ARRETONS AVEC LES CLICHES DE YOGA ▪️ NEWS DECEMBRE

A la rentrée, en diverses occasions, on m’a demandé des photos de moi en position de yoga et des portraits. Les clichés dont je dispose ont déjà pas mal servi alors j’en ai profité pour me livrer à cette expérience que je déteste : me faire tirer le portrait. Je déteste ça parce que je ne suis pas une poseuse.

Quand je pose pour une photo, on me demande sans cesse d’être autrement que ce que je suis. Quel paradoxe! Alors que ça fait des années que je travaille à la découverte et conquête de ce que je suis vraiment, vous me demandez de dévier la trajectoire pour me conformer à ce qu’on attend de moi sur pixels!

Qu’attend-on de moi (et du yoga) sur pixels ? Bah que je m’adapte à l’imagerie d’Epinal qui va avec. « Ca ne te ressemble pas, tu as l’air dur sur cette photo. Toi, tu es douce. Le yoga, c’est apaisant. » ; « Quelque chose de plus pimpant, pétillant. Souris, c’est quand même mieux. »

Deux mots se précipitent : stéréotypes et projections. Je voulais partager avec vous deux photos de yoga et vous en dire plus sur la personne qui pose.

vert_bras_guruda_haut_petit
Image : ©laurencegay.com

Cette photo a été prise par Alexandre. Je suis arrivée au studio de prise de vue après avoir trop peu dormi. J’avais passé une nuit effroyable. Je n’avais pas arrêté de pleurer. Mon petit ami de l’époque était violent. Nous avions eu une forte dispute toute la nuit. Alexandre et son assistant ont été super gentils et m’ont aidée à me détendre un peu. C’était il y a 7 ans.

DSC02618
Image : ©jacdemars

Cette photo a été prise cette année par Jacques. Cette session photo a du être organisée début septembre, assez vite. Il y a avait urgence à fournir les images aux personnes concernées. J’aurais pourtant préféré les faire à un autre moment. Je n’avais pas la tête à m’entendre dire qu’il fallait sourire. Je m’étais répété ça pendant presque un an. J’en avais assez. A peine deux semaines auparavant, j’avais dû prendre la décision de rompre ma relation amoureuse et déménager mes affaires de chez l’homme dont je me séparais. Une décision difficile ; une relation unilatérale ; j’étais en train de me perdre. Depuis, je suis hébergée chez une amie.

il y a sept ans, si je n’avais pas été suffisamment « dure », j’aurais pu y rester. Cette année, ma vie rentre facilement dans quelques cartons usés par les déménagements. Sans le soutien de mes amis, je serais à la rue. Comprenez que la gravité d’une situation peut se lire aussi sur un visage.

Arrêtons avec les clichés de yoga. Arrêtons de façonner une perception trompeuse de ce que l’on pratique. Nos vies ne sont pas faites de successions de salutations au soleil langoureuses à Bali. Tout le monde essuie des revers, tout le monde tombe à terre, tout le monde repart de zéro à un moment ou un autre. Les profs de yoga aussi. Et laissez-moi vous dire qu’il y a du yoga dans tout cela. Ma pratique de yoga (asana, pranayama, méditation et tutti quanti) maintient mon corps solide, me permet de laisser émerger ce qui est, de me détacher des scenarios « Et si … » et de ne pas sombrer dans le pathos. Et une autre chose de yoga merveilleuse prend corps : le soutien inattendu de personnes proches (mais pas que) qui m’a permis de réaliser que j’ai la chance d’avoir tissé des liens qui ont une importance indicible. Je tiens aussi à ajouter qu’enseigner le yoga, et j’entends par là créer le cours et le dispenser, fait aussi partie de l’équation. Je ne trouverais jamais les mots suffisamment puissants pour communiquer à tous ceux que j’ai le privilège de côtoyer sur les tapis que l’intérêt que vous manifestez en accueillant ce que je vous propose et l’enthousiasme, la gentillesse et la vulnérabilité dont vous faites preuve pendant les sessions donnent un sens profond a ce que je suis et ce que je fais. Et, sans le savoir, vous me faites relever la tête et garder le cap quand des expériences intimes me bouleversent et me font douter.

Lorsque vous choisissez de publier des photos de yoga, avant de la poster, posez-vous la question de votre intention. Et là, je formule un souhait pour que collectivement, on fasse évoluer les choses.  Je souhaite qu’à l’aide des images de yoga que nous choisissons de publier, nous racontions une histoire, une histoire qui est la nôtre, une histoire qui peut nous relier aux autres. Je souhaite qu’on arrête de se forcer à sourire ou à poser sur les photos de yoga et qu’on ait enfin des choses vraies à partager et pas de leçons a donner. Les apparences clivent, les histoires elles, rassemblent.

