YOGA TAPE

J’ai observé, abasourdie, la rapidité avec laquelle des cours de yoga en ligne se sont mis en place sur un peu toutes les plateformes. Abasourdie parce que moi-même sonnée par la situation mi-mars, je ne me sentais pas du tout en condition pour guider une classe de yoga. Il me semblait alors, et c’est toujours mon sentiment, que nous vivons une rupture et que vouloir faire comme avant, vouloir faire par le virtuel ce qu’on faisait avant en « vrai », serait comme colmater la brèche pour conforter nos certitudes.

Le déploiement massif de vidéos de cours de sport m’a fait réaliser que, finalement, malgré toutes ces heures passées a « s’entrainer » , nous ne sommes pas autonomes. Cette réflexion s’étend pour moi aux « pratiques » de yoga. Prendre soin de sa mécanique et explorer son soi sont des activités qu’on a largement délégué à d’autres. Evidemment que nous avons besoin de guides et de leurs conseils! Mais, je pense qu’on commence à « pratiquer » le yoga quand on reproduit des exercices de mémoire. L’instinct du corps reprend sa place. Opère alors une implication totale de soi, une présence à soi plus intense, plus vraie. On met alors en branle un mouvement initié du dedans, l’exploration du soi par le soi prend place. Je pense que c’est une indépendance saine qui n’est pas incompatible avec le collectif. Au contraire! Quand on entretient une pratique personnelle, « internalisée »  en quelque sorte, on vient aux cours ou aux stages doté d’une écoute transformée : on absorbe mieux, on discerne plus finement.

«  L’accès à l’information est primordial, mais si je n’en retiens rien ou rien de spécifique, je suis dans l’incapacité d’élaborer a partir de ces idées ou de créer des liens entre les idées pour en formuler de nouvelles. »nous dit Sherry Turkle dans Reclaiming Conversation.


Remplacez les mots information et idées par mouvements du corps et de la conscience. Relisez la citation de Sherry.

Ma radio.

« L’invention d’une nouvelle forme de rencontre. » – J’ai entendu ça à la radio, ça a fait clic.

Une pratique en solo n’a pas la même saveur qu’une pratique guidée. Il faut se détacher de l’idée de devoir ou vouloir reproduire l’expérience du cours collectif. Il faut aussi réaliser beaucoup de nos biais cognitifs en rapport avec le yoga.

Beaucoup sont apparus avec Instagram depuis une dizaine d’années. La plateforme a grandement contribué à façonner une relation nouvelle au yoga.

  • La relation d’apprentissage (et d’enseignement) consiste en une recherche (et une diffusion) de conseils et astuces pour « réussir » (comme en bricolage ou en cuisine).
  • L’information étant pléthorique, les « suiveurs »  zappent d’un compte à l’autre pour glaner ce qu’ils cherchent ; quant aux « influenceurs », leur but est de capturer cette audience volatile. Ils misent sur la nouveauté permanente, les bons sentiments, les photos acrobatiques (sensées légitimer leur statut) ou sur les challenges.
  • Le mimétisme est de mise : la mise en scène de soi en situation de yoga (même si on ne pratique pas la discipline, on pose en yoga) et l’avènement du yoga lifestyle (style de vie) avec son cortège d’injonctions (alimentaires par exemple).

« On apprend l’eau par la soif » – C’est le titre d’un poème d’Emily Dickinson que j’aime beaucoup.


On apprend l’eau – par la soif
La terre – par les mers qu’on passe
L’exaltation – par l’angoisse
La paix – en comptant ses batailles
L’amour – par une image qu’on garde
Et les oiseaux – par la neige

Voici ce que Fabrice Midal dit de ce poème sur France Culture (podcast du 5/7/2019) :

« Par la connaissance, je peux apprendre beaucoup de choses sur l’eau, mais pas l’essentiel. L’essentiel, seule l’expérience peut me l’apprendre. Enfin, pas toujours. car l’expérience peut aussi me tromper. Je sens que cette personne ment, j’en suis convaincu.e. Or je peux me tromper. Nous sommes si souvent victimes des préjugés, comme en témoignent toutes les formes de racisme. Mais alors comment faire? Ecoutez la poétesse. Elle nous dit qu’on apprend l’eau, non seulement en y plongeant les mains mais par la soif. Elle rejoint cette grande tradition philosophique, qui contrairement à ce qu’on raconte souvent, n’est pas cette vague recherche de sagesse (ce qui ne veut pas dire grand chose), mais un embrasement de toute notre existence pour être un peu plus réellement et un peu plus intensément qui nous sommes. »

« Quelque chose de grand, de fou serait d’affronter le néant, mais c’est trop difficile. » – Encore la radio, c’est fort comme affirmation.

