LES 7 CHOSES A VERIFIER POUR S’ACHETER LE BON LEGGING ET LA BONNE BRASSIERE DE YOGA

Je ne suis pas une fashionista, mais j’ai un regard averti sur les vêtements de yoga parce que je passe beaucoup de temps dedans. Je ne me contente pas de porter ces vêtements en mode lounge, je les mets a l’épreuve du mouvement quotidiennement. Mon métier, c’est prof de yoga et il se trouve que je me véhicule beaucoup a vélo dans Paris. Je suis une urbaine avec un mode de vie tout terrain.

Je ne suis pas une spécialiste du textile non plus, mais j’ai vite compris que lire les étiquettes de nos vêtements de yoga va vous donner de précieuses indications sur la manière dont le vêtement va (ou pas) nous accompagner dans notre yoga et comment il va (ou pas durer) dans le temps.

En gros, il y a deux camps : les vêtements en coton et ceux à base de nylon ou de polyester. Le nylon ne sera pas toujours marqué en tant que tel, on peut aussi lire ‘elasthane’, ‘supplex’, ‘spandex’ ou ‘microfibre’, mais ça reste du nylon. Un vêtement fabriqué a base de nylon classique sera comme le bermuda du cycliste dans les années 90 : léger, frais au toucher, un peu luisant d’aspect et finit par se détendre dans le temps. Les elasthane, supplex et autres font référence a des qualités de nylon plus élaborées qui vont par exemple donner au vêtement un toucher coton, une bonne tenue au lavage ou la capacité a sécher vite. Le polyester pourra lui aussi revêtir une autre appellation : ‘PET recyclé’, auquel cas elle fait référence au polyester obtenu a partir du recyclage de plastique.

D’un point de vue pratiquo-pratique, voici les désavantages du coton : il met du temps à sécher, les couleurs s’affadissent vite, la tenue du vêtement s’altère. Les désavantages du nylon/polyester : le tissu bouloche vite, malgré les lavages, une odeur désagréable peut s’imprégner dans les fibres,

Quelque soit le leggings ou la brassière que vous aurez entre les mains en magasin, le tissu doit être élastique pour vous accompagner dans le mouvement. Il sera peut-être fait mention du lycra sur l’étiquette, mais ce n’est pas toujours le cas. Faites le test vous-même en étirant le tissu pour vous rendre compte du degré d’élasticité.

Après avoir lu l’étiquette, on se lance dans la liste des 7 choses à verifier :

#1 – La transparence du tissu

J’ai vu de nombreuses fois des femmes pratiquer en collants opaques ou en leggings de ville. L’élasticité du vêtement est certes là, mais a chaque mouvement d’étirement, on finit par voir votre culotte ou vos fesses mesdames. Ne croyez pas que les leggings qui vous seront proposés en boutique ne seront pas eux aussi susceptibles d’en révéler trop dans votre chien la tête en bas, il faut vérifier avant d’acheter.

Un leggings de ville en coton et laine

leggings-transparent.jpg

Deux exemples de leggings suffisamment couvrants.

leggings_rouge_couvrant_wellicious.jpg

leggings_bleu_couvrant_teeki.jpg

#2 – La résistance des coutures

Il faut la tester maintenant, en magasin avant que le pire vous arrive en salle de cours. Mon test : je tire au max la couture au niveau de la cheville.

Un leggings dont les coutures ne seront pas fiables dans le temps (les petits points blancs à droite de la couture sont des petits trous qui deviendront grands)

coutures_rose_mantrafitnessapparel.jpg

Deux exemples de leggings avec des coutures à faire hanumanasana en boucle.

couture_rouge_wellicious.jpg

coutures_bleu_beyondyoga.jpg

#3 – L’empiècement a l’entre-jambe.

Ce petit losange ou triangle de tissu cousu dans l’entre-jambe du leggings est essentiel pour éviter le déchirement du tissu, parce qu’on en fait des anjayenasana ou des virabadrasana dans nos salutations.

Un leggings sans empiècement.

leggings_sans_empiecement_mantrafitnessapparel.jpg

Deux exemples de leggings avec l’empiècement.

empiecement_teeki.jpg

leggings_empiecement_onzie.jpg

#4 – La ceinture élastique.

A éviter, l’étroite bande élastique ourlée à la taille. Elle finit toujours par s’abimer, puis par froncer la taille et en plus elle serre le ventre comme une ficelle et rend le vêtement peu confortable. A privilégier, les hautes ceintures qui gainent du nombril au pubis.

Un exemple de l’étroite bande a la taille.

wpid-img_20150913_131246987_hdr.jpg

Un exemple de large ceinture confortable.

wpid-img_20150913_131338342.jpg

#5 – Le décolleté de la brassière.