NEWS DE DECEMBRE

Vous trouverez le planning complet et les liens vers les descriptifs des activités et les modalités de participation ici. Je dresse ci-après un récapitulatif pour nous remettre les idées au clair. Lisez ce post jusqu’au bout parce que j’y annonce à la fin quelque chose d’important…

Marseille

Mar 5/12 : 12h30 cours 1h15 au Grenier du Corps (7e)
Sam 9/12 : 11h cours 2h au Grenier du Corps (7e)
Sam 9/12 + Dim 10/12 : >COMPLET< Module d’approfondissement 3/4 8h au Grenier du Corps (7e)
Mar 12/12 : 12h30 cours 1h15 au Grenier du Corps (7e)
Mar 19/12 : 12h30 cours 1h15 au Grenier du Corps (7e)

Paris

Sam 16/12 : 13h30 atelier 2h30 à Yoga Village (2e, Opéra)
Dim 17/12 : >COMPLET< 13h atelier 3h à Big Apple Yoga (2e, Montorgueil)

L’ANNONCE DE FIN (que vous attendiez ;-))

Je vais bientôt lancer une campagne de financement participatif pour me permettre de lancer une offre cours « à la sauce Laurence » à Marseille. En 2018 je souhaite m’installer dans un lieu où je puisse enseigner en proposant une offre de cours pas comme les autres. L’aboutissement d’une digestion de 16 ans d’enseignement! La liberté ça se créée comme le dit un ami et pour la créer j’aurai besoin d’un soutien financier et j’espère que certains d’entre vous pourront m’épauler. Je vous tiens au courant.

#bereal #haveheart #livelife

Namaste ❤


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

ARRETONS AVEC LES CLICHES DE YOGA ▪️ NEWS DECEMBRE

L’ENGAGEMENT ▪️ NEWS DE NOVEMBRE

not-available-on-the-app-store
Image : http://www.thisiscolossal.com

Marseille, le mardi 7 novembre 2017.

Un truc grave est en train de se produire. Nous le cautionnons entièrement, au nom du progrès, de « l’évolution », sous couvert de distraction et de praticité. Nous nous enfermons dans des bulles de complaisance, nous cochons à la va-vite des cases « j’accepte les termes et conditions » et nous laissons nos gadgets électroniques traquer nos comportements en les autorisant à « personnaliser notre expérience de navigation ». Notre attention est captée, capturée et maintenue captive par le plus offrant. Notre temps est convoité et monopolisé. La surenchère a l’attention agit par les leviers des émotions, des apparences et du bruit. Hygiénisme émotionnel, sensationnalisme, mises en scène factices des personnes ou de la vie des personnes, manichéisme, exhibitionnisme, notoriété virtuelle en vente libre par achats de suiveurs et de ‘like’. Un truc grave est en train de se produire. Une crise de l’attention qui sape les fondements de notre engagement avec nous-mêmes, avec les autres, avec la vie. C’est un vaste sujet que j’aimerais creuser davantage avec vous à l’avenir, parce que oui, ça imprègne l’approche qu’on cultive du yoga et mon coup de gueule touche à ce qui suit :

  • La théorie n’est que prétexte à pratiquer. Ne nous trompons pas d’objectif.
  • La vérité, quelqu’en soit l’objet, n’est détenue par personne mais par tous. Sachons reconnaitre nos préjugés et écoutons, pour de vrai.
  • Ne laissons personne nous dire qui nous sommes. C’est notre p** de job que de le découvrir. Le yoga est un des outils pour y arriver, la vie est le prétexte pour le faire.
  • Laissons-nous être éblouis, non pas par la lumière bleue des écrans, mais par ce que nous entreprenons, ce que nous créons, ce que nous faisons. Aussi petits que puissent sembler nos accomplissements, en apparence. Le quotidien est sacré.
  • Rencontrons-nous. Apprenons les uns des autres. Emerveillons-nous. Vibrons. Indignons-nous. Observons-nous. Confrontons-nous. Questionnons-nous dans un contexte fertile, qu’il soit réel ou virtuel, mais ancré dans l’expérience et dans le respect de soi et des autres.