Puisque la rupture dans laquelle nous sommes appelle, non pas à la linéarité, mais à une reconfiguration de ce que nous sommes et faisons, je vous propose une autre forme de rencontre avec du yoga. J’ai pensé, et réalisé avec les moyens du bord, un ensemble de mini-vidéos (de 1 à 5 minutes) que je peux mettre à votre disposition temporairement pour que vous appreniez à mémoriser des exercices.

NOTE du 17/4/2020 : UN GROUPE D’INSCRITS D’UN PEU PLUS DE 400 PERSONNES S’EST CONSTITUE. AFIN QUE L’EXPERIENCE RESTE LA PLUS FLUIDE POSSIBLE POUR TOUS, LES INSCRIPTIONS AU PROGRAMME SONT CLOSES CE JOUR.

  1. Je ne demande pas d’argent. Si vous souhaitez/pouvez faire une donation, un lien sera publié sur la page des vidéos.
  2. Vous recevrez un email avec les liens vers 2 ou 3 mini-vidéos. Ces vidéos sont postées sur le blog, elles ne sont pas disponibles en téléchargement. Vous les visionnez autant de fois que nécessaire en les reproduisant pour les mémoriser. Dans l’email je vous donne, si besoin est, des précisions (le format court de la vidéo ne me permet pas tout le temps de partager tout ce qui me semble pertinent ou mes commentaires sont des fois nébuleux, mon cerveau gauche ayant mis la clé sous la porte depuis quelques jours) et je vous propose des moyens de mémoriser les exercices. Vous avez donc à disposition la vidéo et mon laïus dans l’email comme support. Je recommande une mise en pratique quotidienne des exercices. La répétition est la première alliée de la mémorisation.
  3. Après quelques jours, je vous envoie un autre email avec une nouvelle combinaison de vidéos. Toute la sélection proposée dans l’email précédent ne sera plus en ligne. Le nouveau panachage de vidéos aura pour but de consolider un acquis, de le compléter ou de le faire évoluer. 
  4. Nous ne sommes pas tous dotés du même degré d’intelligence kinesthésique. Certain.es apprennent et mémorisent facilement avec leur corps, d’autres ont besoin d’être davantage aidés. Si vous en avez besoin, constituez-vous un cahier de pratique qui vous permet, en l’absence des vidéos, de vous rappeler simplement l’exécution des exercices. Gardez ce pense-bête près de vous quand vous tentez de reproduire les exercices en l’absence de vidéo. Des questions émergeront, vous aurez soif comme Emily. Retournez à la vidéo ou aux notes de l’email puis notez les réponses dans le cahier. Prenez le temps de dessiner ou de formuler les réponses lisiblement. Ces interruptions dans l’exécution des exercices pour clarifier des choses font partie de la pratique. A nouveau, ce n’est pas la même expérience que le cours guidé ou vous vous reposez complètement sur la voix d’un.e autre.

POUR ETRE SURE QU’IL N’Y AIT PAS DE MALENTENDUS, SVP, NE VOUS ATTENDEZ PAS :

  • A assister à un cours de yoga en vidéo.
    Ce que je vous propose n’a vraiment d’intérêt que pour des personnes qui veulent apprendre à combiner de mémoire, quelques d’exercices de yoga simples.
  • A pratiquer du yoga pendant 1 heure.
    Je donne des indications sur des modulations du nombre de répétitions des mouvements ou du nombre de respirations pour les exercices. Vous allez explorer tout cela par vous-même et pour vous-même. Vous combinerez les exercices qui vous conviennent, sur le nombre de répétitions qui vous convient. Cherchez à faire savoureux, et à faire vôtre. Documentez ce qui est nécessaire pour vous permettre de rafraichir votre mémoire en temps voulu.

