L’ENGAGEMENT

not-available-on-the-app-store
Image : http://www.thisiscolossal.com

Marseille, le mardi 7 novembre 2017.

Un truc grave est en train de se produire. Nous le cautionnons entièrement, au nom du progrès, de « l’évolution », sous couvert de distraction et de praticité. Nous nous enfermons dans des bulles de complaisance, nous cochons à la va-vite des cases « j’accepte les termes et conditions » et nous laissons nos gadgets électroniques traquer nos comportements en les autorisant à « personnaliser notre expérience de navigation ». Notre attention est captée, capturée et maintenue captive par le plus offrant. Notre temps est convoité et monopolisé. La surenchère a l’attention agit par les leviers des émotions, des apparences et du bruit. Hygiénisme émotionnel, sensationnalisme, mises en scène factices des personnes ou de la vie des personnes, manichéisme, exhibitionnisme, notoriété virtuelle en vente libre par achats de suiveurs et de ‘like’. Un truc grave est en train de se produire. Une crise de l’attention qui sape les fondements de notre engagement avec nous-mêmes, avec les autres, avec la vie. C’est un vaste sujet que j’aimerais creuser davantage avec vous à l’avenir, parce que oui, ça imprègne l’approche qu’on cultive du yoga et mon coup de gueule touche à ce qui suit :

  • La théorie n’est que prétexte à pratiquer. Ne nous trompons pas d’objectif.
  • La vérité, quelqu’en soit l’objet, n’est détenue par personne mais par tous. Sachons reconnaitre nos préjugés et écoutons, pour de vrai.
  • Ne laissons personne nous dire qui nous sommes. C’est notre p** de job que de le découvrir. Le yoga est un des outils pour y arriver, la vie est le prétexte pour le faire.
  • Laissons-nous être éblouis, non pas par la lumière bleue des écrans, mais par ce que nous entreprenons, ce que nous créons, ce que nous faisons. Aussi petits que puissent sembler nos accomplissements, en apparence. Le quotidien est sacré.
  • Rencontrons-nous. Apprenons les uns des autres. Emerveillons-nous. Vibrons. Indignons-nous. Observons-nous. Confrontons-nous. Questionnons-nous dans un contexte fertile, qu’il soit réel ou virtuel, mais ancré dans l’expérience et dans le respect de soi et des autres.

Bon, en parlant de passage à l’acte, dans le réel, voici nos prochains rendez-vous de yoga. J’en profite pour rappeler à ceux que j’ai le privilège de rencontrer dans la vraie vie, en cours ou stages, nous avons un groupe facebook qui nous rassemble, de Paris à Marseille en passant par Bordeaux et d’autres chouettes endroits ou vous entretenez la vibration haute. Je vous fais part dans ce groupe de nos actions sur tapis de yoga et je vous consulte aussi pour savoir quoi entreprendre de tangible pour vous transmettre du yoga, au mieux. Ca peut aussi être un terrain pour coordonner vos efforts quand vous déciderez de venir en nombre me rendre visite a Marseille à l’occasion de week-ends de yoga par exemple. Juste une idée en passant… Bref, si vous et moi nous sommes déjà rencontrés sur un tapis de yoga et que vous souhaitez rejoindre ce groupe, c’est ici.

 


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

L’ENGAGEMENT

A QUOI RECONNAIT-ON UN NOVICE A SON 1er COURS DE YOGA?

ledebutant

Réponse : à la tenue qu’il porte et au tapis qu’il apporte!

Tellement vrai.

A mon tout premier cours de yoga je portais un bas de jogging (pas extensible) et des chaussettes de sport. Je n’avais pas de tapis, j’eus pratiqué à même le sol. Et vous vous vous rappelez vos faux-pas de super débutants?

A QUOI RECONNAIT-ON UN NOVICE A SON 1er COURS DE YOGA?

CE QU’ON NE VOUS A JAMAIS DIT AVANT DE COMMENCER LE YOGA

yoga-fart

Quand vous avez commencé le yoga, on vous a promis une meilleure santé, un corps tonique et souple et une aura éclatante. On vous a dit que vous alliez évoluer gracieusement dans des séquences à la cadence de votre respiration, que vous alliez prendre la pose dans de nobles postures et tout ça se passerait dans un espace lumineux baigné de volutes d’encens tibétain ou empreint d’effluves d’huiles essentielles.

Ce qu’on ne vous a pas dit c’est qu’il y aura dans cette quête d’absolu des moments de solitude. La solitude de l’embarras. Je vous les révèle.

Le pet qu’on ne sent pas venir

Certaines asanas (postures de yoga) comme les postures en torsion compriment les organes du ventre. Quand on relâche la posture les organes du ventre sont libérés de cette compression, un afflux sanguin neuf se fait, ce qui régénère en profondeur les organes. Ce que peut aussi faire le relâchement d’une asana en torsion c’est forcer les gaz intestinaux à sortir. Comme ça, sans prévenir, on agrémente notre asana d’une flatulence.

Chez les femmes il y a aussi le pet vaginal. il survient après une asana en inversion (posture dans laquelle le bassin est au-dessus des épaules) avec les jambes écartées. Cela laisse rentrer de l’air qui est expulsé au moment ou le bassin bascule quand on pose les fesses au sol.

