J’AI FAIT LES SOLDES CHEZ YOGACONCEPT

iamvibes-alo-yoga-vetements-laurence-gay=blog=paris=marseille

YOGA : DES HAUTS ET DES BAS

Je suis nulle en selfie mais inventive en général. Ci-dessus donc le leggings magnifique de la marque Alo Yoga. Coutures parfaites, qualité de nylon supérieure et léger effet de contention, bref, un vrai vêtement pour les gens qui bougent. J’adore l’imprimé, ils l’appellent Iguana. Et le non moins extraordinaire sweat de la marque anglaise I am Vibes, un molleton de qualité plus plus. Le tout trouvé dans la boutique de yoga parisienne qui met la barre très haut en terme de qualité de vêtement pour le yoga et au-delà : YogaConcept. Au 27 janvier, il restait quelques belles affaires à faire en boutique sur les racks de soldes (-50%). Moi j’dis ça, j’dis rien…

YOGA TEASER

Pour un aperçu en couleur de la tenue, vous la verrez sur Instagram, portee par moi qui plus est, ou en vrai pendant les stages de demain et dimanche.


Laurence Gay Yoga http://www.laurencegay.com

LES 7 CHOSES A VERIFIER POUR S’ACHETER LE BON LEGGING ET LA BONNE BRASSIERE DE YOGA

Je ne suis pas une fashionista, mais j’ai un regard averti sur les vêtements de yoga parce que je passe beaucoup de temps dedans. Je ne me contente pas de porter ces vêtements en mode lounge, je les mets a l’épreuve du mouvement quotidiennement. Mon métier, c’est prof de yoga et il se trouve que je me véhicule beaucoup a vélo dans Paris. Je suis une urbaine avec un mode de vie tout terrain.

Je ne suis pas une spécialiste du textile non plus, mais j’ai vite compris que lire les étiquettes de nos vêtements de yoga va vous donner de précieuses indications sur la manière dont le vêtement va (ou pas) nous accompagner dans notre yoga et comment il va (ou pas durer) dans le temps.

En gros, il y a deux camps : les vêtements en coton et ceux à base de nylon ou de polyester. Le nylon ne sera pas toujours marqué en tant que tel, on peut aussi lire ‘elasthane’, ‘supplex’, ‘spandex’ ou ‘microfibre’, mais ça reste du nylon. Un vêtement fabriqué a base de nylon classique sera comme le bermuda du cycliste dans les années 90 : léger, frais au toucher, un peu luisant d’aspect et finit par se détendre dans le temps. Les elasthane, supplex et autres font référence a des qualités de nylon plus élaborées qui vont par exemple donner au vêtement un toucher coton, une bonne tenue au lavage ou la capacité a sécher vite. Le polyester pourra lui aussi revêtir une autre appellation : ‘PET recyclé’, auquel cas elle fait référence au polyester obtenu a partir du recyclage de plastique.

D’un point de vue pratiquo-pratique, voici les désavantages du coton : il met du temps à sécher, les couleurs s’affadissent vite, la tenue du vêtement s’altère. Les désavantages du nylon/polyester : le tissu bouloche vite, malgré les lavages, une odeur désagréable peut s’imprégner dans les fibres,

Quelque soit le leggings ou la brassière que vous aurez entre les mains en magasin, le tissu doit être élastique pour vous accompagner dans le mouvement. Il sera peut-être fait mention du lycra sur l’étiquette, mais ce n’est pas toujours le cas. Faites le test vous-même en étirant le tissu pour vous rendre compte du degré d’élasticité.

Après avoir lu l’étiquette, on se lance dans la liste des 7 choses à verifier :

#1 – La transparence du tissu

J’ai vu de nombreuses fois des femmes pratiquer en collants opaques ou en leggings de ville. L’élasticité du vêtement est certes là, mais a chaque mouvement d’étirement, on finit par voir votre culotte ou vos fesses mesdames. Ne croyez pas que les leggings qui vous seront proposés en boutique ne seront pas eux aussi susceptibles d’en révéler trop dans votre chien la tête en bas, il faut vérifier avant d’acheter.

