YOGA EN SERVICE CONTINU 24h/24

NightYoga

Il y a quelques années, au cours d’une retraite de yoga avec Shiva Rea, une remarque qui a été faite m’a beaucoup marquée. Elle m’a marquée à tel point que j’écris cet article sur le blog aujourd’hui. Admettez-le, ça n’est pas rien.

Une participante demande à Shiva quelle est la durée idéale de pratique et combien de fois par semaine. La réponse de Shiva : on pratique le yoga 24h sur 24, 7 jours sur 7. Oui, vous l’aurez compris, la participante s’interrogeait sur le temps qu’elle devrait passer dans ses asanas et son pranayama et la réponse de Shiva est d’une grande richesse parce qu’elle nous renvoie à une question plus pertinente. C’est quoi pratiquer le yoga?

Je pense que cette anecdote refait surface en moi maintenant parce que suite à mon déménagement récent je suis maintenant utilisatrice de la ligne 13 du métro et j’ai opté pour le vélo dans Paris pour la plupart de mes déplacements. Les Parisiens comprendront ce que je veux dire par la « ligne 13 », pour les autres je précise qu’elle est la ligne la plus bondée de Paris, et sans doute d’Europe. Elle est synonyme d’enfer pour les voyageurs franciliens. Et c’est effectivement, sous terre, dans la promiscuité des wagons trop remplis, agacée d’être bousculée de tous les côtés. voire même écrasée contre le dossier d’un strapontin que je me suis posée la question : es-tu vraiment en train de pratiquer ton yoga en service continu ou as-tu mis sur la porte le papier ‘De retour dans 15 minutes après  voyage dans l’enfer de la ligne 13’? Parce que oui, je suis quelques fois vraiment excédée.

Même interrogation quand je me suis surprise à plusieurs reprises à insulter des automobilistes alors que je pédalais aux abords de la Gare Saint Lazare ou sur le Boulevard de la Madeleine. D’abord, à ceux qui ne me connaissent pas, je tiens à préciser que je ne suis pas du genre à jurer comme un charretier. Normalement. Mais je dois vous avouer que je n’ai jamais autant proféré de « connard » de ma vie que sur mon vélo dans Paris. Je ne vous mens pas et le truc le plus fou c’est que cela sort spontanément dès qu’une voiture me colle de près pour forcer le passage.

Je sais. Ça n’est pas comme ça que vous imaginiez votre prof de yoga au quotidien. Un mythe s’effondre.

Toutefois la prise de conscience de ces « mises sur pause du mode yoga » m’a permis d’aller plus loin et de réaliser qu’il y avait trois choses personnelles sur lesquelles je devais faire mon travail : la patience, l’affirmation et le recul. Je rétrograde et je ne me presse plus dans les transports. J’affirme ma position telle qu’elle est sur la route ou dans le wagon en manifestant gentiment mon inconfort. Je sais bien que cette ville que nous partageons est super anxiogène, et aussi idiot que cela puisse paraitre, je réalise aussi le stress que ressent tout le monde, il n’est pas question que de moi. Et enfin je fais le choix de plus mousser, parce que très honnêtement, m’énerver a toujours causé plus de tort à moi qu’aux autres et ruminer finit toujours par donner un sale goût au quotidien.

Attention, je ne dis pas que c’est facile, mais j’ai fait ces choix. Et curieusement, alors que tout ce cheminement se faisait dans mon esprit et mon quotidien, je tombe sur une citation que l’univers semble m’avoir envoyée pour me conforter dans mes choix.

« La vie nous procure le parfait enseignant au bon moment. Cet enseignant c’est chaque moustique, chaque coup de malchance, chaque feu rouge, chaque embouteillage, chaque patron ou collaborateur odieux , chaque maladie, chaque perte, chaque moment de joie ou de détresse, chaque dépendance, chaque absurdité, chaque respiration. Chaque moment est le gourou. » – Charlotte Joko Beck

Oui, c’est avéré, le cours de yoga dure bien 24 heures sur 24.

SOUFFLE DE VIE

 

« Le souffle pénètre et juste avant qu’il ne sorte,
Surgit un éclair de joie pure.
La vie se renouvelle.
Réalise cela.
Quand le souffle est relâché et qu’il ressort,
Une pulsation survient au moment où il s’apprête à pénétrer à nouveau.
En cet instant précis, tu es vide.
Accueille ce vide comme la source de toute potentialité. »
The radiance sutras, texte tantrique.