PHOTOGRAPHE DE YOGA : KIA

Marseille, le mercredi 7 mars 2018.

Ce post sera bilingue. Mon amie photographe et professeur de yoga, Kia, est suédoise et nous avons échangé en anglais. Cet entretien conclut la série d’interviews que j’ai menées avec trois photographes qui font des images de yoga. Précédemment, Angélique et Anaka nous avaient livré leurs points de vue d’expertes, maintenant c’est au tour de Kia.
Kia enseigne à Paris, nous nous sommes rencontrées il y a un million d’années (à peu près), alors qu’elle n’avait pas encore ouvert son école de pratique du yoga ashtanga traditionnel à Paris, Mysore Yoga Paris. Je ne vous cacherai pas que je partage la vision d’ensemble que Kia a sur les photos de yoga : elles sont souvent mises au service des égos plutôt que du yoga.

This post will be bilingual. My photographer friend and yoga teacher, Kia, is swedish and we discuss in English. This interview is the conclusion of the series I carried out with three photographers who shoot yoga photos. Angelique and Anaka previously gave us their expert insight on the matter, now is Kia’s turn to do so.
Kia teaches in Paris, we met a million years ago (more or less), she had not opened her traditional ashtanga yoga shala in Paris yet (Mysore Yoga Paris). I won’t lie to you. I share Kia’s overall impression about yoga photos : they often serve egos more than they serve yoga.


1. Depuis quand exerces-tu le métier de photographe et es-tu spécialisée dans un style de photographie?
1. Since when have you been a professional photographer? Are you specialized in a genre?

J’ai commencé mon métier de photographe en 1995.

I started working as a professional photographer in 1995.

2. Depuis quand est-ce que tu as commencé à t’intéresser à des sujets de yoga et qu’est-ce qui t’y a amené?
2. When did you start shooting yoga photos and what led you to it?

C’est en fait la photographie qui m’a menée au yoga. Je faisais un reportage photo à Londres sur l’éclosion de la scène alternative du milieu des années 90. J’ai rencontré John Scott qui, après les prises de vue, nous a invités le journaliste et moi à prendre part à son cours le soir-même. La pratique m’a tout de suite parlé et j’ai commencé à pratiquer quotidiennement.

Photography was actually what led me to yoga. I was shooting a reportage in London about the budding alternative scene in the mid-nineties. I got in touch with John Scott, and after the shoot he invited me and the journalist to his class that same evening. The practice seemed to awaken in me a deep recognition, and I immediately took up a daily practice.

3. Quel œil portes-tu sur les postures de yoga quand tu fais des prises de vue? Comment aimes-tu les mettre en image? Si tu pratiques le yoga ou la méditation, en quoi ton expérience de pratique personnelle te sert ou te guide dans la prise de vue?
3. What eye do you lay on yoga pictures when you shoot yoga poses? How do you like to create these pictures ? As a yoga/meditation practitioner, how does your personal experience guide you or help you?

En tant que photographe, je n’ai jamais eu de penchant artistique pour la photo de yoga en tant que telle. Si je prends des photos de yoga c’est en général pour faire le portrait de quelqu’un ou pour capturer l’énergie et le mouvement de la pratique en train de se faire. Ma compréhension des mouvements respiratoires et du ressenti dans la pratique me guident. Je peux ainsi tenter de capturer la forme interne et pas me limiter à la forme visible de la pose.

As a photographer it has never interested me artistically to shoot yoga poses as such. If I do, it is usually to make a portrait of someone or to capture the energy and movement of the practice as it happens. My understanding for how the breath moves and what is felt in the practice guides me. I can then attempt to capture the inner form of the practice not only the visible shape of the pose.

4. Mêmes questions concernant la prise de vue de cours ou d’événements de yoga?
4. Same questions about shooting yoga events

Je prends rarement des photos d’événements. Les photos qu’on utilise pour Mysore Yoga Paris visent à capturer l’énergie des élèves et de la communauté, la relation professeur-élève et la pratique. Le focus se fait sur les pratiquants, les relations et l’ambiance – mais pas sur une pose en particulier ou un individu en particulier.

I rarely shoot events myself… The photos that we use for Mysore Yoga Paris aim at capturing the energy of the students and the community, the teacher-student relationship and the practice. The focus is turned towards the practitioners, the relationships and the ambiance – not towards a specific pose or persona.