CE N’EST PAS NON PLUS UNE FORMATION DE PROFESSEUR DE YOGA EN LIGNE

Si vous enseignez ou avez déjà fait des formations en yoga, vous avez déjà une pratique personnelle. J’ai reçu le feedback de professeurs de yoga qui m’ont dit qu’ils allaient s’inscrire. Ca m’a étonnée et aussi blessée. Je me donne beaucoup de mal pour mettre sur pied ce programme et je n’ai pas envie que vous considériez ce travail comme un réservoir de plus de « trucs et astuces ». Je veux donner mon énergie à ceux qui se sentent désemparés sur leur tapis de yoga et qui malgré tout ressentent l’envie de faire. Si je me rends compte que les inscrits sont majoritairement des « pros », je ne vais pas poursuivre.

32 réflexions sur « YOGA TAPE »

  1. J’ai pris des cours de yoga, en collectif, individuel, mais je souffre d’une capacité de mémoire corporelle incompréhensible. J’ai une série de 5 videos pour une pratique matinale qui me permet de varier, et que j’utilise chaque matin pour faire du yoga. Et cela depuis presque 10 ans. Depuis ce temps, je devrais savoir par coeur les enchainements, non ? et ben non ! cette incapacité m’amuse après m’avoir longtemps exaspérée : je suis une handicapée de cette mémoire-là.
    Je suis incapable, seule, de savoir que faire sur mon mat’. ok une salutation au soleil, je sais faire. et après ? rien. alors, internaliser… oui ! je veux bien tenter l’expérience !

  2. Excellente réflexion. Bien qu’étant autonome ( merci à l’ashtanga yoga ) je suis partant pour l’expérience que je soutiens.

  3. Coucou Laurence. Je pense souvent à toi et mes débuts de Yoga ( que je n’ai pas poursuivi de manière assidue, malheureusement) En tout cas, je serais très motivée pour faire cette experience avec toi 🙂 Des bises

    1. Oh Sarah! Quel plaisir de te lire (hors de facebook), je suis contente que tu te sois inscrite. Merci beaucoup pour la confiance que tu m’accordes. J’ai hâte de renouer par écrans interposés.

  4. Bonjour Laurence, j’ai eu l’occasion de faire un atelier avec vous à Paris et suis ravie de pouvoir être accompagnée par vous dans plus d’autonomie sur mon tapis. C’est une excellente initiative et je vous en remercie du fond du coeur. Et merci pour votre article, gorgé de réflexions qui me touchent. Belle journée à vous, Luce

  5. Bonjour Laurence,
    C’est toujours un plaisir de te lire. J’aurais adoré rejoindre l’expérience car expérimenter, surtout les choses simples, me réjouit autant que cela me nourrit. Mais après lecture de ton post, je ne pense pas que mon envie d’expérience soit alignée avec ton projet vis à vis des personnes autonomes (dans laquelle je me place). Et il faut que les projets comme le tien prennent vie et s’envolent vers le plus de personnes possible car nous en avons besoin. Je suis un peu triste (pour moi) mais contente pour toutes ces personnes qui vont découvrir ton approche et rencontrer leur corps et voir plus si affinité! 🙂 Je t’embrasse. Marie-Laure

  6. Bonjour Laurence. Passionnante et passionnée 👌 Partante aussi pour sauter le pas… je pense en avoir simplement besoin dans ma jeune pratique 😊 ça lui donnera un squelette 😁 Merci de ta très belle proposition. 🙏 Bonne continuation ! 👋

  7. Merci Laurence pour cette initiative ! Bien d’accord que ce qui est agréable avec le yoga , c’est de pouvoir être autonome (même s’il faut parfois se rafraîchir la mémoire quand on a dû arrêter un moment, ou pour apprendre de nouvelles choses).

  8. Bonjour,
    je me trouve déroutée par la situation, je pratique le yoga (ashtanga depuis septembre) depuis plusieurs années, et j’aime pratiquer, j’aime sortir mon tapis, j’aime faire une séance chez moi de temps en temps. Je pensais qu’en temps de confinement, j’aurai le temps et la possibilité de pratiquer plus souvent et plus sereinement, mais en fait, je ne m’y mets pas. Etonnamment, le cadre assez tendu de la vie d’avant me libérait du temps. L’absence de contraintes de la vie quotidienne crée un laxisme en moi qui me surprend et me déstabilise. Je n’ai presque plus envie de faire du yoga ;-(… Je suis déçue et dans l’incompréhension.
    Peut-être que suivre vos vidéos me remettrait le pied à l’étrier.
    Merci Laurence, pour ce billet très détonant dans l’ambiance actuelle et qui remet les idées en place. Vraiment, merci !

