ENVIE DE ME SOUTENIR POUR 2018?

Marseille, lundi 11 décembre 2017.

IL M’EN AURA FALLU DU TEMPS…

16 ans que j’enseigne. Et je suis maintenant prête à formuler une proposition de cours qui me permettrait de mettre en œuvre une pédagogie de yoga contemporaine et novatrice autour de trois axes que j’ai pu observer au fil des ans comme étant essentiels et complémentaires : apprendre à ressentir la structure du corps et sa relation au mouvement et aux positions (biomécanique et proprioception) ; apprendre l’intériorité par la respiration et les exercices de méditation ; développer conscience et mouvement dans l’optique de nous sensibiliser à notre vitalité.

18 mois que j’habite à Marseille et que je me plais dans cette ville tout en nuances ouverte sur la mer.

Il m’en aura fallu du temps pour apprendre à changer de regard sur ma manière de travailler, ma manière d’être et m’ouvrir à la possibilité de demander un coup de main.

Group of mixed hands showing unity with sky

ANCRER MON ACTIVITE DE YOGA A MARSEILLE

Je me lance dans une collecte de dons afin de financer la mise en route de mes cours à Marseille. L’idée est de louer un lieu propre et beau pour pouvoir partager le yoga de manière idéale pour moi :

  • en mettant en œuvre mon approche du yoga
  • en proposant des cours en petits groupes pour faire un vrai suivi personnalisé

orange2

La collecte sera active jusqu’à début mars.

Si je réunis 3200€, j’aurais accès à cet argent (moins les frais de commission de la plateforme, évidemment). Si je n’atteins pas cet objectif de collecte, la plateforme rembourse les donateurs. En me surprenant à rêver, si je dépasse cet objectif, j’aurais une marge de manœuvre plus grande.

Pour en savoir plus sur tout mon projet (formulation de l’offre de cours, allocation du budget, dotations, etc) et éventuellement apporter votre soutien, cliquez ici :

>>EN SAVOIR PLUS ET/OU PARTICIPER<<

OUI, MAIS C’EST A MARSEILLE

Il s’agit de construire une base de cours à Marseille où je puisse proposer le yoga « à la sauce Laurence ». À ceux qui me connaissent, je n’ai pas besoin de m’expliquer là-dessus. On se connait bien. Aux curieux qui ne me connaissent pas sur tapis, lisez le ‘quid de mon projet’ où je vous en dis plus. Mais cet ancrage à Marseille ne va pas m’isoler de Paris ou de Bordeaux. Au contraire! En me permettant de mieux vivre de mon enseignement, je pourrai organiser des visites plus rapprochées à Paris et Bordeaux. Ce financement m’aidera à planter des graines que je compte bien aussi disséminer.

dandelion-seed-head

OUI, MAIS JE N’AI PAS DE GROS MOYENS

Il n’y a pas de ‘petit’ geste. Je le dis sincèrement. Quelque soit la manière que vous choisissiez pour manifester un intérêt pour ce que je me propose de créer c’est un élan qui me porte. Et ça, c’est inestimable.

  • On peut participer avec 5€
  • On peut publier des commentaires encourageants sur les posts que je publierai prochainement sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn)
  • On peut copier-coller le lien vers le site de financement participatif : https://fr.ulule.com/yogaenmouvement-marseille/ sur ses réseaux sociaux en ajoutant tout ce qui fait la différence :  quelques lignes sur les raisons personnelles qui vous poussent à m’encourager. Ça interpellera vos amis qui ne me connaissent pas et les invitera à se renseigner ℹ️ sur le projet.).

Plus il y a de personnes qui manifestent leur soutien, plus ça créera une émulation positive.

_MG_7402

Namasté ❤

>>EN SAVOIR PLUS ET/OU PARTICIPER<<


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

LE GHEE DIMINUE LA TOLERANCE AU CYNISME

Mardi 21 mars 2017 – Laurence Gay.

Après plusieurs tentatives infructueuses et à défaut d’avoir du temps, j’avais abandonné l’idée de me préparer mon ghee maison. Kesako? Le ghee, ou beurre clarifié, est très prisé en Ayurvéda parce qu’il est dit qu’il nourrit le corps et l’intellect en agissant au niveau cellulaire. Cette année, mes emplois du temps sont décousus et j’ai pris le temps de m’atteler à nouveau à la préparation de ce nectar. Pourquoi maintenant? Parce que primo, la boite de ghee tout prêt qui traine dans ma cuisine s’est finie et que chez l’épicier exotique de Noailles, ils n’avaient que des gros formats de boites, trop chers. Et deuzio, j’ai besoin de ghee pour cuisiner mon kitchari salvateur en cette sortie d’hiver.