Bon, en parlant de passage à l’acte, dans le réel, voici nos prochains rendez-vous de yoga. J’en profite pour rappeler à ceux que j’ai le privilège de rencontrer dans la vraie vie, en cours ou stages, nous avons un groupe facebook qui nous rassemble, de Paris à Marseille en passant par Bordeaux et d’autres chouettes endroits ou vous entretenez la vibration haute. Je vous fais part dans ce groupe de nos actions sur tapis de yoga et je vous consulte aussi pour savoir quoi entreprendre de tangible pour vous transmettre du yoga, au mieux. Ca peut aussi être un terrain pour coordonner vos efforts quand vous déciderez de venir en nombre me rendre visite a Marseille à l’occasion de week-ends de yoga par exemple. Juste une idée en passant… Bref, si vous et moi nous sommes déjà rencontrés sur un tapis de yoga et que vous souhaitez rejoindre ce groupe, c’est ici.

MARSEILLE

sam 11/11
11h-13h
cours_du_samedi_matin_pas_trop_tot
>sur reservation

we 11/11-12/11
sam 14h-18h + dim 9h-13h
module approfondissement théorique
POLARITE & RYTHME EN YOGA
> inscriptions closes

Tous les mardi
12h30-13h45
cours du midi
> sans réservation / + d’info

PARIS

sam 25/11
13h30-16h
atelier integration debutant
SPECIAL RESPIRATION
> sur réservation à contact@yogavillageparis.com

dim 26/11
13h-16h
atelier integration intermediaire
TERRE SACREE
> complet

BORDEAUX

ven 17/11
9h-10h + petit déj
cours matinal suivi d’un petit déj
> sur réservation à @customindshop (fb ou IG)

sam 18/11
10h30-13h
introduction aux inversions
> sur réservation à cyrilyoga@hotmail.fr

sam 18/11
17h-19h30
pure energie!
> sur réservation à cyrilyoga@hotmail.fr


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

L’ENGAGEMENT ▪️ NEWS DE NOVEMBRE

MINUTE MYSTIQUE : NOUVELLE LUNE DU 19/10/2017

Wassily Kandinsky : Circles in a circle

Marseille, le mercredi 18 octobre 2017

Sources : ATROETIK.FR ; THEPOWERPATH.COM ; MOONCIRCLES.COM ; LEAHWHITEHORSE.COM

Voici donc (un peu en vrac) ce sur quoi concordent ces quatre sites d’astrologie au sujet de la nouvelle lune à venir qui est aussi l’amorce de la fête des lumières en Inde (Diwali) :

  • C’est le moment d’une réinitialisation radicale. Un reset sur ton de décharge électrique. On se doit de ne plus tourner en boucles.
  • L’heure est venue de formuler une nouvelle intention de transformation (sankalpa).
  • La décharge électrique n’est pas une punition, elle marque au contraire le moment d’ouverture de conscience sur nous-mêmes : « Je suis moi avec mes spécificités. » Ce « nous-mêmes » qu’on a mis entre parenthèse pour des raisons de politesse ou de convention sociale émerge. Sentiment exacerbé de liberté, sortie d’aliénation émotionnelle ou de contraintes égotiques.
  • « Surprenez-vous à vous laisser surprendre ». Période pendant laquelle notre créativité s’exprime.
  • Des rencontres ou partenariats avec des individus qui vont faire naitre de nouveaux schémas y compris en faisant éclater des relations existantes.
  • Honorer son corps et sa sensualité.
  • Mots clés : pulsion de vie, excitation, désir.

Namaste spécial à Virginie qui m’a fait découvrir astroetik.fr.

MINUTE MYSTIQUE : NOUVELLE LUNE DU 19/10/2017

TROP GENTILLE ▪️ NEWS D’OCTOBRE

Marseille, mercredi 4 octobre 2017.

Dans les messages scandés par les gourous du bien-être, la gentillesse est souvent avancée comme salvatrice dans ce monde de brutes. Salvatrice pour soi et pour le monde. Paradoxalement, on m’a fait la remarque suivante récemment : « Tu es trop gentille. C’est ton défaut. » On s’est empressé d’ajouter : « Enfin, c’est relatif. Faut pas être gentille envers tout le monde. » Là, on touche au cœur du sujet. La gentillesse est culturellement perçue comme de la mièvrerie, de la niaiserie, de la naïveté, de la crédulité, un piège qui se referme sur le gentil dès qu’un opportuniste aura besoin de sa ration de chair de gentil pour se bȃfrer du réconfort d’une oreille tendue ou d’un service rendu. Permettez-moi de remettre cela en perspective. Etre gentil c’est un choix et pas celui d’une stratégie d’évitement. Au contraire, c’est le choix de se connecter à l’autre, de reconnaitre une vulnérabilité partagée, de laisser de la place au point de vue de l’autre et d’éviter le jugement. C’est tout sauf passif. Si vous me demandez mon avis, l’indifférence est lâche et le cynisme, de l’arrogance facile. Des pièges, oui, je suis tombée dans certains. Mais au moins, j’aurais osé sortir de moi. Croyez-moi, le gentil est d’une race noble et sensible qui sait exactement à quel moment il faut se lever de table et partir. Ce qu’il a à offrir est bien trop précieux et puissant pour le cynique des mortels.

