LÉVITATION

Ah, léviter! Ça fait partie des fantasmes sur le yoga. J’ai découvert cette série de photos de Franck Bohbot sur un blog. Le photographe a voulu représenter une lévitation naturelle avec le moins de retouche possible. Cette série justement appelée « Lévitation » m’a fait sourire et m’a beaucoup inspirée.  Un peu de légèreté, c’est exactement ce dont on a besoin dans l’effervescence de la rentrée, alors voilà :

© Franck Bohbot
© Franck Bohbot
© Franck Bohbot
© Franck Bohbot
© Franck Bohbot

soxbrooklyn

CHEVEUX À L’INDIENNE

Avant même de lire cet article, je sais que plus d’un(e) sont dubitatifs: pourquoi donc nous parle-t-elle de cheveux? La réponse est simple : je souhaite vous présenter une marque Française discrète et pourtant remarquable qui propose des soins capillaires formulés par des spécialistes ayurvédiques. Mais avant de vous en dire plus, je vous emmène voir un documentaire sur les offrandes de cheveux en Inde.

Beaucoup des extensions et perruques faites de cheveux humains sont réalisées à partir de chevelures d’Indiens. « Inde, les cheveux du temple » est un reportage ARTE 360° GEO qui suit le parcours de ces cheveux et montre que le culte de la chevelure en Inde est une aubaine pour les Occidentaux qui apprécient de plus en plus les beaux cheveux. J’avais vu ce reportage sur Arte mais je n’ai pas retrouvé de lien pour le visualiser en Français. Toutefois, il a été aussi diffusé en Anglais sur Al Jazeera et il est disponible sur Youtube au moment où je vous écris. Il dure une quarantaine de minutes, alors accordez-vous un peu de temps pour l’apprécier entièrement. Si votre anglais est hésitant, lisez le résumé de Arte 360° GEO avant de regarder le documentaire:

Dans les cercles les plus aisés d’Inde, l’utilisation de produits capillaires occidentaux est de plus en plus répandu mais la plupart des Indiens ont recours aux soins ayurvédiques pour laver ou traiter leurs cheveux. Le fondateur de la marque Dayna, Pascal Tribouiller, témoigne: « Lors de mes voyages dans de petits villages en Inde, la seule boutique dans laquelle on peut trouver les produits pour les cheveux, ce sont les pharmacies ayurvédiques.  » Pascal aime sillonner l’Inde, et déformation professionnelle, il ne peut s’empêcher d’observer les cheveux des gens, surtout lorsqu’ils sont beaux. Pascal est coloriste, il a évolué dans le monde de la mode et du cinéma et cet électron libre s’est semble-t-il toujours laissé guider par son intuition plutôt que par les conventions.

Ses observations ont suscité sa curiosité et il va à la rencontre de spécialistes en Ayurvéda. Le voilà ainsi en train d’échanger avec des préparateurs de soins ayurvédiques à qui il tente d’expliquer la nature de son travail de coloriste. Il feuillette des magazines occidentaux et, en montrant des photos du magazine, leur indique qu’il a préparé les teintures qui donnent telle ou telle teinte aux cheveux. Fascinés ses interlocuteurs lui demandent quelles plantes il a utilisé. Il leur rétorque que ce ne sont pas des préparations à base de plantes mais plutôt des cocktails de paraben et d’ammoniaque. Choqués, les Indiens n’en reviennent pas : « Ce sont des produits pour laver les sols … quelle idée de les mettre sur soi. » Dit comme ça, c’est une évidence! Il faut savoir que l’un des principes de l’Ayurveda veut qu’on ne doit appliquer sur son corps que des produits que nous sommes susceptibles de pouvoir manger. Que ceux qui veulent de l’ammoniaque pour diner lèvent le doigt!

Autre enseignement de l’ayurvéda: soigner le cheveu ne sert à rien, c’est une substance inerte, tout se joue dans le cuir chevelu. Or si vous faites un détour par votre salle de bain maintenant, je vous mets au défi de me dénicher un produit de soin du cuir chevelu dans tout l’attirail de produits capillaires dont vous disposez… Certains d’entre vous auront entendu parler du massage de tête Indien. Ce geste que nous pourrions considérer a priori comme purement délassant est en Inde un geste d’application de soin pour stimuler le cuir chevelu et faire pénétrer les soins. Les soins du cuir chevelu sont des mélanges d’huiles végétales et de plantes très finement broyées qui vont améliorer l’état du bulbe du cheveu.

Gil à gauche et Pascal à droite ©Nicolas Latouche

Pascal et et son associé Gil Grillo vont alors avoir l’idée de créer une gamme de produits de lavage et de soin du cheveu formulé selon l’ayurvéda, autrement dit : 100% à base de plantes, mais adaptés aux cheveux des occidentaux – plus fins parait-il que les cheveux des Indiens. Nous inculquer un autre rapport aux gestes de soin et au temps, c’est ce que la marque Dayna propose. La gamme de produits comprend des huiles de soin, un shampooing, une cire coiffante nourrissante, une crème protectrice et un astucieux pain de savon qui lave le corps comme les cheveux et qui – aux dires de certains utilisateurs –  est la panacée pour les problèmes de pellicules, et que l’on peut même utiliser comme crème de rasage en l’émulsionnant. Les huiles de soin préalablement réchauffées à température du corps sont à appliquer en petite quantité sur le cuir chevelu. On masse pour faire pénétrer et on laisse poser une heure ou toute une nuit avant de rincer avec le shampooing doux.

