UN 22 DECEMBRE

Marseille, la veille du solstice d’hiver 2018

 

C’est fou ce qu’on est prévisibles. Le solstice d’hiver est là et on étend aux fils des réseaux sociaux les slogans soi-disant inspirants qui vont avec : « la lumière renaît, enfin! » On est tellement englués dans notre vision manichéenne de la vie qu’on réclame à corps et à cri la lumière et qu’on l’oppose sans se poser de questions à l’obscurantisme.

 
Posons-nous des questions. La nature est amorale. Elle se fiche pas mal de notre peur du noir, autant qu’elle se fiche de notre aveuglement pour toujours plus de lumière. Elle est complètement étrangère à nos constructions de ce qui est bien ou mal. Les contraires n’existent pas pour nous plaire, ni nous compliquer la tâche. Dans les disciplines comme  le yoga, les contraires se nourrissent l’un de l’autre. L’un ne peut exister sans l’autre. L’expiration sans l’inspiration, l’inspiration sans l’expiration. L’ancrage sans l’élévation, l’élévation sans l’ancrage. L’expansion sans la contraction, la contraction sans l’expansion.

 
L’éloge de l’ombre. C’est le titre d’un livre captivant de Junichirô Tanizaki (1978). Lisez-le. L’ombre y est comprise comme le terrain de jeu de la poésie et du non-dit. L’ombre comme la manifestation sensible et imprévisible du non manifesté. L’ombre comme une expérience esthétique de soi sans enjeu de forme. L’ombre comme un espace au temps infiniment long. L’ombre comme une permission. S’autoriser la pudeur afin d’être au monde en entier. L’ombre comme l’écrin de la lumière.

PicsArt_12-21-06.04.45
En espérant que mes mots seront fertiles dans l’obscurité de l’une des nuits les plus longues de l’année, un 22 décembre 2018, une nuit de solstice d’hiver qui aura l’audace de se parer d’une pleine lune. Quelle impertinente!

Namasté

MINUTE MYSTIQUE : PLEINE LUNE DU 28/6/2018

Rockwell_kent_moon_stephen_ellcock_
Rockwell Kent, Moonlight in the Adirondacks, 1960. Source Instagram @stephenellcock

Marseille, mardi 26 juin 2018.

Quand quelque chose me turlupine et que je me rends compte qu’une lunaison particulière est imminente, je me mets en quête de matière sur le Net. Il y a à boire et à manger sur le Net, on le sait bien. Je ne suis absolument pas une spécialiste des astres, ce que je partage avec vous, toutefois, est toujours quelque chose qui exprime ce qu’intuitivement je flaire. Pour cette pleine lune du 28 juin, c’est dans la newsletter de http://rebekahshaman.com/ que ça a fait tilt. Voici donc les conseils ce cette âme sensible pour les prochaines semaines, jusqu’à la prochaine nouvelle lune (13 juillet).

1- L’ambiance est au désespoir, alors, c’est le moment de ne pas y céder et de surmonter des obstacles, les peurs, redéfinir ses limites et faire le grand rangement dans sa maison (littéralement et symboliquement). C’est le moment de s’organiser et de mettre à jour la paperasserie administrative. Et concernant nos limites, et bien on va les avoir en pleine face. Mais pas de panique, c’est pour en cerner les contours et voir clairement là ou on peut vraiment agir et là ou on se cogne la tête contre un mur (depuis trop longtemps). Cela concerne notamment les relations, on va positivement redéfinir les espaces des uns par rapport aux autres et revendiquer sa place légitime. Manifestation saine du pouvoir personnel et reconnaissance tout aussi saine de celui d’autrui.
2- On vit un passage houleux, c’est le moment de faire montre de ténacité et d’engagement. Restons forts.
3- Dans ce climat où le sérieux donne le la, il serait bon de ne pas trop se prendre au sérieux quand même. Mieux vaut s’entourer de personnes à l’attitude positive et optimiste et de semer soi-même un peu de légèreté autour de soi.
4- Dernier aspect de cette lunaison : on va avoir une forte tendance à l’auto-critique. Stop! Il va falloir arrêter net et valoriser le chemin parcouru.