screenshot_20171004-112214176413260.png
Instagram @motelbunny

Bon. maintenant, gentiment, je vous balance les news d’octobre. Ca me fait sincèrement plaisir pour plusieurs raisons : je vais enfin pouvoir proposer un créneau hebdomadaire à mes copains de yoga à Marseille ; je vais revoir mes copains de yoga de Paris. Depuis juillet, on ne s’est pas vus. Ca fait long! Et enfin, je vais revoir mes copains de yoga de Bordeaux, pareil, juin, c’était il y a une éternité. Trop hȃte!

MARSEILLE

[] Ce mois-ci, notre rendez-vous du yoga_samedi_matin_pas_trop_tot aura lieu le samedi 14/10 de 11h à 13h. Cours pour tous de yoga en mouvement pour une pratique complète qui fait travailler haut et bas du corps, la respiration et qui se termine en relaxation. Tarif : 20€ / 30€ à deux si on s’inscrit à 2. Info et réservations en ligne.

[] La big news (roulement de tambours), c’est que je vais proposer dès le 10/10 un cours hebdomadaire d’1h15, tous les mardi au Grenier du Corps, 2 rue des Tyrans dans le 7e. Horaire : 12h30-13h45. Pas besoin de s’inscrire. L’encaissement est géré sur place par la personne de l’accueil (leurs tarifs).

PARIS

[] Il reste 2 places à l’atelier d’intégration débutant du dimanche 22/10 de 13h à 15h30. Tarif : 30€. Info et réservation en ligne. On se motive!

BORDEAUX

[] Vendredi 17 novembre. Un cours exceptionnel d’1h à la boutique Customindshop au 39 cours Pasteur à 9h. Le cours est suivi d’un petit déjeuner offert par la boutique. Tarif : 12€. Réservation nécessaire (seulement 8 à 10 places max) en réglant votre place en boutique. Le tapis est fourni. Si vous avez besoin d’info, contactez Lorraine et Anto sur facebook ou instagram : @customindshop.

received_73152629370059928204513.jpeg

[] Samedi 18 novembre. Deux ateliers. 2 x 2h30. Un à 10h30, l’autre à 17h chez Nataraja Yoga au 20 rue Vilaris. Au programme :

10h30 : « INTRODUCTION AUX INVERSIONS » (2h30)

Nous aborderons de manière ciblée, intelligente et progressive la construction des postures renversées (quand le bassin est au dessus de la tête) dans une séquence dynamique pour ouvrir et préparer le corps pas à pas. En fonction du groupe, notre focus se fera sur salamba sarvangasana, sirsasana, pincha mayurasana, adho muka vrksasana et leurs variations. Cette session inclut du pranayama et une relaxation guidée.

17h : « PURE ENERGIE » (2h30)

Une pratique stimulante, en mouvement, pour cultiver la force et agni, le feu vital. Psychiquement, nous cultiverons le principe de durer dans l’effort pour activer le processus de transformation sans disperser notre énergie mais au contraire en capter davantage. Nous passerons en revue des variations, ce qui permettra à chacun de travailler dans le périmètre d’une intensité cohérente avec son degré d’intégration posturale. Cette session inclut du pranayama et une méditation guidée.

Les tarifs et info sont sur le site du studio qui organise ma venue : le studio Nataraja.
Si vous avez besoin de contacter directement le centre, un email : cyrilyoga@hotmail.fr ou une page facebook : @studionatarajayoga


Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

TROP GENTILLE ▪️ NEWS D’OCTOBRE

FIFTY-FIFTY AUTOMNAL

maurizio_nannucci_peggy_guggenheim_venise.jpg
FB : Corinne Allavena

Marseille, jeudi 21 septembre 2017

« Changement de lieu, temps du changement, des réflexions qui changent, un avenir qui change. » D’après ce que j’observe dans l’actualité et à l’humble échelle de ma vie, cela fait un slogan sur mesure pour cet équinoxe d’automne [slash] nouvelle lune de septembre 2017. Nos jours sont aussi longs que nos nuits le 22 septembre pour ensuite laisser place au royaume de la nuit pendant quelques mois. De la nuit pour semer des graines. Apparemment le sol est fertile. En tout cas il semble que cette année, cette jonction de saison est puissante sur bien des plans. Voici retranscrit ce qu’en dit Robert Wilkinson, l’un des astrologues chouchou du site mysticmamma.com :