    1. Bonjour Cecile, j’ai moi-même eu mon ‘gloups’ pendant les 3 premières semaines de confinement. mon blocage s’est fait sur la lecture et la méditation, qui sont elles aussi deux activités qui a priori sont « conseillées ». J’ai à peine repris pour être franche. Je pense qu’il faut écouter ce rejet et ne pas se censurer et s’obliger à faire à tout prix parce qu’on nous martèle que c’est le truc a faire. La rupture que l’on subit nous affecte profondément, ce n’est pas juste un changement de routine. Sois surprise et déstabilisée. C’est le signe qu’un truc émerge ou se réorganise à l’intérieur. On apprend l’incertitude. Si d’instinct tu te dis que t’inscrire pour recevoir régulièrement les emails avec ces quelques exercices simples et mes indications te procurerait un ancrage, je t’invite à le faire. C’est peut-être un moyen de rassurer notre animal apeuré. N’y mets pas d’autre enjeu que de te réapprivoiser la liberté de bouger et de respirer.

  9. Bonjour Laurence,
    Je suis votre blog et votre compte Instagram depuis quelques années, mais silencieusement, après vous avoir lue sur Esprit Yoga. J’aime beaucoup la façon dont vous nous invitez à faire un pas de côté pour regarder les choses et les événements avec un nouvel angle.
    Quelle belle idée que de nous proposer de devenir autonomes sur notre tapis ! J’en suis aujourd’hui totalement incapable car je n’ai jamais fait cet effort, j’en suis consciente. J’ai très envie de tenter cette expérience.
    Belle journée à vous

  10. Chère Laurence
    Je n’ai jamais pris un cour de yoga de toute ma vie tout en ayant malgré tout retrouvé forme humaine après un très grave accident grâce à quelques postures de Hatha -Yoga et qqs variations mémorisés en feuilletant un ouvrage de ci de là.
    Je fait ça sur 1 h environs chaque matin depuis plusieurs années et cela m’aide beaucoup sur tout les plans.
    A vrai dire je trouve la pratique bien trop immersive dans l’indicible pour oser utiliser une quelconque stimulation externe (musique, voix, conseils) voyageant essentiellement grâce au ressenti intérieur dans ces moments là.
    J’aime ton esprit libre vivant et tellement lumineux, je serais volontiers des votres, sans doute comme une luciole de plus, intensément happée par la poésie sublime de la justesse de ton cheminement qui déjà contorsionnent mes certitudes raisonnantes pétrifiées et Ça, ça me semble déjà un bon début…

  11. Bonjour Laurence,
    Je vous ai découverte par le biais de Géraldine Nectoux dont j’étais l’élève il y a quelques années. J’ai suspendu ma pratique durant de longs longs mois…Ce que vous proposez m’intéresse sincèrement car vous nous proposez l’autonomie, qui devrait être « le but  » de tout enseignement, son terreau. Je suis professeur des écoles et je cherche toujours comment mettre mes élèves sur cette voie. Merci.

  12. Bonjour Laurence, je vous suis depuis quelques mois sur les réseaux, suite à un post ayant croisé mon fil d’actualité « par hasard ». J’ai alors parcouru votre blog, j’ai été intéressée, touchée, et je me suis dit que j’avais envie de vous suivre, d’avoir de vos nouvelles. J’ai une pratique irrégulière du yoga depuis 10 ans maintenant. Cette période de confinement seule me permet de découvrir la liberté de faire l’activité de mon choix, en fonction de mon besoin et énergie du moment, que j’essaie d’écouter et reconnaître (tout un programme!). Je n’ai par contre aucune formation en yoga ou quelconque pratique sportive, et je n’ai jamais réussi à aller au bout d’un livre que j’avais acheté pour essayer de cadrer ma pratique autonome. Votre proposition me semble donc tout à fait intéressante et accessible. J’espère qu’elle pourra me fournir quelques clés pour ne pas me perdre, et un cadre pour, qui sait, initier une humble pratique autonome. Merci par avance !

  13. Bonjour Laurence
    Belle idée et bien adaptée à une periode où je pense avoir du temps pour faire du yoga mais en fait pas tout à fait puisque comme pas mal de gens , je suis un peu dépassée par les évenements : 1h pour acheter une baguette ect … donc oui heureuse proposition… Merci

  14. bonjour Laurence
    merci pour ta proposition de ces petits moments de Yoga
    pour le plaisir de continuer encore avec toi…..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.