DEVENIR PROF DE YOGA? OUI, MAIS…

chedyer.com_yoga_teacher_illustration
Image : http://chedyer.com/

Depuis plusieurs années, des personnes qui me font l’amitié de suivre le blog m’ont contactée pour me demander quelles formations suivre pour devenir professeur de yoga. Souvent dans ces messages, on me fait part d’un moment de transition qui amène a réfléchir sur un moyen de gagner sa vie en enseignant du yoga. A chaque fois, on me dit ne pas savoir vers quel cursus se tourner, qu’il y a tellement d’offres. Récemment c’est à Audrey que j’ai répondu et je voulais partager avec vous tous la réponse que je lui ai envoyée parce qu’il y a une réflexion à mener sur les tenants et aboutissants de ce ‘métier’ et au sens qu’on souhaite lui donner.

Le premier aspect c’est de vous poser la question de ce qu’enseigner du yoga va signifier comme ‘travail’.
Dans la plupart des cas vous aurez un statut de micro entrepreneur et vous basculez vers un système de protection sociale différent de celui du salarié (pas de chômage ; une couverture maladie moins importante : par exemple, mais pas seulement , la prise en charge de la maternité et aussi des délais de carence plus long avant d’être pris en charge), la validation de  vos trimestres de retraite est soumise à un minimum de chiffre d’affaire annuel, vous ne bénéficiez pas de contrat de travail et devenez prestataire de service, ce qui n’engage votre employeur à rien. Donc si du jour au lendemain on ‘met un terme à votre collaboration’. C’est le point final. Il faut ensuite savoir que les rémunérations pour les cours de yoga ne sont en général pas importantes. Les nouveaux modèles qui émergent avec les offres de cours de yoga par des plateformes en ligne (mise en relation) ou sur les plateformes de streaming (vidéos de yoga) deviennent la porte d’entrée des jeunes profs et les rémunérations sont dérisoires, les plateformes* prennent leur marge pour la mise en relation et pour les vidéos, vous êtes en général payé pour l’enregistrement de la vidéo et ça s’arrête là. Dans les centres de yoga, vous serez payé 20 à 40€ du cours (sur facture, donc dans votre poche 74% de ce montant) et si vous êtes une association ou que vous choisissez de louer un lieu en tant que micro entrepreneur, il vous faudra louer votre propre salle au mois ou à l’année ou des créneaux de cours dans une salle polyvalente (les loyers ponctuels peuvent être tarifés à l’heure ou sur la base d’un partage de la recette – certains endroits me proposent du 70-30 ; d’autres du 50-50). Frais à déduire de l’argent perçu. (Note : si vous louez une salle et que vous êtes affilié au régime de micro entrepreneur, les frais ne sont pas pris en compte dans la comptabilité, cela veut dire que ça sort de votre poche). L’autre point important dans ce désir de se professionnaliser en yoga, la visibilité. Comme les activités de coach, de naturopathe ou d’ostéopathe, il y a maintenant beaucoup, beaucoup (et je dis beaucoup) de gens qui proposent leurs services. Comme dans beaucoup d’autres secteurs, le self-branding est de mise. Les studios de yoga tendent à embaucher les profs qui ont une certaine notoriété, notamment sur les réseaux sociaux, et s’appuient sur vos propres efforts de communication pour mettre en avant vos cours ou stages. Franchement, c’est un boulot à plein temps que de communiquer et faire des propositions pertinentes qui intéressent. Notez que ce qui est pertinent de proposer n’est pas nécessairement ce qui va intéresser les studios ou les gens qui vont dans les studios. Autre aspect important mais réel. Mais pas l’objet de la conversation en cours.
Le deuxième point, concernant les formations. Je ne saurais pas vous recommander une formation en particulier. Mon point de vue sur la chose : pour enseigner il faut d’abord être un pratiquant. Pratiquant de quoi? D’un système de yoga spécifique avec un enseignant clairement identifié (ou un collectif d’enseignants) qui vous suit depuis quelques années. Je pense que ce qui a le plus de sens c’est de s’engager à suivre l’enseignement d’un professeur expérimenté (ou d’un collectif de profs). Un enseignement qui vous plaise, qui vous corresponde, qui vous fait vous transformer. Et bien sûr un enseignant en qui vous avez confiance et qui soit bienveillant. Ensuite, c’est vers ce système de yoga et vers cet enseignant qu’il faut vous tourner pour savoir s’il peut vous former ou s’il peut recommander un cursus. Ensuite seulement, au fur et à mesure que votre propre pratique évolue, commencez à identifier ce qui sert votre propre évolution et identifiez la/les méthodes et profs clés qui servent cette évolution et embrayez le processus à nouveau : pratiquez, nouez une relation avec les enseignants et ensemble voyez comment intégrer cela dans votre enseignement.
Je me rends bien compte que ce n’est peut-être pas la réponse qu’on souhaite entendre, mais elle est sincère et ancrée dans ma propre expérience.

*Je n’ai pas une vue d’ensemble de toutes ces prestations.  Si des personnes qui travaillent pour ces sites me lisent et veulent nuancer mon propos, je vous invite à le faire en commentaire de ce post. En fait, ça me ferait même plaisir qu’une discussion amicale et productive puisse s’engager pour savoir comment valoriser le travail des uns et des autres dans la le partage du yoga, en ligne ou pas.

Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

DEVENIR PROF DE YOGA? OUI, MAIS…