YOGA POST 13/11/2015

Samedi 14 novembre, j’avais prévu depuis un petit bout de temps un stage de yoga à Marseille. Arriva ce qui arriva : l’horreur des attentats, la veille au soir, le vendredi 13 novembre 2015. Par le plus grand des hasards, j’étais devant un poste de télévision à Marseille ce soir-là. Choquée, j’ai vu les premières brèves d’info se succéder après 23h. Je reçois un SMS de l’une des participantes au stage qui me dit qu’elle ne se sent pas en mesure de participer au stage de yoga le lendemain. Je me demande moi-même si le stage ne devrait pas être annulé, puis je me ravisée, je suis venue pour ça, d’autres personnes aussi. J’ai difficilement trouvé le sommeil, l’incompréhension avait pris sa place, j’avais une boule au ventre.

Le stage a eu lieu. Sur le blog, on m’a demandé comment ça s’était passé. Je pense que si la question a été posée, c’est que les gens ressentent peut-être le besoin d’entendre les expériences de yoga des uns et des autres. Dans ce contexte où tout le monde est obligé de plonger au fond de lui-même en quête de sens, on ressent peut-être intuitivement que ce sens ne peut être donné qu’en s’envisageant indissociable de l’autre et peut-être aussi qu’on est en train de faire l’expérience de l’existence de cette force qui fait se relier toutes les choses entre elles, peut-être enfin que le yoga va nous ancrer dans notre chair, vibrante, bien vivante.

J’ai bien réfléchi a la question et je me suis dit qu’il fallait demander aux participants du stage de samedi mais aussi à d’autres personnes. J’ai ainsi lancé un appel sur ma page facebook de yoga pour proposer a qui voudrait de témoigner de son ressenti de yoga du week-end. Voici les témoignages.

Françoise a participé au stage de yoga ‘Les appuis et la force’ avec moi samedi à Marseille.

« Je vous remercie d’avoir maintenu ce stage qui m’a fait beaucoup de bien. J’avoue que je craignais qu’il ne soit annulé. Personnellement, j’avais besoin de cette pratique au lendemain des attentats. Depuis que j’ai découvert le yoga, je considère que ce travail sur le corps et partant sur l’esprit est la meilleure thérapie qui puisse exister quels que soient les maux que l’on veut soigner. Par conséquent, pratiquer dans les moments de tristesse, d’inquiétude ou de désespoir me semble aller de soi. L’expérience vécue sur un tapis de yoga est juste une métaphore de la vie. Si on est plus fort, plus ancré, plus équilibré, plus solide sur un tapis de yoga, on le sera tout autant dans les autres lieux et les autres moments de l’existence. Quant aux questions existentielles que l’on peut se poser après ce type d’événements, là aussi, le yoga offre un secours, un réconfort. Cesser de se poser toujours les mêmes questions sur le sens de ce qui manifestement n’en a pas et vivre pleinement ici et maintenant. Je reconnais que j’ai mis beaucoup de temps pour arriver à comprendre que mon hypersensibilité à la souffrance des autres ne servait à rien d’autre qu’à ajouter de la souffrance à la souffrance. Contrairement à ce que je pensais avant, ce n’est pas du cynisme ni de l’indifférence que de se concentrer sur son expérience personnelle telle qu’elle se déroule à chaque instant en faisant abstraction de tout le reste, c’est juste le seul moyen de ne pas finir complètement dingue. Et en fin de compte, je crois que l’on rend davantage service à son prochain en étant soi-même fort, heureux et apaisé qu’en se torturant l’esprit pour chercher en vain des explications à tous les malheurs du monde. Bref, pour moi, le tapis de yoga est plus que jamais une planche de salut. »

Nathalie, Joanna et Ariane ont témoigné suite a mon appel sur Facebook.

Nathalie

« En fait le vendredi soir avant les événements, alors que je pratique très rarement à cette heure, j’ai eu une envie subite de pratiquer en me focalisant sur le psoas pour me libérer d’émotions pesantes. Je me sentais libérée et c’est là que je tombe sur l’information. J’ai d’abord cru à un canular pour vite réaliser que c’était la réalité. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps une grande partie de la nuit, car cela m’a sans doute ramenée à des événements personnels douloureux. Pas de révolte mais le sentiment que nous arrivions à un croisement. J’ai pratiqué dimanche, médité longuement, pour ensuite danser dans un flôt infini d’amour. C’est étrange , car moi qui suis une rebelle dans l’âme , j’ai eu un sentiment d’amour infini. A croire que quand les choses vont vraiment mal la perspective change. C’est lundi que ça a été terrible, une pesanteur indescriptible puis j’ai pratiqué à nouveau avec mes élèves et c’est vrai qu’après chaque pratique j’ai ce sentiment d’amour infini qui flotte. C’est très étrange, difficile de mettre des mots dessus. »

Joanna

« Je n’ai pas pratiqué samedi, trop étourdie je me sentais trop faible. Dimanche j’ai travaillé et j’ai participé à un cours et je me suis sentie reprendre vie petit à petit pendant le cours. La chaleur humaine dégagée, nos respirations profondes et communes m’ont tellement émue. C’était vraiment réconfortant d’être ensemble dans cette atmosphère d’amour. Depuis je redécouvre la chance que j’ai de baigner dans l’univers du yoga en tant que pratiquante, l’importance de la respiration (qui était redevenue superficielle), de pouvoir calmer mon esprit et réinvestir mon corps et le pouvoir infini du coeur. Et cette chance de travailler entourée de personnes si inspirantes à l’esprit et au cœur ouverts, de véritable guerriers de la lumière! Merci, merci, merci! »

