PHOTOGRAPHE DE YOGA : ANAKA

Précédemment je vous avais présenté Angélique pour qui photographier le yoga était une histoire de coeur, de représentation d’une architecture sacrée et de connexion à la nature. Voici un deuxième entretien avec une autre photographe, Anaka, que j’ai rencontrée en juin 2017 au cours du Bliss Yoga festival. Selon elle, la photographie de yoga est à mi-chemin entre le portrait et la photographie sportive et elle y voit un vecteur de valeurs et d’émotions.


1. Depuis quand exerces-tu le métier de photographe et es-tu spécialisée dans un style de photographie?

Mes premières photos ont été prises quand j’avais 13 ans, dans le Sud-Est de la France, et depuis je n’ai jamais arrêté. Officiellement j’ai créé mon entreprise en 1998, sur Paris, où j’ai passé 8 ans, avant de me diriger vers Bordeaux, où je vis depuis presque 14 ans. Ma spécialisation est la mise en valeur de savoir-faire, couvrir des évènements et le portrait. Ma ligne directrice dans ces différents domaines est de faire surgir la beauté en toute chose, quelle qu’elle soit, et de toujours révéler l’aspect positif de la vie.

2. Depuis quand est-ce que tu as commencé à t’intéresser à des sujets de yoga et qu’est-ce qui t’y a amené?

Autour de la vingtaine, j’ai découvert le Bouddhisme et la Méditation qui me passionnent depuis. Dans ces univers que j’explorais, le Yoga s’est révélé comme une pratique complémentaire qui m’interpellait et m’intriguait, mais sans la tester.
Je pratiquais la Capoeira à l’époque, ( entrecoupé de quelques expériences en Qi Gong et Kung Fu ) et ce, jusqu’à il y a 2 ans, où j’ai arrêté à cause de gros soucis au dos. Je me suis donc naturellement tournée vers le Yoga qui me titillait depuis longtemps ! A cette même période, le désir de faire beaucoup plus de photos dans ces domaines s’est concrétisé de manière significative.

3. Tu étais le photographe officiel de l’édition 2017 du Festival de Yoga de Bordeaux, qu’est-ce que tu as apprécié dans ce travail?

C’était mon premier festival de yoga, et je crois que j’ai tout adoré ! Découvrir la variété des enseignements (les différents potentiels de chaque professeur et les différentes pratiques), sentir toute une communauté vibrer à l’unisson et s’épanouir ensemble, les autres acteurs du Bliss Festival comme le groupe de musique, la cuisine de Mango Chill. Mais par-dessus tout, je crois que l’atmosphère générale de bien-être, les sourires par milliers et spontanés, l’enthousiasme et la joie que l’on ressentait étaient particulièrement appréciables.

3. Quel œil portes-tu sur les postures de yoga quand tu fais des prises de vue? Comment aimes-tu les mettre en image? Si tu pratiques le yoga ou la méditation, en quoi ton expérience de pratique personnelle te sert ou te guide dans la prise de vue?