Au printemps et à l’automne, je procède à un rééquilibrage digestif en suivant les principes de l’Ayurveda. Je suis en plein dedans depuis mon retour du week-end de stage à Paris de la mi-mars. Certains se demandent quand je vais leur balancer la recette du ghee. Vous allez être déçus. Je vous communique toutefois le lien de ce site canadien ‘healthyfoodie‘ où j’ai trouvé la recette pas à pas du ghee. Si je n’ai pas raté mon coup cette fois-ci, il n’y a pas de raison que vous ne réussissiez pas vous-même. Parole d’une nulle en cuisine qui s’assume.

Alors que j’ai entamé mon programme de réactivation du feu digestif, j’ai les idées plus claires et le regain de discernement subtil s’est fait sentir dès le week-end passé. Je vous raconte.

Samedi dernier donc, je suis allée au festival Babel Med Music à Marseille et j’ai eu un choc musical à m’en donner la chair de poule en écoutant Betty Bonifassi. Cette artiste interprète des chants d’esclaves sur une musique rock-pop. Musicalement aboutie, vocalement incarnée, la prestation était magistrale. Le concert a commencé avec un solo de guitare électrique lancinant avec lequel la chanteuse a entamé un dialogue. J’ai physiquement frémi. Betty Bonifassi a dit de ces chants qu’ils étaient de la beauté surgie de l’horreur et je dois dire que Betty elle me l’a communiquée cette beauté, jusque dans ma chair.

betty-bonifassi
©Betty Bonifassi

Dans un de ses modules de formation, Shiva Rea nous parle du principe de rasa. Pour le comprendre, elle évoque l’origine du concept dans le domaine artistique Indien. Rasa est alors décrit comme un état d’absorption complet de l’artiste et des spectateurs. Quand on cultive rasa, l’esprit pensant se tait et la sensation pure pulse dans tout le corps. On peut dire que Betty, elle s’y connait en rasa.

A la sortie de ce concert, je retrouve des amis d’amis qui y avaient aussi assisté. Quelques échanges sur nos impressions et il s’en trouve un qui ajoute son « Oui, mais » en parlant d’un manque de ceci et d’un manque de cela. J’aurais laissé ses propos sans suite si ses remarques étaient autre que ce qu’elles étaient. Si ces propos étaient autre chose que du cynisme. J’ai senti le ghee couler dans mes cellules. J’ai répliqué, argumenté puis me suis mise en route pour un autre concert qui avait lieu dans une salle annexe, sans rentrer dans le jeu des joutes discursives qui n’ont pour objet que de savoir qui a raison. Il n’y avait ni agacement, ni colère en moi, juste de la clarté et la volonté farouche de la préserver.

L’Ayurvéda nous apprend qu’agni, le feu digestif, est présent certes dans le système digestif, mais aussi dans la peau, dans la vision et dans l’intellect. Ce concert et la discussion qui s’en est suivie m’ont fait sentir le regain d’agni de manière tellement sensible. Je crois qu’il est nécessaire de maintenir ce feu vivace pour ne pas laisser le cynisme auto-induit ou extérieur dévaloriser, rapetisser voire annihiler tout ce qu’il vise. Le cynisme est toxique. Plus encore le cynisme intellectuel. Il veut écraser l’intuitif de toutes ses forces. Et bien vous savez quoi? Je ne le laisserai pas faire. Quand la beauté me traverse, je la suis.

MARIE, 42 ANS, EN RECONVERSION DANS LE DOMAINE DE LA CULTURE

temoignage_yoga_marie-josee_laurence-gay-blog-paris-marseille.jpg

« Après des années a pratiquer différents types de yoga et un hiatus de pratique assez long, j’ai découvert  la méthode du prana vinyasa avec Laurence il y a quelques années  et ce fut un coup de foudre des le premier cours. La fluidité et le rythme de cette pratique m’ont tout de suite attirée et Laurence a une méthode d’enseignement qui vous permet de progresser consciemment quelque soit votre niveau de départ. C’est donc avec beaucoup de regret que j’ai du arrêter la pratique pendant quelques mois pour des raisons de santé. Mais cela m’a permis de confirmer quand j’ai eu le bonheur de reprendre, que j’avais bien trouvé une pratique et un professeur qui me correspondaient. Laurence a su adapter son enseignement à mes contraintes de convalescente et en optant pour un suivi personnalisé avec elle, j’ai pu accélérer de manière exponentielle ma guérison.

Je conseille fortement à quiconque s’intéresse au yoga et veut le pratiquer avec le maximum de bénéfice son stage sur « La structure et le flow » car quelque soit votre niveau ou votre pratique de prédilection, il permet de (re)découvrir et d’approfondir les bases. La conscience des postures s’en trouve enrichie et pour ma part, chaque stage a sensiblement remis mon corps dans son axe et facilité le mouvement. »

Marie, 42 ans, en reconversion dans le domaine de la culture