Beaucoup de choses ont radicalement changé depuis les dernières semaines, et nous pouvons enfin avancer sachant que même si une main nous prend quelque chose ; l’autre main, elle, nous donne précisément ce dont nous avons besoin.
Depuis l’éclipse solaire récente, une course s’est engagée et ce n’est pas le moment d’hésiter ou de se perdre dans des considérations inutiles. Faire ce qui doit être fait, promptement et efficacement. Et laisser les fantômes du passé couler dans le courant du temps.
Pardonnez beaucoup, délestez-vous beaucoup, lâchez ce qui ne vous sert plus et soyez prêts pour les révélations à venir … »


Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

FIFTY-FIFTY AUTOMNAL

RENTREE : 99% PRATIQUE, 1% THEORIE

Image : Cig Harvey, « Goldfinch »

Marseille, lundi 4 septembre 2017

« Comment s’est passé ton été? » Si vous me posez la question je serais bien tentée de vous répondre : « Il m’a remis les idées en place ». Ce fut mon premier été véritablement posée à Marseille. J’ai donc eu le luxe de profiter de bains de mer bien avant le solstice d’été et l’arrivée des vacanciers. Puis le luxe de bouder la plage après l’arrivée de ces derniers. Une fois les vacanciers rentrés, l’automne me promettra sans doute de jouir du privilège de reprendre la baignade. J’ai beaucoup de chance. J’ai aussi voyagé occasionnellement. Pour un concert, pour aider une amie à faire du gros chambardement dans sa maison et mon frère à ranger son garage ; j’ai aussi nourri les plantes et arrosé les châtons d’amies parties loin de Marseille pour mieux y revenir. Dans ce ronron estival j’ai reçu un message sur Instagram. On m’annonçait qu’une personne à qui j’avais donné des cours privés de yoga était décédée cet été. Elle avait à peine mon âge. Le cancer avait eu le dernier mot.

Revenir au flux d’images carrées après avoir lu cette triste nouvelle soulignait un contraste indécent. La vacuité de cette enfilade d’univers mis en scène versus la réalité mordante de la mort. Je reposai mon téléphone. Je pleurais. Il m’a mordu fort ce message. Certains des gens avec qui je partage le yoga deviennent des amis ; avec la plupart d’entre eux ce n’est pas vraiment de l’amitié ; c’est une relation subtile de confiance et de bienveillance qui s’instille. On se sent concerné par l’autre et ce qui lui arrive parce que traverser la vie de l’autre, ne serait-ce qu’une fois par semaine, dans l’optique de l’aider a rassembler toutes les facettes de lui-même et calmer son mental, ça ne laisse pas indifférent. Ca ne me laisse pas indifférente de recevoir la confiance de l’autre pour faire un bout de chemin sur ce sentier pas si balisé que ça qu’est le yoga. Ce n’est pas rien quand quelqu’un vous fait confiance. C’est même beaucoup. Un honneur.

Les marques de la morsure s’apaisent et font en même temps surgir une question. Vivre, en théorie et en pratique. La théorie sur la vie c’est ce qui vient nourrir les discussions de comptoir, c’est l’assiette de cacahuètes sur la table à l’apéritif. Beaucoup de certitudes, des jugement de valeurs et d’opinions grillés à sec. En pratique, la vie ça se passe de commentaires. On échafaude la vie, pour soi et pour les autres, maladroitement, en se concentrant du mieux qu’on peut sur ce qu’on fait. Je crois qu’on parle peu dans la pratique de la vie. Perdu au milieu de ces marronniers de rentrée des classes qui nous enjoignent de manière subliminale à consommer davantage pour atténuer nos craintes de la menace d’une guerre thermonucléaire sur fond de rage sociale, j’ai aperçu un arbre d’une autre espèce : le statut de Delphine sur facebook. En voici un extrait :

« Je suis TELLEMENT fière et heureuse car plusieurs mineurs isolés dont je me suis occupée exaucent leur rêve cette semaine : ils rentrent à l’école.

Permettez-moi donc de verser une petite larme de joie (voire un torrent) pour Raoul, Momo, Boubacar, Gul., Sad., Bazou, Moussa, Alseny, Bachir, Sadou et Rah.

Ils ont fui la guerre, la pauvreté, la maltraitance, ils ont dormi dans la rue et pour certains continuent à attendre de pouvoir être régularisés… mais lundi ou mardi, ils seront des ados normaux, et c’est le plus beau cadeau de mon année… et de la leur surtout. »

Delphine, je l’ai rencontrée dans des cours de yoga il y a longtemps. Nous sommes restées en contact sur les réseaux sociaux, elle m’avait gentiment prêté main forte avec la migration de mes cartons du 10e au 17e il y a quelques années. C’était la dernière fois qu’on s’était vues. Depuis quelque mois, Delphine publiaient dans ses statuts des demandes de bénévoles pour aider les personnes migrantes. Son dernier statut m’a émue et remplie de joie parce que je suis les péripéties de Delphine depuis un moment et je sais donc que ce statut est un sacré jalon.  Je vais vous raconter tout cela. D’abord, je vais vous en dire plus sur Delphine parce qu’elle a fait le choix clair de pratiquer la vie en laissant les théories de côté.