Sur des séances de photos de postures avec une personne seule, on prépare ensemble ce que l’on va mettre en place pour les photos, c’est un travail d’équipe, pour avoir un résultat optimal qui convienne à tous. C’est aussi le moment pour moi d’être très à l’écoute et de découvrir la personnalité qui sera le moteur de la séance.
Le premier point capital est de veiller avec un grand soin, que les postures soient bien alignées, et je sais que l’intéressé(e) qui pose souhaite la même chose !
Ensuite, j’essaye au mieux de faire ressortir la personnalité du sujet au travers des images par les choix de lumières, de lieux, d’accessoires. Que les images soient en accord avec la personne, qu’elle se sente respectée et bien représentée.
J’aime travailler avec la lumière naturelle, qui offre une gamme infinie de teintes et de nuances d’ombres. Mon attention se porte aussi sur l’harmonie des couleurs qui vont contribuer à la composition de l’image, mais aussi aux symboliques que l’on veut communiquer. Quand c’est en noir et blanc, les matières et les ombres deviennent ma matière pour calligraphier la composition et dessiner des courbes, faire ressortir la gestuelle ou la sensualité. Ensuite, je fais des images de détails qui apportent un autre aperçu. Les mains au sol, en prière, en accroche, les plans serrés sur un dos en extension, les pieds joints, les détails de tenues, de la déco de la salle.
Je cherche à rendre en images tout ce qui m’émerveille, comme une enfant qui découvre, pour faire partager aux autres ces émotions visuelles.
J’utilise mon expérience personnelle pour connaitre les moments clés à capturer. Il est essentiel pour moi de pratiquer l’activité sportive pour pouvoir en faire des photos justes. Pour la Capoeira, c’était identique, la pratique me permettait de savoir quand un mouvement allait surgir et devenir visuellement captivant.
Autre point utile, je peux aussi savoir quelle est la limite pour garder les postures pendant les photos, et c’est apprécié par les modèles qui ne peuvent rester des heures en position ! Je reste attentive aux capacités physiques et émotionnelles, cela permet de faire de meilleures images, en instaurant un rythme de poses respectueux de chacun. L’idée est bien-sûr de ne pas juger mais de mettre en avant les talents de la personne, et qu’elle passe un moment très agréable pendant les photos.
Si j’arrive à faire en sorte que le modèle soit heureux et vive un instant sympa, se sente respecté et valorisé sincèrement, cela va se ressentir sur les photos. Et nous aurons partagé un moment privilégié qui est toujours enrichissant humainement !
C’est ce dernier point qui me motive autant pour donner de l’écoute, de l’énergie positive, de l’attention bienveillante : partager un moment unique et bienfaisant.

4. Mêmes questions concernant la prise de vue de cours ou d’évènements de yoga?

Pendant les cours, la démarche est différente, mais tout aussi passionnante. Je crois que l’élément majeur qui va perdurer sur la séance est d’être la plus discrète possible. J’aime en général chercher un maximum d’angles de vues différents, aussi j’ai besoin de me déplacer beaucoup, mais pendant un cours, je dois faire autrement pour ne pas déranger les élèves et le professeur. Cela signifie que je dois prendre moins de photos que je ne le fais habituellement sur des évènements, mais je dois les faire en me concentrant dix fois plus pour avoir La bonne image sans pouvoir répéter le geste plusieurs fois. Je dois être à l’affut comme un chasseur, pour repérer plus vite ce qui fonctionne, où me placer, quel objectif utiliser à ce moment précis, être très précise dans mes réglages d’exposition et de mise au point.
Cela me rappelle ce temps où je faisais des photos en argentique, avec les films photos qui étaient limités en nombre de vues. Il fallait être très précis avant de déclencher, pas de possibilité de shooter à tout va. C’est un vrai challenge car on n’a peu de temps au final, il faut être très silencieux (et le déclenchement de l’appareil ne l’est pas !), très très précis, on ne peut aller où bon nous semble ( même si parfois j’adorerais me glisser sous un élève pour un point de vue délirant !).

Et je dois aussi repérer les élèves qui sont dans l’inconfort vis à vis du fait d’être pris en photo. Il y a des petits gestes ou des regards qui m’indiquent qu’ils n’aiment pas trop cela, et c’est à moi de les repérer vite et de les respecter.

Enfin, les salles sont souvent en éclairage tamisé ce qui ajoute à la difficulté, même avec des boitiers performants. Bref, un sacré enjeu technique et humain, qui est du coup très stimulant pour moi! C’est aussi l’occasion de montrer à quel point un professeur est attentionné, a du charisme ou a développé un enseignement propre à lui-même. Concernant mon expérience perso, c’est identique, je peux repérer les moments clés à attraper au vol !

5. Selon toi, les photos de yoga sont-elles un style photographique à part entière ou est-ce qu’elle s’inscrit dans un style plus vaste (Par exemple peut-on dire que la photographie de posture relève du portrait) ? SI oui, quelles en seraient les spécificités?

