A peine deux semaines auparavant, j’avais dû prendre la décision de rompre ma relation amoureuse et déménager mes affaires de chez l’homme dont je me séparais. Une décision difficile ; une relation unilatérale ; j’étais en train de me perdre. Depuis, je suis hébergée chez une amie.

il y a sept ans, si je n’avais pas été suffisamment « dure », j’aurais pu y rester. Cette année, ma vie rentre facilement dans quelques cartons usés par les déménagements. Sans le soutien de mes amis, je serais à la rue. Comprenez que la gravité d’une situation peut se lire aussi sur un visage.

Arrêtons avec les clichés de yoga. Arrêtons de façonner une perception trompeuse de ce que l’on pratique. Nos vies ne sont pas faites de successions de salutations au soleil langoureuses à Bali. Tout le monde essuie des revers, tout le monde tombe à terre, tout le monde repart de zéro à un moment ou un autre. Les profs de yoga aussi. Et laissez-moi vous dire qu’il y a du yoga dans tout cela. Ma pratique de yoga (asana, pranayama, méditation et tutti quanti) maintient mon corps solide, me permet de laisser émerger ce qui est, de me détacher des scenarios « Et si … » et de ne pas sombrer dans le pathos. Et une autre chose de yoga merveilleuse prend corps : le soutien inattendu de personnes proches (mais pas que) qui m’a permis de réaliser que j’ai la chance d’avoir tissé des liens qui ont une importance indicible. Je tiens aussi à ajouter qu’enseigner le yoga, et j’entends par là créer le cours et le dispenser, fait aussi partie de l’équation. Je ne trouverais jamais les mots suffisamment puissants pour communiquer à tous ceux que j’ai le privilège de côtoyer sur les tapis que l’intérêt que vous manifestez en accueillant ce que je vous propose et l’enthousiasme, la gentillesse et la vulnérabilité dont vous faites preuve pendant les sessions donnent un sens profond a ce que je suis et ce que je fais. Et, sans le savoir, vous me faites relever la tête et garder le cap quand des expériences intimes me bouleversent et me font douter.

Lorsque vous choisissez de publier des photos de yoga, avant de la poster, posez-vous la question de votre intention. Et là, je formule un souhait pour que collectivement, on fasse évoluer les choses.  Je souhaite qu’à l’aide des images de yoga que nous choisissons de publier, nous racontions une histoire, une histoire qui est la nôtre, une histoire qui peut nous relier aux autres. Je souhaite qu’on arrête de se forcer à sourire ou à poser sur les photos de yoga et qu’on ait enfin des choses vraies à partager et pas de leçons a donner. Les apparences clivent, les histoires elles, rassemblent.

NEWS DE DECEMBRE

Vous trouverez le planning complet et les liens vers les descriptifs des activités et les modalités de participation ici. Je dresse ci-après un récapitulatif pour nous remettre les idées au clair. Lisez ce post jusqu’au bout parce que j’y annonce à la fin quelque chose d’important…

Marseille

Mar 5/12 : 12h30 cours 1h15 au Grenier du Corps (7e)
Sam 9/12 : 11h cours 2h au Grenier du Corps (7e)
Sam 9/12 + Dim 10/12 : >COMPLET< Module d’approfondissement 3/4 8h au Grenier du Corps (7e)
Mar 12/12 : 12h30 cours 1h15 au Grenier du Corps (7e)
Mar 19/12 : 12h30 cours 1h15 au Grenier du Corps (7e)

Paris

Sam 16/12 : 13h30 atelier 2h30 à Yoga Village (2e, Opéra)
Dim 17/12 : >COMPLET< 13h atelier 3h à Big Apple Yoga (2e, Montorgueil)

L’ANNONCE DE FIN (que vous attendiez ;-))

Je vais bientôt lancer une campagne de financement participatif pour me permettre de lancer une offre cours « à la sauce Laurence » à Marseille. En 2018 je souhaite m’installer dans un lieu où je puisse enseigner en proposant une offre de cours pas comme les autres. L’aboutissement d’une digestion de 16 ans d’enseignement! La liberté ça se créée comme le dit un ami et pour la créer j’aurai besoin d’un soutien financier et j’espère que certains d’entre vous pourront m’épauler. Je vous tiens au courant.