Delphine avait initialement proposé son aide au Collectif Parisien de Soutien aux Exilé-e-s pour préparer à manger pour des personnes migrantes échouées dans notre capitale. Ce faisant, elle avait vu passer des annonces qui disaient que des mineurs exilés étaient à la rue. Et ça ne l’a pas laissée indifférente. Elle s’est rapprochée de l’association Paris d’Exil qui fait de l’hébergement solidaire, dispense des cours de français et propose des activités à des familles ou des enfants sans famille exilés. En théorie, venir en aide à un plus faible que soi est évident ; en théorie toujours, faire de la place dans sa maison à une personne qui n’a plus de toit, est juste une question d’organisation. Ah, ce que nous aimerions vivre sur cette terre promise qui a pour nom Théorie! Delphine, elle, a préféré quitter Théorie. Soyons francs. Ca n’a pas été simple. Elle s’est jetée a l’eau en proposant d’héberger un jeune afghan chez elle. Mais passer de la théorie à la pratique ça fait peur. Elle a flippé au point de demander à un pote de bien vouloir rester chez elle le premier soir où elle hébergeait Rahim, le jeune exilé. Mais ce pote est parti aussi vite qu’il est arrivé parce qu’elle a vite réalisé qu’il n’y avait rien à craindre. Depuis son passage à l’acte, elle m’a confié être prise dans un tourbillon. Elle a rejoint les membres de Paris Exil qui hébergent ces ados venus d’ailleurs : « (…) j’ai intégré l’équipe qui organise les hébergements. Mais bon, on est entre 3 et 10 pour gérer l’hébergement de 50 à 100 ados. »

Mais bon Delphine, réalise la p*** de différence (pratique) que tu fais dans la vie de ces mômes! Je sais, tu me l’as dit toi-même, tu n’es pas seule a être passée a l’acte. En sus des collectifs cités, tu m’as mentionné le collectif Accompagnement des Jeunes Isoles Etrangers qui accompagne les enfants dans les procédures administratives et juridiques et une femme de terrain indépendante que tu admires beaucoup : Agathe Nadimi.

En conclusion, Delphine me dit qu’il y a beaucoup de bonheur dans tout ça. Le bonheur de réaliser qu’il y a « des gens vraiment géniaux » qui articulent toutes ces actions pour aider les personnes exilées. « Et les jeunes … » ajoute-t-elle « Il y en a qui me chavirent le cœur de simplicité et de gentillesse. Malgré ce qu’ils ont vécu. »

Je crois qu’une Delphine sommeille en chacun de nous. Passer à l’acte. Faire le grand plongeon. Faire confiance. Sortir de soi. Changer de peau. Faire éclater la bulle. Participer. C’est Delphine. C’est yoga. C’est 99% de pratique ; 1% de théorie.

C’est aussi en ces termes que je nous souhaite à tous d’envisager cette rentrée. Faisons-le pour nous-mêmes et pour ceux qui nous font confiance, hier, aujourd’hui et demain.

Namaste.

Merci Delphine, Capucine, Ingrid et Eve ❤


Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

RENTREE : 99% PRATIQUE, 1% THEORIE

TROMPERIES ET VERITES SUR LA SOUPLESSE EN YOGA

elodie_guezou_contorsionniste
© Elodie Guézou contorsionniste

Dimanche 20 août 2018 – Laurence Gay

Le mot souplesse a deux sens. Celui qui obnubile le yoga actuel est celui de l’agilité dans les mouvements. Le Dictionnaire Historique de La Langue Française nous apprend que le mot souplesse s’employait à l’origine au pluriel, les souplesses, et désignait une acrobatie, un tour de saltimbanque. On est en plein dedans avec toutes les représentations de contorsions extraordinaires dont on nous inonde au sujet du yoga. Toutefois, cette surreprésentation de tours de souplesse dans le yoga nous trompe sur la discipline. D’abord la tromperie se fait dans l’inconscient collectif.