© Dayna

L’équipe Dayna travaille avec de petites entreprises locales en Inde pour l’élaboration des produits et des emballages et c’est ce qui garantit l’excellence de leurs produits. Flacons en verre, bouchon en bois façonnés à la main, on pourrait dire que nous avons à faire à de l’artisanat capillaire! C’est pourquoi Dayna est une marque discrète qui s’adresse à une clientèle exigeante et éclairée. Vous voulez en savoir plus sur les soins ayurvédiques Dayna? Pascal vous offre un diagnostic capillaire gratuit au Printemps Haussmann le lundi 29 août au samedi 3 septembre. Le nombre de places est limité, il faut réserver en appelant au 01 42 82 40 57. Le reste du temps Pascal vous reçoit dans le très exclusif boudoir de beauté DON-CROSS au 207 rue Saint Honore, 75001 Paris, France (09 53 15 97 79). Il y propose en exclusivité un soin détoxifiant doux pour le cuir chevelu. il préconise ce soin tous les 2 mois surtout si vous colorez vos cheveux pour dépurer le cuir chevelu et ainsi éviter l’accumulation de résidus chimiques. D’aileurs, le nouvel espace d’exploration de Pascal est la coloration. Il aimerait égaler les palettes rendues possibles par les préparations chimiques habituelles  avec des préparations à base de plantes ayurvédiques… Lors de notre entretien, il expérimentait ses décoctions sur une amie à lui. Affaire à suivre de près!

Pascal, Gil et le yoga : entre deux voyages dans le Kerala, ils vont pratiquer chez Trini Yoga, un studio de ashtanga yoga à deux pas de leur QG dans le 10e à Paris.

Enfin, pour conclure je m’adresse à tous ceux qui restent dubitatifs après avoir lu mon article : je vous citerai ce slogan d’une marque Australienne de shampooing que j’aime beaucoup : « There’s more to life than hair, but it’s a good place to start. » (la vie ne se résume pas aux cheveux, mais c’est un bon point de départ).

 

SHOPPING YOGA À PARIS, ENFIN!

Nous en avions rêvé, Pamela l’a fait!
Mais qui est Pamela? Elle est l’entrepreneuse qui a ouvert en France une boutique en ligne de vêtements et d’accessoires pour le yoga : http://www.yogaconcept.com. Et en cette rentrée, elle nous ravit avec l’ouverture de sa boutique YOGAconcept – en pierre – au 123 rue de Turenne à Paris, derrière République.

Pamela

Dans sa boutique, Pamela nous propose en exclusivité des marques Américaines pointues dans le style « casual chic ». Typique du style de vie Californien, le « casual chic » c’est l’art de passer de son cours de yoga au resto en piochant dans la même garde-robe. Les vêtements que vous trouverez dans sa boutique sont conçus pour la pratique du yoga (du Pilates ou de la gym aussi) et donc pour bouger, mais la cerise sur le gâteau c’est que leurs coupes flatteuses et la qualité des matières font de ces pièces des vêtements à vivre au quotidien.

Que toutes celles – et ceux, puisque Pamela propose aussi des tenues pour hommes – qui étaient désabusés par l’absence d’une offre de qualité vraiment pensée pour les yogis se réjouissent, de nouveaux noms de marques vont  dorénavant caresser vos oreilles: Alo, Zobha, Om Girl ou encore Beyond Yoga. Attendez, ce n’est pas tout, non seulement ces marques conçoivent et fabriquent de belles tenues, mais elles sont aussi engagées dans le développement durable. Alo revoit constamment ses procédés de fabrication pour limiter au mieux son empreinte carbone ; Zobha et Om Girl quant à elles misent sur le crédo de l’entreprise locale : insertion par le travail et garantie de fabrication « made in Los Angeles ».

La performance n’est pas en reste. En plus d’avoir une belle âme, ces marques utilisent des matières techniquement innovantes pour la conception de leurs vêtements. Om Girl par exemple joue la carte du confort et de la sensualité avec des matières ultra confort comme le coton bio au toucher velours ou leur modal soyeux. Alo et Beyond Yoga utilisent des tissus « respirants » en fibres naturelles qui laissent la transpiration s’évacuer.

Outre les vêtements, Pamela a sélectionné pour nous la crème des accessoires et produits connexes à la pratique du yoga : de l’encens Japonais de haute qualité Nippon Kodo, les produits de cosmétique ayurvédique haut de gamme Kama-Ayurveda et mes tapis de yoga préférés, les tapis en latex Yog-In.

vitrine

Pamela a profité de ses vacances d’été aux US pour aller nous trouver de quoi nous gâter davantage. Elle ouvre à nouveau les portes de sa boutique le 23 août. Et, juste pour vous, lecteurs du blog ‘yogaenmouvement’, une petite indiscrétion : le jeudi 8 septembre a lieu l’ouverture officielle des lieux … Une virée after-work s’impose.

yogaconcept

Pamela et le yoga : Pamela est une ashtangi enthousiaste, vous la rencontrerez probablement chez Rasa Yoga ou chez Trini Yoga. Sachez qu’elle ne revend que des marques dont elle a pu éprouver personnellement la qualité en faisant son yoga:  confort, coupe, praticité, tenue au lavage, elle ne transige sur rien! Quand vous la rencontrerez, dites-lui que vous venez de ma part.

Crédit photographique : © Victor Madeleine