5. Selon toi, les photos de yoga sont-elles un style photographique à part entière? Si oui, quelles en seraient les spécificités?
5. According to you, is yoga photography a genre in itself? If so, what would be its specifics?

Quand je regarde la photographie de yoga avec mon œil de professionnelle et d’un point de vue artistique, j’ai l’impression que sur la plupart des photos de yoga il s’agit de la posture et pas de photographie. Et on n’a jamais vu autant de clichés visuels être utilisés aussi librement* que dans l’univers du yoga. (Note : *référence faite a l’utilisation d’images de yoga sans se soucier des droits d’auteur). De mon point de vue de pratiquante de yoga, je pense que beaucoup de ce qu’on voit sur les réseaux sociaux manque de réelle pertinence pour qui cherche à apprendre plus sur le yoga. Le yoga est une expérience intime et personnelle, mais cette pléthore de photos semble encourager une idolâtrie superficielle en faveur de certains individus plus qu’autre chose. Elles sont publiées comme étant « inspirantes » – Je me demande pour qui et en quoi? Ceci étant dit, c’est un sujet très complexe parce qu’il y a une contradiction inhérente à photographier du yoga. La pratique est censée nous extraire de l’externe et nous guider vers l’interne alors que le support photographique est toujours en deux dimensions et tourné vers la forme extérieure. Il n’y a pas de réponses simples à ces questions.

Looking at yoga photography from a professional and artistic point of view, it seems to me that most yoga photos are about the pose and not about photography. And one rarely sees visual clichés used as freely as one does in yoga photos. Speaking as a yoga practitioner, I also think that much of what´s out there on social media lacks true relevance for those seeking to learn more about yoga. Yoga is an internal and personal experience, while these endless photos of yoga poses seem to encourage superficial idolisation of a persona more than anything. Still they are posted as being “inspirational” – I wonder for whom and to what end? Having said that, this is a very complex subject because there is of course a built-in contradiction in photographing yoga in any manner. The practice is meant to take us away from the external and towards the internal, while photography as a medium is always two dimensional and oriented towards the external form. So there are no simple answers to these questions.

6. Peux-tu partager avec nous une photo de posture de yoga et une photo d’événement de yoga que tu aimes particulièrement et nous dire pourquoi?
6. Would you kindly share with us an image you shot of a yoga pose and an image of a yoga event or class. Could you tell us what you like in them?

Voici des photos de John Scott que j’ai prises pour notre journal « Le Yoga Journal Paris » publié en 2015. Mon but était de capturer la respiration, le mouvement et processus de sa pratique plus que la démonstration d’une posture finale.

These are photos of John Scott I took for our journal “Le Yoga Journal Paris”, published in 2015. My aim was to capture the breath, movement and process of his practice rather than demonstrating a final pose.

kia-naddermier-john-scott-yoga1

kia-naddermier-john-scott-yoga2

J’ajoute aussi un collage d’images prises à Mysore Yoga Paris par Agathe Philbé, Magnus Naddermier et moi-même. Je travaille rarement avec des images uniques, j’aime au contraire prendre les choses sous des angles multiples pour donner une expérience quasi cinématique de l’énergie dans la salle.

I also attach a collage of images from Mysore Yoga shot by Agathe Philbé, Magnus Naddermier and myself. I very rarely work with single images but instead I like to capture things from multiple angles to give a near cinematic experience of the energy in the room.

kia-naddermier-mysore_yoga_paris

Les autres images sont celles de ma retraite de yoga en Sierra Nevada. Magnus les a prises. Pour moi, elle illustrent l’énergie mais aussi la douceur de mon shala dans les montagnes espagnoles.

The other pictures are from my retreat in Sierra Nevada photographed by Magnus.
To me they transmit the energy but also the gentleness and softness of my shala in the Spanish mountains.

kia-naddermier-mysore_yoga_paris2

 

kia-naddermier-yoga-spain

 

kia-naddermier-yoga-spain2

Crédit photos : @Kia Naddermier

❤ Kia

VOUS ET LE YOGA SHOP JOURNAL AVEZ PERMIS D’AIDER LE SECOURS POPULAIRE FRANCAIS

tal_leyogashop_journal_secours

J’ai clôturé la vente du Le Yoga Shop Journal la semaine dernière. 24 personnes ont acheté le journal et certains ont contribué en sus du prix du journal. Nous avons ainsi collecté 112€. J’ai choisi de reverser cette somme au Secours Populaire Francais.