De nombreuses personnes prennent peur à la vue de ces corps emmêlés et finissent par se convaincre que le yoga n’est pas fait pour leur corps à eux. Ils en concluent qu’être souple dans son corps est nécessaire à la pratique des asanas. Rien à voir. La pratique des asanas est centrée exclusivement sur la circulation de conscience dans les parties les plus fines du corps. Vous disposez d’un système nerveux? Vous disposez d’un véhicule qu’on appelle corps? Vous disposez d’une conscience? Oui. Alors, je vous rassure tout de suite. Vous êtes parfaitement équipé.

La souplesse, c’est dans la tête

Combien de fois ai-je entendu des personnes venir à moi en début de cours pour me dire : « Je viens au cours mais le problème c’est que je ne suis pas souple »? Inversement, des personnes me disent aussi « J’ai proposé à ma copine de venir a ce cours, elle n’a jamais fait de yoga, mais ça ira, elle suivra, elle est souple». Dans les deux cas, poser la sensation de raideur ou de souplesse dans le corps, respectivement, comme un problème ou un atout pour faire du yoga témoigne pour moi avant tout d’une attitude mentale. Pour la personne qui se perçoit comme raide cela se traduit par « Je ne vais pas y arriver », pour l’autre, qui se perçoit comme souple, cela équivaut à dire « Je peux tout faire ».

L’inconfort a sa place en yoga

Les notions d’aisance et d’inconfort sont des notions clés de la pratique des asanas (postures de yoga). On dit que l’asana est la résultante d’une posture qui marie aisance et fermeté, détente et effort juste. Que l’on soit raide ou pas, l’enjeu physique est d’être sensible à la structure qu’on établit avec son corps et, indissociable du premier en yoga, l’enjeu psychique est d’observer nos réactions et nos choix. Voici comment Eva Ruchpaul décrit ce processus.

« [Un débutant, face à la difficulté mécanique, qui sera désireux d’étudier en même temps ses capacités psychiques] organise donc la posture et sent l’inconfort avant de parvenir a l’installation complète. Là, au lieu de forcer, il reste sur ses positions, il attend comme un animal qui flaire l’adversaire. Cet arrêt, même très court, voire virtuel permet deux résultats immédiats : sur le plan physique, les contractions musculaires antagonistes ou inutiles vont se dénouer d’elles-mêmes ; sur le plan psychique, le seuil de la douleur va s’élever : à ce stade l’inconfort diminue. Alors l’apprenti pousse la posture légèrement plus loin, il va frôler la douleur, mais s’arrêter juste avant, et là, il va durer, s’installer pour tenir le plus longtemps possible. »

[En lire plus dans FAUT-IL SE FAIRE VIOLENCE EN YOGA?]

Tada! Je ressors mon dico pour vous donner l’autre définition du mot souplesse qui fait écho aux propos d’Eva. Au sens figuré, souplesse est défini comme « l’aptitude qu’a une personne à s’adapter aux circonstances », dans le sens « de ce qui donne une impression d’harmonie ». Harmonie versus performance en yoga, bon sujet de dissertation vous ne trouvez pas? Vous avez 4h … 😉

La grande menteuse : l’hypermobilité

La tromperie se poursuit dans l’apparence de souplesse. Et celle qui nous dupe s’appelle hypermobilité (elle est aussi appelée hyperlaxité). Elle se manifeste chez un individu dont une ou plusieurs articulations ont une amplitude de mouvement hors norme. Une personne peut être naturellement hyperlaxe dans certains endroits de son corps et pas dans d’autres. Ce qui fait que certains, debout, se plient en deux en touchant le sol avec les paumes de main et en gardant les jambes tendues et pourraient y rester des heures alors que l’idée de passer des heures en badha padmasana leur fait moins envie. Bien ou mal? Vous savez bien que notre propos est au-delà de cela.

Cette mobilité exagérée s’explique par l’hérédité, la constitution propre à l’individu, par des changements fonctionnels ou structurels de l’articulation et des tissus connectifs (fascias, tendons et ligaments) qui s’y rattachent (1). Sur le site Médecine des Arts, le Docteur A. Arcier rapporte les résultats d’une étude menée sur l’hyperlaxité en comparant une population de danseurs du Royal Ballet et une population d’élèves infirmièr(e)s d’ȃge équivalent. Les résultats mettent en avant que l’hyperlaxité importante des danseurs n’est pas seulement acquise par l’entrainement, elle serait un critère de recrutement. L’hypermobilité conférant aux gestes dansés une esthétique recherchée, elle est un critère de sélection pour l’école de danse. L’entrainement des danseurs (mais pas que, les gymnastes sont logés à la même enseigne) va donc viser à accentuer cette hyperlaxité naturelle. Ce qui, dans l’optique de performance, n’est pas sans poser problèmes : luxations, entorses, déchirures de ligaments, risques de blessures articulaires et à plus long terme arthrite articulaire.