Je pense que les photos de Yoga se développent de plus en plus, et en effet deviennent un domaine à part entière. Il y a toujours eu des photos de Yoga, et l’histoire en témoigne mais depuis quelques années, en Europe du moins ( car aux US, cela existe depuis bien plus longtemps ), les photos de postures augmentent énormément. L’essor de la pratique, la communication autour et l’engouement du public allant croissant, tout ceci contribue à cette augmentation. On peut l’associer à la fois au portrait et à la photo sportive, dans un style défini par des codes liés aux valeurs et aux affinités de cette pratique. Ces codes sont relatifs à la pratique elle-même, à des valeurs d’échange, de respect des autres et de la Terre, parfois lié au végétarisme, définitivement favorisant le bio, vegan ou pas. Mais aussi des valeurs de joie de vivre, de positivité, de pleine conscience. C’est pourquoi j’aime communiquer visuellement sur le yoga mais aussi sur tous ces autres domaines liés et poster des photos d’arbres majestueux, d’abeilles ou de sautillement d’une enfant !

Je ne dis pas que tout est tout rose non plus, mais ce que j’aime dans ce domaine est qu’il y a un courant énorme de personnes (professeurs, photographes, pratiquants, commerçants, agriculteurs, artisans, conseillers, etc … ) qui souhaitent faire dominer ces valeurs, dans la mesure du possible. Et même si il reste un aspect basiquement terre à terre, qui nous oblige à avoir un moyen de payer nos factures, choisir de travailler dans ces domaines permet aussi d’apporter du bonheur aux autres, de faire jaillir de bonnes vibrations et de contribuer à un peu de magie dans ce monde à la fois brutal et merveilleux.

J’adore parcourir les sites, les blogs ou Instagram et être surprise par cette abondance de visuels, et cela me procure un sentiment de contentement de réaliser que de plus en plus de gens sont touchés par ces images. Cela signifie que de plus en plus de personnes vont peut-être pratiquer le yoga et la méditation, et je suis persuadée que c’est bon pour l’humanité et la Terre !
Le seul aspect qui peut être délicat est l’abondance de corps presque parfaits, et parfois sur-sexy, qui peut donner un sentiment d’inaccessibilité à tous ceux qui ne sont pas dans la catégorie. Or le yoga est ouvert, au contraire, à tous les corps, toute les morphologies, tous les âges, et cette diversité démocratique est géniale. J’aimerai la ressentir plus en regardant les photos de yoga. Un autre challenge à relever peut-être ? L’idée me plaît bien !

5. Peux-tu partager avec nous une photo de posture de yoga et une photo d’évènement de yoga que tu aimes particulièrement et nous dire pourquoi?

La photo de posture est celle de mon amie Vérane, super professeur de My Private Yoga Class, et elle exerce à Paris où la photo a été prise. Sur le pont de Bir-hakeim, avec ces colonnes en métal, qui apportent un graphisme athlétique. J’aime cette posture du guerrier, qui symbolise pour moi, le combat pour aller de l’avant, et la force et la souplesse que l’on doit avoir dans la vie. La sérénité et l’aplomb qui se dégagent sur son visage, opposés à la dureté du contexte métallique me plaît aussi, dans ce contraste de sensations suggérées. Elle porte une tenue Yoga Searcher et ce Bouddha rieur amène une petite touche décalée et légère.

MyPrivateYogaClass.13.03.17.BD©ANAKA-48

La photo d’évènement est celle du festival My yoga Pop, qui a eu lieu près de Perpignan, au Château de Valmy, début Octobre 2017. Une première édition organisée par le studio Moving Yoga, et une belle réussite ! Le lieu était fabuleux, l’organisation bien menée, le soleil au rendez-vous, une belle panoplie de profs qui déchirent. Bref le paradis!

La particularité du festival a été de mixer au yoga, des concerts de musique, un cours de danse Indienne, un ‘gong bath’ et de la nourriture de qualité. A découvrir l’année prochaine sans hésiter. Dans cette photo, on peut ressentir l’atmosphère de cette salle incroyable. L’agencement des tapis et la diversité des couleurs apportent un foisonnement stimulant. Tous les participants étaient dirigés vers la scène, et vers Coraline, la professeur de Moving Yoga Perpignan, qui donnait un cours de Yin Healing avec la musique en live jouée par Swann du groupe ELEA. Un moment totalement envoûtant grâce à la musique en direct.

1ereSelYOGA.POP.Jour2.BD©ANAKA-78


Merci Anaka. Pour découvrir le travail d’Anaka, suivez ces liens :

http://www.anakaphotographie.com
https://facebook.com/anaka.anaka12
https://www.instagram.com/anakaphotos/