 Ariane

« Quelle pratique après les attentats de vendredi ? La réponse pour moi a été ‘pratique impossible’. Je suis restée comme hébétée, pendant trois jours, le cerveau en ébullition, le corps archi tendu (avec des courbatures à des endroits improbables comme mes mollets), les émotions rentrées. J’étais comme en dehors de moi, pourtant vivante mais pas vraiment là. Il n’y a que quand je regardais mon petit bébé et son sourire éclatant que j’avais l’impression de respirer à nouveau. Je n’ai pu pratiquer qu’aujourd’hui, lundi, dans une petite salle pleine à craquer. Tout mon corps me faisait mal, il n’y avait aucune fluidité dans mon souffle, mes bandhas lâchaient à chaque instant. Au bout de cette pratique de combat, pourtant, mon meilleur shavasana depuis très longtemps. A la lisière du mental, flottant entre lui et mon corps, je me suis sentie de nouveau respirer. Je suis à présent calme et triste, mais reconnectée avec mon corps et mes émotions. Cette pratique m’a fait du bien.« 

YOGA POST 13/11/2015

5 réflexions sur “YOGA POST 13/11/2015

  1. Merci Laurence pour ce partage. Je n’étais pas en stage avec toi. D’avoir lu ton message ce week-end m’a motivé le lendemain des attentats à dérouler mon tapis dans mon salon et de faire une petite pratique. Quelques salutations au soleil, de beaux étirements, quelques postures douces de yoga thérapie que j’apprend avec l’Iyengar. Alors rien ne change à l’extérieur, mais mon intérieur prend une autre dimension et ainsi je suis plus en mesure de faire face à mes émotions qui bougent beaucoup avec ce drame et ainsi pouvoir etre le plus centrée dans ma pratique dans mon cabinet pour accueillir les émotions de chacunes de mes patientes. Merci à toi.

    Joanna BONNAUD CHALOM Gestalt thérapeute Praticienne en Sensitive Gestalt Massage Tel . 06 19 82 65 96 http://www.joannabonnaud.com

  2. Julie dit :

    Ce week-end mon esprit ne voulait pas pratiqué… Comme égaré, vide, en perte de contrôle… Et mon corps est venu me chercher sur le sol, entre BFM et Itélé, coincé entre 2 meubles… Il s’est débrouillé tout seul, s’est mis à respirer, comme pour venir signaler à mon esprit qu’il fallait se ressaisir ! Ma pratique a été un peu anarchique, courte et fréquente entre samedi et lundi soir: j’ai eu un grand besoin d’ouverture… Coeur, hanches, épaules, tout était bon dans l’ouverture…Puis je suis sorti peu à peu de ma torpeur , le corps a récupérer l’esprit, et la vie reprend son cours, endolorie… C’est comme si ce week-end avait duré un siècle!

  3. piniac murielle dit :

    Bonjour, Laurence, première fois avec vous ce samedi… respirez, sentir son corps, s’ancrer dans l’instant présent et finalement ouvrir son coeur… être ensemble, respirer ensemble que c’est bon… merci merci merci

  4. Katie dit :

    Bonsoir Laurence,

    Que te dire sur ma pratique de ce week-end?
    C’est samedi matin lorsque j’ai entendu les infos que j’ai mesuré l’ampleur des actes commis.
    Je suis restee sans voie. Mon coeur était summergé par la peine, mon esprit par l’incompréhension de ces actes atroces.
    Que faire de tout ca? De ce ressenti ?
    J’aI regardé mon tapis …mouais
    Mais tout ce dont j’avais envie c’est… d’air!
    Juste envie d’air!
    A défaut d’asanas… je me suis reconnectée à ma respiration… aux prana… à près tout …
    Je me suis installée en 1/2 lotus…
    J’ai commencé par nadishodana prana … 12 respirations.
    Un mantra s’est présenté à moi.. »Ganesh mantra ». Oui me reconnecter à l’univers infini!
    On aura bien besoin de ses énergies!
    Pourquoi pas!
    Après quelques dizaines de récitations, les vibrations m’apaisent, mon mental se calme, mon coeur sumerge, se libère, les larmes coulent… la charge est tombée!
    Je laisse partir …me suis sentie plus légère.
    J’ai enchaîné avec purnamadah mantra (pour la paix) pour les victimes, leurs familles, pour chacun des membres de mon entourage.
    Voilà cette pratique a ponctue ce weekend! Ça m’a porté, soulagé et reconnecté.

    Lundi au cours je me demandai : » Faut il évoquer les événements ?
    Ton post m’a aidé, merci.
    J’ai juste allumé trois bougies…elles nous ont accompagnés durant toute notre pratique… Tous l’ont remarqué… j’ai précisé qu’elles étaient là en témoignage de solidarité,compassion …sans autre explication.J’ai le sentiment que tous ont compris avec pudeur et dignité. Tous sont conscients… et tout… en intériorité.
    J’ai le sentiment que quelque chose à changer …nous sommes redevenus conscients et respectueux de notre fragilité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s