Nul besoin de rappeler que la performance n’a pas sa place dans notre pratique du yoga … Si? Bon, c’est chose faite alors.

069f_008a

Pourquoi une personne hyperlaxe peut-elle se blesser en cherchant davantage de souplesse?

Réponse courte : elle se blessera si elle n’apprend pas à rééduquer sa perception du corps en mouvement et en position statique.

Réponse longue : lire ce qui suit.

L’hyperlaxité est une élasticité exagérée de certains tissus dans le corps et notamment dans les tendons et ligaments. Petit détour anatomique : les tendons forment une liaison entre un muscle et l’os et transmettent la force au système squelettique, les ligaments ont pour vocation de tenir ensemble des os et stabiliser les articulations. Pour qu’ils assurent leurs rôles, leur élasticité est normalement minime. Pour faire simple, leur rôle est de maintenir la structure intègre dans le mouvement. Comme je l’expliquais plus haut deux des notions clés dans la pratique des asanas : structure et conscience. Or quand une personne travaille des asanas qui requièrent une certaine ouverture (ou amplitude de mouvement) dans une zone de son corps hyperlaxe, si cette personne travaille en absence de conscience, le mouvement se fera tout seul mais le chemin structurel aura été contourné. La personne hyperlaxe rentre « comme dans du beurre » dans certaines positions mais ne ressent pas la structure dans laquelle elle s’installe, voire même, la subit, parce que les contournements induits par son hyperlaxité va dénaturer la structure recherchée par la forme de l’asana. A force de contournement, des tensions finissent par s’accumuler et lorsqu’elles se transforment en douleur, la structure du corps est déjà bien mal en point. L’agencement du mouvement va sur-solliciter, sans maintien, les zones laxes et peut provoquer sur le coup ou à force de répétition, des pincements ou de l’usure dans la zone du corps concernée.

Souplesse « vide » ; souplesse « forte »

J’ai fait appel à une amie pour nous éclairer davantage. Elle est excellente professeure de Pilates, spécialiste du mouvement. Elle s’appelle Maria Elena Bernardi (StudioM à Paris). Je ne l’ai pas choisie parce qu’elle est mon amie, mais surtout parce qu’elle travaille avec un public large de jeunes ou moins jeunes, danseurs ou pas et qu’elle est une experte bienveillante. Ce sont mes préférés, les experts bienveillants.

J’ai donc demandé à Maria Elena de nous parler d’hyperlaxité. Elle qualifie l’hyperlaxité de souplesse « vide », comprendre vide de conscience. Attention, il ne s’agit pas d’un jugement sur la personne mais d’un qualificatif relatif à la conscience corporelle qu’elle s’est forgée au fil du temps. Une forme ou un mouvement du corps se fait tout seul sans aucune sensation du chemin qui porte la forme ou qui articule le mouvement. Dans son corps, une personne hyperlaxe manque souvent d’organisation, de coordination, de réponse.

Par opposition, une souplesse que Maria Elena qualifie de « forte » est un état de conscience des espaces dans le corps pour prendre appui dans le mouvement ou dans l’établissement d’une posture. Plus on utilise des points d’appui dans son corps moins on subit la gravité. L’enjeu pour une personne raide qui travaille sur son corps est de trouver de l’espace à l’intérieur d’elle-même ; selon Maria Elena, la clé est la détente. Pour une personne hyperlaxe, cultiver sa souplesse signifiera passer de la souplesse « vide » à la souplesse « forte », et pour ce faire, l’enjeu est de travailler sur le rythme et la dynamique d’exécution des mouvements.

Souplesse? Dans ton fascia!

Maria Elena ajoute aussi une considération physiologique ayant trait aux fascias. Ces membranes enveloppent les structures anatomiques en nous (organes, muscles, os, nerfs, vaisseaux, etc.) pour les maintenir, les séparer et les faire glisser entre elles. Les fascias sont essentiels au mouvement ; des fascias élastiques et donc hydratés sont essentiels à la souplesse. Or si je vous dis que ce n’est pas l’eau que vous buvez qui fait le travail, quoi donc? Le mouvement. Maria Elena précise que le fait de travailler un mouvement sous des angles différents est ce qui permet de garder des fascias joyeusement élastiques.

Souple? Dans tes rêves!

Dans nos pratiques, la visualisation et l’imagination sont des outils essentiels. Maria Elena précise que les véritables enjeux concernant la souplesse sont de :

  • sentir que plein de directions dans le corps peuvent se déployer
  • prendre conscience de l’organisation générale du corps

 


(1) Fascias in sport and movement par Robert Schleip

TROMPERIES ET VERITES SUR LA SOUPLESSE EN YOGA