L’ENGAGEMENT

not-available-on-the-app-store
Image : http://www.thisiscolossal.com

Marseille, le mardi 7 novembre 2017.

Un truc grave est en train de se produire. Nous le cautionnons entièrement, au nom du progrès, de « l’évolution », sous couvert de distraction et de praticité. Nous nous enfermons dans des bulles de complaisance, nous cochons à la va-vite des cases « j’accepte les termes et conditions » et nous laissons nos gadgets électroniques traquer nos comportements en les autorisant à « personnaliser notre expérience de navigation ». Notre attention est captée, capturée et maintenue captive par le plus offrant. Notre temps est convoité et monopolisé. La surenchère a l’attention agit par les leviers des émotions, des apparences et du bruit. Hygiénisme émotionnel, sensationnalisme, mises en scène factices des personnes ou de la vie des personnes, manichéisme, exhibitionnisme, notoriété virtuelle en vente libre par achats de suiveurs et de ‘like’. Un truc grave est en train de se produire. Une crise de l’attention qui sape les fondements de notre engagement avec nous-mêmes, avec les autres, avec la vie. C’est un vaste sujet que j’aimerais creuser davantage avec vous à l’avenir, parce que oui, ça imprègne l’approche qu’on cultive du yoga et mon coup de gueule touche à ce qui suit :

  • La théorie n’est que prétexte à pratiquer. Ne nous trompons pas d’objectif.
  • La vérité, quelqu’en soit l’objet, n’est détenue par personne mais par tous. Sachons reconnaitre nos préjugés et écoutons, pour de vrai.
  • Ne laissons personne nous dire qui nous sommes. C’est notre p** de job que de le découvrir. Le yoga est un des outils pour y arriver, la vie est le prétexte pour le faire.
  • Laissons-nous être éblouis, non pas par la lumière bleue des écrans, mais par ce que nous entreprenons, ce que nous créons, ce que nous faisons. Aussi petits que puissent sembler nos accomplissements, en apparence. Le quotidien est sacré.
  • Rencontrons-nous. Apprenons les uns des autres. Emerveillons-nous. Vibrons. Indignons-nous. Observons-nous. Confrontons-nous. Questionnons-nous dans un contexte fertile, qu’il soit réel ou virtuel, mais ancré dans l’expérience et dans le respect de soi et des autres.

Bon, en parlant de passage à l’acte, dans le réel, voici nos prochains rendez-vous de yoga. J’en profite pour rappeler à ceux que j’ai le privilège de rencontrer dans la vraie vie, en cours ou stages, nous avons un groupe facebook qui nous rassemble, de Paris à Marseille en passant par Bordeaux et d’autres chouettes endroits ou vous entretenez la vibration haute. Je vous fais part dans ce groupe de nos actions sur tapis de yoga et je vous consulte aussi pour savoir quoi entreprendre de tangible pour vous transmettre du yoga, au mieux. Ca peut aussi être un terrain pour coordonner vos efforts quand vous déciderez de venir en nombre me rendre visite a Marseille à l’occasion de week-ends de yoga par exemple. Juste une idée en passant… Bref, si vous et moi nous sommes déjà rencontrés sur un tapis de yoga et que vous souhaitez rejoindre ce groupe, c’est ici.

 


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

L’ENGAGEMENT

YOGA EN MARS – DE QUOI DEVENIR CHEVRE

goat-yoga-5
Photo : instagram @suntwine

Je ne sais pas si c’est la nouvelle lune de dimanche, le lever du voile sur les pratiques abusives des puissants ou la surabondance de vidéos de yoga avec des lapins ou des chèvres sur le Net, mais je suis partagée entre la nausée et la déprime. Je ne me laisse pas abattre pour autant. Plus que jamais nous avons besoin de Jedi, plus que jamais nous avons besoin de yoga. Alors, je prends rendez-vous avec vous. Des perspectives qui me réjouissent. Pour un sujet de CNN au sujet du yoga avec les chèvres, il faut lire ce post jusqu’à la fin. Sérieusement. Ou pas.