#bereal #haveheart #livelife

Namaste ❤


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

ARRETONS AVEC LES CLICHES DE YOGA ▪️ NEWS DECEMBRE

LE BON PAIN, LE PRANAYAMA ET L’HERITAGE

giving-receiving-hand-jlhopgood
Photo : Jlhopgood

Marseille, le mercredi 22 novembre 2017.

Ce matin, je me rends à la boulangerie Maison Saint Honoré au 131 rue d’Endoume. LA boulangerie qui m’a réconciliée avec le pain. Alors que je passe le pas de la porte, un client remet à la boulangère un sac cadeau discrètement orné de fleurs fraiches et lui lance : « Joyeuse fête Cécile! » La boulangère est interloquée. Elle ne connait apparemment pas ce monsieur plus que ça. Il doit être un client fidèle toutefois car elle connait son prénom. « Merci Gérard. Et en plus c’est aussi mon anniversaire… » Elle est visiblement émue et stupéfaite. « Mais c’est moi qui vous remercie. » lui rétorque-t-il. « Merci pour votre gentillesse. » ajoute-t-il. « Je vous fais la bise pour vous remercier. » finit-elle par répondre. Ils s’embrassent, ils se souhaitent une bonne journée. Il repart en direction de la sortie, sans achat. J’en conclus qu’il était passé à la boulangerie uniquement pour lui remettre son cadeau. Il s’apprête à passer la porte. Elle vient vers moi pour me servir. Elle ne trouve pas ses mots, elle me regarde, incapable de me parler, elle s’adresse a lui : « Je suis émue. » Il lui répond : « Soyez émue… » il repart en lui lançant un franc sourire.

Je lui dis : « Et oui vivez cela, recevez-le. » Elle sourit, encore sous l’émotion. Elle me dit « C’est tellement gentil ce cadeau ». Je lui dis que je partage l’avis du monsieur, que le pain que cette maison fait est vraiment hors du commun et qu’en boutique j’ai été servie par différentes personnes tout aussi gentilles les unes que les autres. Et j’ajoute : « Vous n’imaginez pas la différence que vous faites dans le quotidien des gens. » Elle me répond : « C’est tellement rare de nos jours. » Je nuance : « Je ne crois pas que ce soit rare. C’est juste qu’on oublie la gentillesse. Des gens comme ce monsieur nous la rappellent » et je lui lance un joyeux anniversaire avant de préciser le pain que je souhaitais acheter.

On n’imagine pas la différence qu’on fait dans le quotidien des gens.

Ca m’a fait penser aux mots employés par Oprah Winfrey quand elle mentionne un échange qu’elle avait eu avec son mentor Maya Angelou. Oprah confiait à cette dernière qu’elle estimait que l’école qu’elle ouvrait en Afrique du Sud serait ce qu’elle laisserait en héritage [au monde]. Ce à quoi Maya Angelou répondit : « Tu n’as aucune idée de ce que sera ton héritage. Ton héritage. c’est ce que tu fais chaque jour. Ton héritage c’est chaque vie que tu touches, chaque personne dont tu as bousculé la vie, ou pas. C’est chaque personne que tu auras aidée ou blessée. C’est ça ton héritage. »

Mes synapses encore chaudes rétablissent une autre liaison, avec le livre de Desikachar : The Heart of Yoga. C’est un passage que j’ai partagé avec les participants au module d’approfondissement de novembre. Ce passage, Desikachar l’amène en conclusion de ces explications sur le pranayama. Il dit que les fruits du travail de pranayama ne sont pas instantanés. Il dit que ces changements, on les observe, graduellement, par une évolution de notre état d’esprit. Il précise : « Les changements d’état d’esprit s’observent avant tout dans nos relations aux autres. Les relations sont révélatrices de la compréhension que nous avons de nous-mêmes. »

Je relis mon texte et je constate ce qui suit : le bon pain, le pranayama et l’héritage y ont tous trouvé leur place. Qu’ont-ils donc en commun? Peut être que leur dénominateur commun ce sont les gestes, les gestes du quotidien. Les gestes experts et bon-veillants de l’artisan ; les gestes magiques et organiques du corps qui se contracte et qui s’ouvre ; toucher ; donner et saisir.