Merci Kia, Magnus pour avoir initié cette opération. Merci Jessica, Yael, Elsa, Julie, Geneviève, Valérie, Sandrine, Laurence, Nicolas, Christelle, Typhaine, Alexandra, Julie, Carole, Laurence, Laure, Cécile, Hermine, Angela, Aurélie, Cristina, Sylviane, Marie-José et Frank.

One love!

GOOD FOR YOUR SOUL ET EN VENTE ICI : LE YOGA SHOP JOURNAL

Il aura fallu un temps fou depuis sa parution (mars 2014) pour que je vous parle de Le Yoga Shop journal. Mon chat me l’a piqué tout ce temps. C’est seulement récemment que j’ai profité d’une de ses siestes pour lui reprendre et le lire.

Message to the English speakers in the audience : even if you’re hesitant with French, keep reading. What follows will be of interest to you.

wpid-img_20140514_185339.jpg

Je vous ai déjà parlé de Le Yoga Shop, un site de vente en ligne de vêtements et d’accessoires de yoga mis en place par Kia et Magnus Naddermier avec leurs amis créateurs. Une partie des bénéfices est reversée a l’association Operation Shanti en Inde qui oeuvre pour des enfants défavorisés.

En plus d’être d’une grande générosité, Kia et Magnus sont des bêtes de créativité et ils ont élargi le concept boutique à un journal, Le Yoga Shop journal. Le Yoga Shop journal est distribué dans des endroits pointus en style ou yoga. C’est un journal bi-annuel qui inspire, explore et tchatche yoga. Le journal est en anglais, certes, mais il serait temps de vous y (re)mettre, non?

Je promeus le Yoga Shop Journal parce que c’est une initiative qui a une âme en plus d’être une bonne lecture. La démarche solidaire de Kia et Magnus s’étend aussi de la boutique au journal : le prix de ce journal est intégralement reversé à une association caritative que l’on choisit.

Ce que j’ai tout particulièrement aimé dans cette édition du Le Yoga Shop Journal :

– les images de Kia, évidemment. Kia est une talentueuse photographe de mode de par son métier premier. Pouvoir regarder ses photos dans un format plus grand que sur le web et en impression sur papier journal, pour moi, c’est unique. Low tech, high pleasure.

– l’interview de John Scott dans laquelle il évoque avec sensibilité du rôle de l’enseignant de yoga et le rôle du yoga dans la vie des gens.

– la discussion sur ce qu’est la ‘tradition’ dans le yoga.

– le guide de San Francisco par Caroline Wachsmuth, une esthète et amie exceptionnelle.

Il y a une foule d’autres choses dont se délecter au sommaire de ce numéro comme ‘le shaman des temps modernes’ ou une belle réflexion sur ‘la présence à l’instant’.

Alors voici ce que je vous propose, merveilleux lecteurs du blog.

wpid-img_20140417_181607841_hdr.jpgJ’ai demandé 40 exemplaires du journal à Kia et je les propose à la vente jusqu’à la mi-juillet.

Si vous êtes intéressé, envoyez-moi un message à yoga.en.mouvement@gmail.com pour me commander votre exemplaire. Si je vous remets le Journal en main propre, votre contribution est de 3,50€.
Si vous optez pour un envoi postal avec règlement en ligne, votre contribution s’élève à 6,37€ (0,42€ supplémentaire pour couvrir les frais de paiement en ligne et 2,45 pour couvrir les frais d’envoi).

En contribuant, vous êtes invité à suggérer une œuvre caritative à laquelle reverser l’argent que nous récolterons. La gratitude étant une énergie motrice 100% verte, Le Yoga Shop Paris vous offre un code réduction de 10% sur tout leur site. Code que je vous communique par retour de mail.

Note : VOUS LISEZ CET ARTICLE ALORS QUE LA VENTE DE LE YOGA SHOP JOURNAL PAR MON INTERMEDIAIRE EST FINIE. CONTACTEZ LE YOGA SHOP POUR CONNAITRE LES DATES DE SORTIE DU PROCHAIN NUMERO.

Namasté.