Choisissez les brassières dont la pièce de tissu de devant est suffisamment couvrante. D’expérience, les brassières décolletées, comme la rose en bas a gauche de l’image, vont vous jouer des tours et laisser un sein ou deux s’echapper. Je la garde d’ailleurs uniquement pour mes heures « en civil », elle ne me suit plus pour la pratique du yoga.

brassieres_yoga.jpg

#6 – La bande élastique sous la poitrine.

Cette bande élastique doit être large et épaisse. il faut que vous la touchiez pour vous en assurer. Sur la photo ci dessous, vous voyez la différence entre la bande élastique rectiligne de la brassière grise et la bande élastique plus mince et froncée de la brassière rose.

wpid-img_20150913_132528281.jpg

#7 – Le tissu de la brassière.

Plus le tissu de la brassière est épais, plus il va retenir la transpiration et va mettre du temps a sécher. D’expérience, c’est valable pour les cotons comme pour l’élasthanne, Je vous conseille de trouver un tissu moyennement épais et surtout élastique. On doit enfiler sa brassière avec un peu de difficulté, sinon, elle n’empêchera pas la poitrine de déborder.

LES 7 CHOSES A VERIFIER POUR S’ACHETER LE BON LEGGING ET LA BONNE BRASSIERE DE YOGA

7 réflexions sur “LES 7 CHOSES A VERIFIER POUR S’ACHETER LE BON LEGGING ET LA BONNE BRASSIERE DE YOGA

  1. Merci pour cet article Laurence ! En 2013, la société Lululemon a retiré de la vente un lot important de pantalons de yoga pour cause de transparence du tissu.. Ce test est enfantin : dans la cabine d’essayage, dos au miroir, pratiquez Adho Mukha Asana (chien tête en bas) et si les proportions de la cabine sont restreintes, Uttanasana ( la pince debout). Regardez votre reflet dans le miroir entre vos genoux ; d’un simple coup d’œil, vous vous rendrez compte si vos sous-vêtements sont visibles à travers le Yoga Pant. Si le matériau est suffisamment épais, vous ne serez pas en mesure de le voir. Il est discourtois, inélégant et très inesthétique de montrer vos dentelles, culotte Petit Bateau ou string au reste de la classe. Avoir de jolis dessous, parfois affriolants, est un vrai plaisir, mais il est sage d’en limiter l’exposition dans les quatre murs de votre chambre à coucher ou toute autre pièce de votre logis.

  2. sylvaine dit :

    Laurence bonjour, étant une grande pratiquante de vélo et de ski de rando, j’utilise les mêmes vêtements techniques pour le yoga, en laine mérinos. Oui, en laine, certaines marques connues, dont une néo zélandaise, font des ti-shirs en laine légère et climacool. ça ne gratte pas et surtout ça ne sent pas.
    C’est peut-être plus cher mais il y a moyen de trouver des promos 😉

  3. Super article Laurence ! Merci !

    Eh oui, en tant que prof, je vois aussi pas mal de leggings un peu trop.. transparents…

    J’ai encore 2 critères en plus dans le choix de ma tenue de Yoga :
    1) Choisir un débardeur ou haut pas trop large et bien ajusté pour éviter qu’il ne remonte au-dessus de la tête et ne nous cache la vue dans les postures inversées comme sirsana ou salamba sarvangasana…
    2) Choisir un pantalon pas trop large en bas et plutôt serré au niveau des chevilles pour ne pas marcher dessus et mieux voir comment sont placés nos pieds dans les postures

    Tout comme toi je ne m’intéresse pas à la « mode » pour les vêtements de Yoga mais j’aime quand même qu’ils soient un peu féminins et surtout surtout confortables et adaptés pour nous suivre dans nos mouvements et toutes nos explorations sur le tapis.

    Namaste,
    Claudia

    1. Merci Claudia. L’objet de l’article n’est pas tant de donner des conseils d’habillement mais des pointeurs pour s’assurer qu’un legging et une brassière qu’on achèterait pour faire des exercices de yoga nous durent et ne nous gênent pas pendant la pratique. Je me suis concentrée uniquement sur ces 2 habits qui sont mes basiques à moi.

      1. claudiayogapassion dit :

        Ce sont de très bons critères à prendre en compte pour bien choisir ! Encore bravo pour ton article. Namaste, Claudia

  4. Ariane dit :

    Perso, depuis que j’ai compris que les ashtangis ont pour consigne de porter le minimum (d’où les micro-shorts des Indiens), je me suis mise à porter un bikini de sports aquatiques, brassière + shorty. Cela me permet d’éviter de glisser ou de tirer sur le tissu (particulièrement apprécié pour les lotus, kukutasana, marichyasana…), qui ne craint pas les lavages répétés.
    Et c’est vrai que les leggings transparents sont légion…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s