RAMURE ET BRANCHAGE

Ce matin, j'ai fait une balade, nez masqué au mistral. Les rafales atteignaient de telles pointes que le parc où j'avais gambadé a fermé ses portes peu de temps après que j'y suis rentrée. Sur le chemin du retour, je m'arrête admirer une sculpture discrètement placée à l'entrée du Sofitel de Marseille. On dit qu'on ne se baigne jamais deux fois dans la même rivière ; je crois qu'on ne pose jamais deux fois le même regard sur une œuvre d'art.