A bon entendeur, namasté.

#enattendantlavague

MINUTE MYSTIQUE : NOUVELLE LUNE 16/4/2018

Marseille, le dimanche 15 avril 2018.

Aujourd’hui à Marseille, c’est le premier jour où je sens l’air du printemps. Je le reconnais à la constance de sa douceur. Marseille a revêtu encore récemment une grisaille toute british plusieurs jours d’affilée. Les températures sont remontées très timidement jusqu’à présent, la pluie est tombée fort les jours derniers et surtout, le mistral ne nous a pas fait de cadeau. Ne le sous-estimez pas si vous venez séjourner ici. Il a déjà gâché le week-end d’amis qui me rendaient visite. Mistral, foot et politique. A Marseille, les trois sont du sérieux. Aujourd’hui donc, quasiment pas de vent, ciel bleu et déjà des baigneurs se risquent à aller dans l’eau. Je suis allée faire un tour du côté de la plage des Catalans. Et oh que je comprends ces baigneurs intrépides! Ca me démangeait de gouter l’eau moi aussi.

picsart_04-15-011508314495.jpg
15 avril 2018, vers 13h, Plage des Catalans, Marseille

A la plage, je regardais les gens se prélasser, bouquiner ou pique-niquer. Et l’idée qui m’a traversé l’esprit c’est : « Ca y est, une nouvelle fenêtre d’opportunité s’ouvre pour profiter de la mer. » Parce que bon, j’ai emménagé dans cette ville surtout pour ça : vivre au bord de la mer. En rentrant j’ai regardé les prévisions météo. A priori, jusqu’a mercredi le temps devrait se maintenir. Ma fenêtre d’opportunité vient de vraiment s’ouvrir.

Demain, 16 avril, nouvelle lune. Je lis les décryptages plus ou moins farfelus qui me tombent sous la main. Beaucoup de ‘repeat’ des nouvelles lunes passées ; il y en a un cependant, qui semblait être écrit pour moi. Et pour des gens de mon entourage proche. Je le partage, on ne sait jamais. Au cas où c’est ce que vous aussi aviez besoin d’entendre pour avancer. Ca parle de fenêtre d’opportunité, que dis-je? De baie vitrée panoramique plutôt.


« Vous rappelez-vous avoir vécu un moment où une feu symbolique a embrasé votre vie, au point de chauffer à blanc votre monde. Une température insupportable? C’est peut-être même en ce moment que vous vivez cela. Au paroxysme, il n’y a pas d’autre choix que de tout lâcher et laisser le passé s’écrouler. Et c’est à ce moment-là que, par une mystérieuse alchimie, les choses commencent à basculer. Vous êtes doté d’un nouveau regard ou d’une motivation renouvelée. Un objectif que vous souhaitiez désespérément atteindre est tout à coup à portée de main. Peu importe où le curseur est placé dans vos vies, la nouvelle lunaison sera votre alliée pour accueillir le changement. »

« La chaleur monte, indéniablement.L’influence d’Uranus nous dit que tout peut arriver. Une accélération est en cours et des actions courageuses sont requises. (…) Il est temps de laisser le passé se consumer et de commencer à apporter votre contribution. Si vous cherchez toujours l’électrochoc de conscience qui vous révélera votre véritable sens ou votre prochain élan, écoutez les messages que vous capterez pendant cette lunaison. Ils vous parviendront clairement, aussi clairement que la foudre. Tournez-vous vers ce qui vous passionne. Osez un risque stratégique. On ne sait jamais quelles graines seront activées lorsqu’on s’en remet aux flammes du changement et qu’on autorise une nouvelle vie à fleurir. »
picsart_04-15-011610262194.png
Sache quand le temps est venu de dire ‘il est temps’.