Pas de panique, nous sommes adultes, personne ne vous fera de remarques. Ca arrive. Ca vous fera sourire quand si ça vous arrive.

La transpiration là où on ne s’y attend pas

Si vous prenez des cours de hot yoga ou yoga bikram dans une salle surchauffée, vous vous attendez nécessairement à transpirer de haut en bas. Vous été paré et avez une tenue adaptée, Vous savez qu’après le cours vous pouvez vous doucher et vous changer.

Toutefois, même si vous n’optez pas pour ces yoga à 30/40 degrés, vous pouvez vous retrouver dans une classe rythmée de yoga dynamique où la température interne monte et inévitablement vous transpirerez un peu.

Rien d’embarrassant. Sauf si la tenue avec laquelle vous pratiquez est la tenue avec laquelle vous repartez et que la dite tenue n’est pas vraiment adaptée à la transpiration. Par exemple le leggings coton gris souris chiné qui marquera dans le pli en haut des cuisses.

Deux options pour éviter cela : optez pour des couleurs foncées, ou encore mieux, équipez-vous de vêtements adaptés. L’offre de vêtements de yoga s’étoffe à Paris, faites-vous plaisir.

Des odeurs plus corporelles que spirituelles

On en revient à la transpiration. Au fil du temps, vos vêtements peuvent sentir mauvais malgré le lavage. Si vous avez mouillé le maillot (et le reste) pendant votre cours de yoga, vous voulez laver le tout en rentrant. Si vous ne pouvez pas, étendez vos vêtements de yoga après le cours plutôt que de les garder en boule au fond du bac à linge sale en attendant votre prochaine envie de faire une lessive.
A titre préventif, lavez vos vêtements de yoga avec une mesure de bicarbonate de soude pour une mesure de détergent. Si malgré toutes ces précautions vos affaires de yoga sentent, il est temps de les jeter et d’aller faire les boutiques.

Le tapis de yoga peut lui aussi commencer à sentir au bout d’un moment. S’il s’agit du tapis de yoga du centre de yoga, il n’y a qu’une chose que vous puissiez faire : vous acheter votre propre tapis de yoga!

Si votre tapis est en PVC, il se passe en machine, il suffit de le froisser en boule et de le laver à 30° avec un tout petit peu de détergent et rien d’autre. Il sèchera en quelques jours étendu à l’air libre, donc prévoyez de le laver plusieurs jours avant votre cours, sinon il sera imbibé d’eau et hyper glissant.

Si votre tapis est en caoutchouc naturel, il existe des produits adaptés ou vous pouvez simplement une fois de temps en temps le nettoyer avec de l’eau tiède et une éponge et si vraiment vous voulez ajoutez une touche de frais, ajoutez à l’eau quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé. Cette H.E. a une odeur herbacée agréable et des vertus purifiantes.

Enfin une troisième option est d’acheter un sur-tapis ou un tapis coton que vous posez sur votre tapis PVC ou caoutchouc. Le sur-tapis absorbe la sueur et se passe en machine. Il se lave comme du textile. Simple.

L’apparition de ce qu’on ne saurait voir

Plusieurs scénarios possibles

– Vous êtes stylée quoiqu’il arrive et avez décidé de prendre votre premier cours de yoga avec un t-shirt à manches chauve-souris avec décolleté de ballerine ou encore le débardeur bien large sans rien en dessous. Bah oui on vous avait dit de mettre une tenue confortable, alors au diable le soutien-gorge et hors de question de suer avec votre La Perla. Alors attendez-vous à voir un sein ou deux émerger dès que vous serez dans Uttanasana ou l’un des deux Muka Svanasana.

– Vous avez mis un joli haut en coton blanc fin de peur d’avoir trop chaud. Certes. Mais si la classe est bien rythmée et le cours rempli vous risquez d’avoir plus que chaud et de marquer des points au concours du t-shirt mouillé.

– Dans la précipitation vous avez pris un legging « de ville » en maille voire un collant opaque sans pied. Dans ce cas votre prof de yoga aura le privilège de voir votre string à chaque chien la tête en bas et si la maille n’est pas suffisamment extensible vous risquez de découdre l’entre-jambes.

Portez des hauts près du corps sans encolure exagérée à moins d’avoir une brassière en dessous. Ainsi votre haut reste en place quand vous mettez la tête en bas et en tout cas la brassière maintient votre poitrine couverte et en place. Choisissez aussi des matières extensibles et suffisamment couvrantes. Personnellement quand j’essaye des habits pour le yoga je gigote dans tous les sens pour voir comment le vêtement se tient et me laisse libre de bouger en même temps.

Le ronflement qui endommage votre capital séduction

Techniquement savasana est un moment méditatif et relaxant à la fin du cours, en pratique certains y piquent une petite ronflette. Ne vous gaussez pas ça vous arrivera aussi un jour de grande fatigue. Sachez que ça n’est pas grave. Si ça vous arrive, focalisez votre attention sur la respiration ou les points de contact du corps avec le sol pour rester éveillé.

CE QU’ON NE VOUS A JAMAIS DIT AVANT DE COMMENCER LE YOGA