Un leggings de ville en coton et laine

leggings-transparent.jpg

Deux exemples de leggings suffisamment couvrants.

leggings_rouge_couvrant_wellicious.jpg

leggings_bleu_couvrant_teeki.jpg

#2 – La résistance des coutures

Il faut la tester maintenant, en magasin avant que le pire vous arrive en salle de cours. Mon test : je tire au max la couture au niveau de la cheville.

Un leggings dont les coutures ne seront pas fiables dans le temps (les petits points blancs à droite de la couture sont des petits trous qui deviendront grands)

coutures_rose_mantrafitnessapparel.jpg

Deux exemples de leggings avec des coutures à faire hanumanasana en boucle.

couture_rouge_wellicious.jpg

coutures_bleu_beyondyoga.jpg

#3 – L’empiècement a l’entre-jambe.

Ce petit losange ou triangle de tissu cousu dans l’entre-jambe du leggings est essentiel pour éviter le déchirement du tissu, parce qu’on en fait des anjayenasana ou des virabadrasana dans nos salutations.

Un leggings sans empiècement.

leggings_sans_empiecement_mantrafitnessapparel.jpg

Deux exemples de leggings avec l’empiècement.

empiecement_teeki.jpg

leggings_empiecement_onzie.jpg

#4 – La ceinture élastique.

A éviter, l’étroite bande élastique ourlée à la taille. Elle finit toujours par s’abimer, puis par froncer la taille et en plus elle serre le ventre comme une ficelle et rend le vêtement peu confortable. A privilégier, les hautes ceintures qui gainent du nombril au pubis.

Un exemple de l’étroite bande a la taille.

wpid-img_20150913_131246987_hdr.jpg

Un exemple de large ceinture confortable.

wpid-img_20150913_131338342.jpg

#5 – Le décolleté de la brassière.

Choisissez les brassières dont la pièce de tissu de devant est suffisamment couvrante. D’expérience, les brassières décolletées, comme la rose en bas a gauche de l’image, vont vous jouer des tours et laisser un sein ou deux s’echapper. Je la garde d’ailleurs uniquement pour mes heures « en civil », elle ne me suit plus pour la pratique du yoga.

brassieres_yoga.jpg

#6 – La bande élastique sous la poitrine.

Cette bande élastique doit être large et épaisse. il faut que vous la touchiez pour vous en assurer. Sur la photo ci dessous, vous voyez la différence entre la bande élastique rectiligne de la brassière grise et la bande élastique plus mince et froncée de la brassière rose.

wpid-img_20150913_132528281.jpg

#7 – Le tissu de la brassière.

Plus le tissu de la brassière est épais, plus il va retenir la transpiration et va mettre du temps a sécher. D’expérience, c’est valable pour les cotons comme pour l’élasthanne, Je vous conseille de trouver un tissu moyennement épais et surtout élastique. On doit enfiler sa brassière avec un peu de difficulté, sinon, elle n’empêchera pas la poitrine de déborder.

« LES PANTALONS DE YOGA GACHENT LES FEMMES »

landscape-1427206255-elle-franlebowitzC’est le constat cinglant que fait Fran Lebowitz, auteure américaine et icône de style dans une interview du 24 mars 2015 au magazine Elle, version US.

Tous ces vêtements de yoga que les gens portent, même les hommes s’y mettent, ça n’est qu’un manière d’être en pyjama. Ca ne peut passer que si on est naturellement belle. Ce qu’il y a de bien avec les vêtements c’est qu’ils sont artificiels. On peut mentir, on peut choisir son apparence, ce que ne permet pas la beauté naturelle. Donc si vous êtes naturellement belle, portez ce qui vous fait envie, mais ça ne concerne que 0,01% des gens. La plupart des gens ne sont pas assez beaux pour porter ce qu’ils ont sur le dos. Ils devraient se changer. Ils devraient enfiler un pantalon et un joli pardessus.