ARRETONS AVEC LES CLICHES DE YOGA ▪️ NEWS DECEMBRE

A la rentrée, en diverses occasions, on m’a demandé des photos de moi en position de yoga et des portraits. Les clichés dont je dispose ont déjà pas mal servi alors j’en ai profité pour me livrer à cette expérience que je déteste : me faire tirer le portrait. Je déteste ça parce que je ne suis pas une poseuse.

Quand je pose pour une photo, on me demande sans cesse d’être autrement que ce que je suis. Quel paradoxe! Alors que ça fait des années que je travaille à la découverte et conquête de ce que je suis vraiment, vous me demandez de dévier la trajectoire pour me conformer à ce qu’on attend de moi sur pixels!

Qu’attend-on de moi (et du yoga) sur pixels ? Bah que je m’adapte à l’imagerie d’Epinal qui va avec. « Ca ne te ressemble pas, tu as l’air dur sur cette photo. Toi, tu es douce. Le yoga, c’est apaisant. » ; « Quelque chose de plus pimpant, pétillant. Souris, c’est quand même mieux. »

Deux mots se précipitent : stéréotypes et projections. Je voulais partager avec vous deux photos de yoga et vous en dire plus sur la personne qui pose.

vert_bras_guruda_haut_petit
Image : ©laurencegay.com

Cette photo a été prise par Alexandre. Je suis arrivée au studio de prise de vue après avoir trop peu dormi. J’avais passé une nuit effroyable. Je n’avais pas arrêté de pleurer. Mon petit ami de l’époque était violent. Nous avions eu une forte dispute toute la nuit. Alexandre et son assistant ont été super gentils et m’ont aidée à me détendre un peu. C’était il y a 7 ans.

DSC02618
Image : ©jacdemars

Cette photo a été prise cette année par Jacques. Cette session photo a du être organisée début septembre, assez vite. Il y a avait urgence à fournir les images aux personnes concernées. J’aurais pourtant préféré les faire à un autre moment. Je n’avais pas la tête à m’entendre dire qu’il fallait sourire. Je m’étais répété ça pendant presque un an. J’en avais assez. A peine deux semaines auparavant, j’avais dû prendre la décision de rompre ma relation amoureuse et déménager mes affaires de chez l’homme dont je me séparais. Une décision difficile ; une relation unilatérale ; j’étais en train de me perdre. Depuis, je suis hébergée chez une amie.

il y a sept ans, si je n’avais pas été suffisamment « dure », j’aurais pu y rester. Cette année, ma vie rentre facilement dans quelques cartons usés par les déménagements. Sans le soutien de mes amis, je serais à la rue. Comprenez que la gravité d’une situation peut se lire aussi sur un visage.

Arrêtons avec les clichés de yoga. Arrêtons de façonner une perception trompeuse de ce que l’on pratique. Nos vies ne sont pas faites de successions de salutations au soleil langoureuses à Bali. Tout le monde essuie des revers, tout le monde tombe à terre, tout le monde repart de zéro à un moment ou un autre. Les profs de yoga aussi. Et laissez-moi vous dire qu’il y a du yoga dans tout cela. Ma pratique de yoga (asana, pranayama, méditation et tutti quanti) maintient mon corps solide, me permet de laisser émerger ce qui est, de me détacher des scenarios « Et si … » et de ne pas sombrer dans le pathos. Et une autre chose de yoga merveilleuse prend corps : le soutien inattendu de personnes proches (mais pas que) qui m’a permis de réaliser que j’ai la chance d’avoir tissé des liens qui ont une importance indicible. Je tiens aussi à ajouter qu’enseigner le yoga, et j’entends par là créer le cours et le dispenser, fait aussi partie de l’équation. Je ne trouverais jamais les mots suffisamment puissants pour communiquer à tous ceux que j’ai le privilège de côtoyer sur les tapis que l’intérêt que vous manifestez en accueillant ce que je vous propose et l’enthousiasme, la gentillesse et la vulnérabilité dont vous faites preuve pendant les sessions donnent un sens profond a ce que je suis et ce que je fais. Et, sans le savoir, vous me faites relever la tête et garder le cap quand des expériences intimes me bouleversent et me font douter.

Lorsque vous choisissez de publier des photos de yoga, avant de la poster, posez-vous la question de votre intention. Et là, je formule un souhait pour que collectivement, on fasse évoluer les choses.  Je souhaite qu’à l’aide des images de yoga que nous choisissons de publier, nous racontions une histoire, une histoire qui est la nôtre, une histoire qui peut nous relier aux autres. Je souhaite qu’on arrête de se forcer à sourire ou à poser sur les photos de yoga et qu’on ait enfin des choses vraies à partager et pas de leçons a donner. Les apparences clivent, les histoires elles, rassemblent.

