MATIERE A VIBRATION

pianonotes
Source : www.cymascope.com

Marseille, le 5 novembre 2018.

J’ai eu la chance de grandir avec de la musique dans ma maison. L’un de mes parents était fan de blues et de jazz. Ça reste en vous ce genre de choses. La mode dans le yoga est aux immersions dans des bains sonores. Ça peut paraître farfelu pour certains, et pourtant. La musique, les sons, sont des vibrations. Les vibrations entretiennent une relation particulière avec la matière. Si vous creusez un peu dans les textes scientifiques ou philosophiques qui traitent de la nature primordiale des choses, les vibrations seraient à la naissance de tout. Nous percevons les vibrations, selon leurs fréquences, comme une couleur, un son ou de la chaleur. Nous les ressentons aussi comme émotions. Des textes nous disent aussi que nos pensées et nos paroles sont chargées d’une vibration propre.

Sur l’image qui accompagne ce post, on voit des notes de musique rendues visibles. C’est juste fascinant. Ce partage m’a été inspiré par un artiste dont la musique m’accompagne souvent. J’ai appris hier son décès. Il s’appelle Roy Hargrove. Apprendre qu’il était parti m’a fichu un choc. Je l’ai vu jouer live au Jazz des Cinq Continents à Marseille cet été et au New Morning à Paris il y a plusieurs années. Il incarnait quelque chose de vrai et de beau. Je me rappellerai toujours ce concert parisien, il y a eu un moment pendant le set où je me suis sentie tellement happée que j’ai cru le temps suspendu. Un alignement parfait, magique. Punaise! C’est rare et précieux des moments comme ça. Je lui dis merci.

Je l’ai déjà écrit sur mon mur Facebook perso hier, mais je le réécris ici. Après avoir appris que Roy Hargrove nous avait quittés à l’ȃge de 49 ans, j’ai lu foule de témoignages d’artistes ou de personnes qui l’ont côtoyé. Et l’empreinte sonore et humaine qu’il laisse m’a rappelée de manière foudroyante deux choses. Donner le meilleur de soi. Le faire maintenant parce que demain n’existe pas.

Visuel découvert sur le site http://www.cymascope.com

DES TRUCS RAMENES DE L.A. – JE PARTAGE

Je suis rentrée depuis une semaine et j’ai repris d’emblée mes cours. Je ne vous cache pas que ce week-end j’ai fait deux grasses matinées indécentes et voluptueuses pour laisser mon organisme digérer le décalage horaire et se reposer de l’inconfort du voyage en classe éco pendant 12h.

Outre du soleil, de la lumière et du yoga groove plein les cellules, j’ai rapporté 3 trucs de L.A. Et je les partage avec vous.

Truc #1

Un capri de la marque Onzie. Une marque made in L.A. avec des imprimés magnifiques sur des matières techniques légères. Voici le mien. Pour vous procurer un vêtement Onzie, vous pouvez commander sur leur site internet. Je ne me suis pas renseignée sur les frais de port pour la France, à vous de voir. Autre alternative : on peut suggérer à Pamela de YogaConcept de rendre cette marque disponible en France. Pamela, qu’en penses-tu?

wpid-img_20140615_15044632.jpg.jpeg

Truc #2

Un mala assemblé avec amour par Fiona. Fiona est Canadienne et réalise des malas à la demande. Les malas sont ces colliers à 108 perles qui servent à la méditation, on fait rouler les perles l’une après l’autre dans sa main droite en prononçant un mantra ou en respirant. 108 est un chiffre sacré en yoga. On peut comparer un mala au komboloï des hommes grecs ou au chapelet pour les chrétiens. C’est un outil pour ancrer l’attention.

J’ai rencontré Fiona lors de la formation. Elle vendait quelques uns de ses malas au studio de yoga où nous étions, je m’en suis offert un. Sa marque : Karmala Designs.

Les perles de mon mala sont des graines de rudraksha (équilibre spirituel, harmonie corps-esprit-âme), de l’amethyste (sagesse, spiritualité, protection, inspiration et paix intérieure) et de l’agate bleue (harmonie yin et yang).

Vous pouvez personnaliser le vôtre et le commander sur son site internet, Fiona livre vers l’Europe.

wpid-img_20140615_151035405_hdr2.jpg.jpeg

Truc #3

De la good vibe!

L’album de LaMer, une artiste Californienne, qui suit elle aussi les formations de Shiva rea depuis plusieurs années. LaMer était motorisée et a conduit un petit groupe sur les collines de Malibu pour notre journée yoga au vert (je vous avais posté quelques photos sur Facebook). Dans la voiture on lui a demandé de nous mettre de sa musique et j’ai beaucoup aimé, je lui ai acheté son CD. Vous pouvez vous procurer son album sur iTunes : LaMer, nom de l’album : Anchor Baby.

Et aussi de la musique d’ambiance pour le yoga (ou pas) que le mari de Tiffany, une autre de mes comparses de formation, a composée. Le nom de son groupe : Yogaphonics. Vous pouvez découvrir l’album sur SoundCloud et le télécharger gratuitement s’il vous plait. C’est cadeau! Merci Christopher et Tiffany.

wpid-img_20140615_151202222_hdr2.jpg.jpeg

INDIA ARIE CHANTEUSE SOUL ET YOGINI

J’avais adoré son premier album Acoustic Soul sorti en 2000 et des poussières. C’était il y a un bout de temps, je sais. Mais plus récemment l’artiste a fait la couverture du Yoga Journal. Et moi je trouve ça toujours super excitant de faire le constat que des gens qui m’inspirent ou me touchent fassent du yoga.

080612-fashion-beauty-india-arie-yoga-journal

Dans le magazine elle explique qu’après le succès et les tournées qui ont suivi, elle se sentait moins authentique dans ses chansons. Et figurez-vous qu’en rentrant de ses multiples spectacles, elle se met au yoga. Bingo, la révélation : « Le bien que ça m’a fait est très profond. » dit-elle. Depuis lors elle voyage tout le temps avec son tapis de yoga et pratique de temps en temps en cours et principalement seule au petit matin. Ça c’est le Yoga Journal qui le dit (peut-être qu’ils en rajoutent un peu …). De tous les changements que le yoga a induit, elle note que c’est la transformation dans sa musique et de ses paroles qui est la plus importante pour elle : « Tout dans ma musique est empreint d’émotion et de spiritualité, mais depuis que je me suis mise au yoga, la source où je puise tout cela a considérablement changé. »

india-arie

En parlant de l’un des titres d’un nouvel album à venir, Gift of Acceptance, elle explique ce qui a changé : « Les choses que je raconte dans cette chanson sont des choses que j’ai toujours pensées, mais je pense que j’en avais peur. Je ne voulais ni blesser personne ni aller trop loin. Mais ne pas pouvoir m’exprimer vraiment dans ma musique, je ne pouvais plus l’accepter. Je n’ai plus peur. »

Si ça ce n’est pas du regain de confiance, je ne m’y connais pas!

India Arie est d’ailleurs intervenante au prochain festival de yoga Tadasana sur le thème : Le yoga de la musique.