C’est fou ce qu’on peut faire avec nos mains, avec nos battements de coeur, avec nos mots, avec nos sourires, avec notre attention. On façonne la vie.


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

LE BON PAIN, LE PRANAYAMA ET L’HERITAGE

PARMI LES 5 BLOGS INCONTOURNABLES SELON ESPRIT YOGA MAGAZINE

Marseille, le mardi 21 novembre 2017.

Merci au magazine Esprit Yoga pour leur revue ultra positive du blog.

« Ancré dans le monde contemporain, son blog est riche et authentique, car Laurence s’appuie sur son vécu de femme, de yogini, de professeure de yoga. Elle offre ainsi des textes variés, pétillants, parfois décalés, parfois profonds, souvent les deux à la fois. On aime! »

Découvrez les quatre autres chouchous du magazine.

5-blogs-incontournables-esprit-yoga-laurence-gay

PARMI LES 5 BLOGS INCONTOURNABLES SELON ESPRIT YOGA MAGAZINE

JE RAMASSE DES LIVRES DANS LA RUE

Marseille, lundi 13 novembre.

Un peu avant 14h, après avoir déjeuné à l’appartement avec une amie, il est temps de vaquer.

Ma copine, moyennement motivée : « Bon, allez, il faut que j’aille au bureau. »

Moi, me disant que braver le mistral fait partie du rite initiatique de ma vie marseillaise auquel je dois me soumettre : « Attends 2 secondes, je vais faire un bout de chemin avec toi. Faut que je recharge mon Transpass. Je vais passer au métro ‘Vieux-Port’. »

Nous sommes en chemin. Rue Sainte, près des containers poubelle, un livre.

Moi : « Oups, attends, c’est quoi ça? »

Je ramasse un livre dont la couverture laisse penser qu’il est du siècle passé. Il est en bon état. Le titre : L’art de la respiration, une édition de 1963.

Je quitte ma copine. fais mes courses, le sac dans mon cabas. L’ai déposé sur la table du salon en rentrant. L’ai oublié quelques temps parce qu’une envie (bien rare) de faire du repassage m’a prise. Un de ces élans qu’il ne faut pas réprimer chez moi, faute de quoi le linge en vrac sur une chaise me nargue des semaines durant. Je ne résiste donc pas à cet élan fugace. Qui, soit dit en passant, a failli être coupé parce que je ne trouvais plus le fer. C’est vous dire.

Linge rangé. Sentiment indicible d’accomplissement. C’est fou ce que le quotidien peut apporter comme surprise. Le livre. Je lis les premières pages.

l-art-de-la-respiration-laurence-gay-blog-2

« La respiration fut, est et restera, à la fois la source, le moyen et le soutien constant, qui donnent, conduisent, dirigent, gouvernent vie matérielle et de pensée. Tout aspire, expire, tout vibre, qui existe dans la création. C’est seulement chez l’être humain que ce naturel processus d’inspiration, d’expiration, qui est commencement, fin et éternel recommencement vital, devient une fonction, non plus machinale, mais qui peut et doit être parfaitement contrôlée et consciente. La respiration est alors la clé, la voie qui conduit à une évolution normale, aisée et volontairement accélérée. »

Clairement, je compte le lire.

#yoganerd ? Oui, j’assume.

Dédicace et 26000 namasté (truc de #yoganerd) à Anne, Laurent, Anais, Lætitia et Nathalie.


Laurence Gay http://www.laurencegay.com

 

 

JE RAMASSE DES LIVRES DANS LA RUE