NEWS DE DECEMBRE

Vous trouverez le planning complet et les liens vers les descriptifs des activités et les modalités de participation ici. Je dresse ci-après un récapitulatif pour nous remettre les idées au clair. Lisez ce post jusqu’au bout parce que j’y annonce à la fin quelque chose d’important…

Marseille

Mar 5/12 : 12h30 cours 1h15 au Grenier du Corps (7e)
Sam 9/12 : 11h cours 2h au Grenier du Corps (7e)
Sam 9/12 + Dim 10/12 : >COMPLET< Module d’approfondissement 3/4 8h au Grenier du Corps (7e)
Mar 12/12 : 12h30 cours 1h15 au Grenier du Corps (7e)
Mar 19/12 : 12h30 cours 1h15 au Grenier du Corps (7e)

Paris

Sam 16/12 : 13h30 atelier 2h30 à Yoga Village (2e, Opéra)
Dim 17/12 : >COMPLET< 13h atelier 3h à Big Apple Yoga (2e, Montorgueil)

L’ANNONCE DE FIN (que vous attendiez ;-))

Je vais bientôt lancer une campagne de financement participatif pour me permettre de lancer une offre cours « à la sauce Laurence » à Marseille. En 2018 je souhaite m’installer dans un lieu où je puisse enseigner en proposant une offre de cours pas comme les autres. L’aboutissement d’une digestion de 16 ans d’enseignement! La liberté ça se créée comme le dit un ami et pour la créer j’aurai besoin d’un soutien financier et j’espère que certains d’entre vous pourront m’épauler. Je vous tiens au courant.

#bereal #haveheart #livelife

Namaste ❤


Laurence Gay Yoga – http://www.laurencegay.com

ARRETONS AVEC LES CLICHES DE YOGA ▪️ NEWS DECEMBRE

13 réflexions sur “ARRETONS AVEC LES CLICHES DE YOGA ▪️ NEWS DECEMBRE

  1. Hello Laurence,
    Ton témoignage est touchant et tu expliques très bien ton ressenti. Je n’avais jamais pensé à cela en prenant des photos de moi faisant du yoga. J’en ai fait très peu (c’est plus compliqué seule) mais je ne me suis jamais forcée à sourire. D’ailleurs je ne souris pas quand je pratique ! Je suis tellement concentrée !
    Malheureusement il existe beaucoup de préjugés, mais c’est humain, on ne peut rien y faire. Juste être pédagogue pour changer les apparences 🙂
    Bise,
    Claire

    1. Merci muntsaky. Je n’ai pas la prétention de montrer ce que le yoga est. J’ai formulé dans ce post l’envie que les personnes qui le pratiquent partagent la subjectivité de leurs expériences et qu’ils soient vrais quand ils le font. Sans ça, on élabore un mensonge effrayant autour de la discipline, on la déshumanise presque. Beaucoup de douceur à toi aussi. ✨😙

  2. Sabine dit :

    Merci beaucoup Laurence pour cette magnifique lettre ouverte. Ouverte a tes lecteurs, lettre a coeur ouvert. Elle m’a beaucoup touche par son honnetete et sincerite. Et puis, tu mets en mots ce que je ressens. D’un cote, je m’y reconnais- je n’aime pas les photos de moi dans des postures, justement je n’y trouve pas de sens ; et aussi, je ressens tellement ce que tu ressens vis-a-vis de tes eleves, de te lire, j’en ai eu les larmes aux yeux.
    D’un autre cote, j’admire ton honnetete et ton courage dans les epreuves. Oui, le yoga dans tout ce qu’il est nous tient, nous maintient, nous fait grandir et au-dela.
    On ne se connait pas mais je lis toujours avec grand interet tes newsletters qui souvent m’interpellent dans la justesse du regard.
    Plein de courage dans ce defi que tu releves a nouveau. Ton authenticite est la plus belle des qualites et la plus belle des images que tu puisses donner 😉

    1. Sabine, sache que le fait de commenter le post avec autant de sensibilité est aussi remarquable et que la nature de ton commentaire contribue également à donner du sens à ce que je fais. Merci à toi. ✨

  3. Camille dit :

    Si tu savais comme ce post me touche et résonne en moi Laurence. Justement, cette semaine, j’ai passé une journée à pleurer enfermée chez moi, sur cette vie qui parfois me semble si lourde à porter. C’est dur d’assumer d’être seule loin de ses racines, à vivre d’un métier qu’on adore mais qui reste précaire. Surtout quand on n’a pas d’épaule sur laquelle se reposer.
    En tout cas, c’est ce que je ressens les jours sombres.
    D’un autre côté, je me dis que la possibilité qu’on se donne de vivre nos rêves, de partir loin pour faire le boulot qu’on aime ou retrouver l’homme qu’on aime, elle est précieuse. On s’offre une liberté qui n’a pas de prix. Et qui nous rapproche de ce que l’on est vraiment. En tout cas, c’est ce que j’essaye de garder en tête quand j’ai l’impression que rien ne va.

    1. Camille, je ne sais pas quel âge tu as, mais je peux te dire un truc, et là, c’est l’expérience d’une quarantenaire qui parle. Tu es ton propre rocher dans la tempête. Un entourage bienveillant t’aide à te le rappeler. Mais c’est ta propre force que tu dois cultiver. Et cette force n’est pas une réaction à une situation difficile, elle est la manifestation de ce que tu apportes au monde. Entoure-toi de ce qui va nourrir ça que ce soit des exercices de yoga ou des personnes bienveillantes et éloigne-toi du reste. 💜✨

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s