L’HISTOIRE DE SHIVARATRI

Shivaratri est une fête qui célèbre le jour et la nuit au cours desquels Shiva a sauvé l’univers.

La légende raconte qu’alors que les ‘devas’ (des demi-dieux, des anges) et les ‘asuras’ (des démons) faisaient bouillir l’océan laiteux pour faire apparaître le nectar d’immortalité, ils virent apparaitre à la surface le ‘hala hala’ (le poison). Ils réalisèrent alors avec terreur que ce poison qu’ils avaient fait remonter en surface pouvait détruire la totalité du monde manifesté. Impuissants, ils se précipitèrent auprès du seigneur Shiva pour lui demander son aide. Le soir venu Shiva but le poison, sans l’avaler. Pour ne pas risquer de subir les méfaits du poison, il fallait que Shiva restât éveillé cette nuit-là. Les dieux l’y aidèrent en dansant et jouant de la musique toute la nuit. Shiva garda le poison dans sa gorge, sans l’ingérer. Le poison se transforma alors et Shiva devint bleu.

© Amar Chitra Katha

La morale de l’histoire

L’océan en ébullition est une métaphore qui fait référence à la pratique méditative et physique du yoga et plus précisément aux chamboulements occasionnés par le travail d’ouverture du ‘sushumna’ (le nadi ou canal d’énergie principal du corps qui se situe physiquement le long de notre colonne vertébrale) . Le ‘sushumna’ s’ouvre depuis la base vers le haut, l’océan laiteux représente la réserve d’énergie à la base de la colonne vertébrale.
Le travail énergétique du yoga va faire émerger à la fois le ‘amrita’ (le nectar d’immortalité) et le ‘hala hala’ (le poison). La question est de savoir quoi faire du poison.
Shiva, le yogi accompli et seigneur de la transmutation, nous a montré que le poison ne doit pas être recraché, il doit être transformé par le ‘vishuda’, le centre énergétique de la gorge (centre de purification) pour être ensuite réinjecté à l’intérieur de nous. Finalement nous en serons transformés (le changement de couleur de Shiva dans l’histoire). Le fait que Shiva ne devait pas s’endormir pour que la transformation du poison ait lieu est un rappel que l’attention est l’antidote au poison. La morale de l’histoire est que nous ne succomberons pas au poison et nous le combattrons définitivement par l’effort constant de présence et de conscience.

Bon Shivaratri à tous!

2012 : MÉTAMORPHOSE

J’ai été inspirée en lisant Le Monde du 26 décembre dernier. Voilà donc ce que je nous souhaite à tous pour 2012:

Passer d’une société de défiance marquée par la tentation du repli ou du renoncement, les oppositions catégorielles et les tensions sociales à une société fondée sur la confiance en soi et la confiance mutuelle. (…) Dans ce monde en crise, ce sont les talents qui feront la différence.

Osons donc faire la différence en cette nouvelle année!

 

YOGA – GARDER LE RYTHME EN HIVER

Novembre s’achève, les bonnes résolutions de rentrée envolées et la grisaille qui s’installe. On se dit que de toutes manières en décembre on est surchargés: sorties, bouclages de fin d’année au travail, courses et réveillons et qu’on n’aura pas trop le temps pour le yoga. On verra en janvier.

Et bien non, je vous explique en 3 points pourquoi c’est bien mieux de vous y tenir en cette fin d’année.

1 / Je vous rassure d’emblée, le petit coup de pompe que vous subissez depuis quelques semaines avec son lot de nervosité et d’impatience, il est généralisé! Le changement d’heure affecte considérablement notre temps d’exposition à la lumière et notre humeur. En restant assidus à vos cours de yoga le travail sur le souffle va vous aider à mobiliser l’énergie, calmer le jeu et retrouver votre sang-froid.

2 / Comme je n’arrête pas de la répéter, pratiquer le yoga c’est construire le changement en nous. On n’arrête pas un chantier en construction comme ça en plein début de l’hiver! Imaginez le bazar quand on s’y remet : souffle court, raideurs et teint blême. Non, entretenez Shiva-Shakti, conscience et énergie. Le dieu ou la déesse yoga que vous êtes devenus vont être les rois et reines de la fête!

3 / Le yoga c’est aussi l’entretien de la flamme, du feu digestif, de la chaleur interne. Vos invocations au soleil vont prendre tout leur sens maintenant qu’il fait froid : vous allez savourer la sensation d’avoir chaud de haut en bas sur votre tapis de yoga. Et le travail des bandhas, du nauli ou des asanas en torsion va permettre aux organes de la digestion de fonctionner au mieux. C’est important en cette période où notre alimentation devient plus riche.

Alors, gardons le rythme, continuons de célébrer la lumière à l’intérieur comme à l’extérieur : rappelons-nous qu’après Diwali, c’est Sainte Lucie le 13 décembre!