 

Chose promise, chose due …

YOGA EN MARS – DE QUOI DEVENIR CHEVRE

2017 : DU YOGA PAS COMME AVANT

wp-1483447056377.jpg

Au cas où vous me liriez sans me connaitre, faisons d’abord connaissance.

Poursuivons.

Transmettre du yoga en 2017

Le ‘cours de yoga‘ est bien souvent devenu mondain ou récréatif et je reconnais qu’en soi, il a une vertu fédératrice bénéfique et nécessaire dans nos contextes de vie. Cette année, je cherche des lieux où proposer des ‘cours de yoga‘ à Marseille. Dès que je trouve, vous en aurez la primeur sur le blog.

Toutefois, je pense aussi que le ‘cours de yoga‘ a souvent perdu de son sens, celui d’exploration de soi par l’apprentissage de techniques. Dans beaucoup de cours, il y a comme une recherche permanente du ‘kiff de yoga’, une recherche du toujours plus. Plus d’assouplissement, plus de force, le tout saupoudré de citations spirituellement convenues. Et bien souvent, des gens m’ont rapporté ne pas se sentir à leur place dans certains cours.

Je constate qu’avec l’évolution de l’offre de yoga, les gens sont dépossédés de leur aptitude primordiale au yoga. L’état de yoga n’appartient ni au très souple, ni au très fort, il est à tout le monde. Le yoga ne s’enferme pas non plus dans du ‘doux’ ou du ‘dynamique’. Cette dichotomie n’existe pas en yoga. Ce sont les deux faces d’une même pièce. A la question ‘faut-il se faire violence en yoga?’, la réponse ne manquera pas de vous surprendre. Cette compartimentation des propositions de styles de yoga génère une certaine confusion sur l’objet de la discipline : rassembler toutes les facettes de notre être et aussi plus globalement sur ce que l’on est vraiment.

2017 – Revendiquer l’universalité du yoga

Parce que la pointe visible de l’iceberg, à savoir les postures de yoga, a pris une tournure de diktat esthétique et athlétique, on cultive un double malentendu. Le travail postural du yoga n’est pas une fin en soi, mais un outil. Il n’y a donc pas de posture idéale (rangeons donc les fantasmes de yoga) mais un rapport vivant, et donc changeant, au corps établi dans la posture. Et deuxièmement, il n’y a pas de postures plus nobles que d’autres. Ce serait comme dire du marteau qu’il est plus noble que le tournevis. Ils ne servent pas aux mêmes artisans, ni à la même chose.

Le mot est sorti. Artisans. Voila ce que j’aimerais que nous devenions, des artisans du yoga. Que nous choisissions avec art les outils nécessaires à l’élaboration du plus bel objet qui soit : notre vie. Afin d’être pleinement qui je suis et servir au mieux ma vie au moment t, ai-je besoin de calmer le jeu ou de me stimuler davantage? Ai-je besoin d’extraversion ou d’intériorisation? Ai-je besoin de créer en moi une dynamique de transformation ou d’ancrage? Ai-je besoin de fermer les yeux ou de focaliser instamment mon regard? Ai-je besoin de mouvement ou d’immobilité? … Les faces d’une même pièce.

2017 – La puissance d’une pratique de yoga personnelle

Pour développer cet art, il faut développer sa sensibilité, et pour développer cette sensibilité intime, il faut être face à soi-même. Cela se fait dans un contenant intelligent aussi appelé ‘pratique de yoga’. Et c’est là mon sujet de prédilection : vous apprendre à cultiver le yoga par vous-même, parce que c’est là que se réalise le véritable enseignement du yoga.

« Je ne peux pas vous apprendre de vérité spirituelle que vous ne connaissiez déjà au plus profond de vous-même. Tout ce que je peux faire, c’est vous rappeler ce que vous avez oublié. » – Eckhart Tolle


Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

2017 : DU YOGA PAS COMME AVANT