ETRE OU NE PAS ETRE UNE CELEBRITE DU YOGA

Je suis professeure de yoga et je m’interroge sur la définition du ‘cours de yoga‘. Ca peut surprendre, pourtant les mots ont un sens. « Je vais au cours de yoga. » « Je fais ma pratique de yoga. » « Je fais mes exercices de yoga. » « Je fais mon entrainement de yoga. » « Je fais mon sadhana. » Le choix d’un mot sur un autre ne traduit-il pas des nuances dans ce qu’on attend du cours de yoga?

Il y a aujourd’hui profusion de cours de yoga à Paris et en discutant avec les gens avec qui je partage le yoga, je me rends compte que les cours peuvent avoir une teneur bien différente, au-delà des différentes approches de yoga proposées. Bien sûr les personnes qui ‘prennent les cours’  teintent leur expérience du cours de leurs propres attentes. On dit même que c’est l’élève de yoga qui fait le cours, chacun étant responsable de son expérience. Quant aux professeurs, avec leur propre bagage (personnalité, expérience d’enseignement et pratique personnelle), ils donnent aussi au ‘cours de yoga‘ sa saveur. Leur personnalité et ce qu’ils ont intégré du yoga vont nécessairement transparaitre.

En France, on assiste à l’émergence de ces ‘événements de yoga‘ inspirés de ce qui est déjà largement proposé en Amérique du Nord. On y parle de ‘cours de yoga‘, mais qu’en est-il?

Postandcourier_yoga_event

Décryptage.

L’événement de yoga comme argumentaire de vente.

Des marques (pas nécessairement en rapport avec le yoga) organisent des ‘cours de yoga‘ dans des lieux publics (parcs), lieux prestigieux (lieux d’exposition), boutiques, centres commerciaux, bars ou restaurants. Ces marques se constituent un fort capital sympathie en associant leurs noms à une discipline riche de valeurs. Dans l’inconscient collectif, le yoga s’apparente à l’harmonie, la bienveillance, la spiritualité, la santé, l’humanité. Ces marques en question nous font presque oublier le temps de leur ‘cours de yoga’, qu’elles veulent en fait induire un geste d’achat bien ciblé. C’est un peu l’aboutissement karmique de la réunion Tupperware. On est entre copines (il y a souvent plus de femmes que d’hommes), on papote, on admire les vêtements de la prof, on est éventuellement flatté par le sac bourré de produits dits ‘sains’ qu’on nous a offerts et on se sent privilégiés parce qu’il y a un bon de réduction dans le sac. Si on en revient à la terminologie, il serait préférable de parler ‘d’animation goût yoga‘ plutôt que de ‘cours de yoga‘.
L’avantage : pas besoin d’acheter Gala ou Voici, on a eu le temps de tout passer en revue avec les copines entre deux postures du chien la queue en l’air (enfin, on ne se rappelle plus trop le nom de la posture, mais c’était amusant).

L’événement de yoga où le prof invite ses potes troubadours et végétariens

Pour cette occasion, on ne parle pas de ‘cours de yoga‘, mais plutôt de ‘pratique en musique‘ ou ‘pratique en plein-air’. C’est bien plus engageant. C’est souvent accompagné d’une animation exotique en plus, genre apprendre à cuisiner crudivore ou un concert à l’harmonium. Là encore, on ne peut pas parler d’enseignement, il s’agit plus d’un moment de partage, dans certains cas, c’est un rassemblement autour d’un prof de yoga V.I.P. On pratique ensemble, avec le prof qui nous guide. On n’y apprendra rien en terme de yoga mais on y promeut la joie et le peace and love, la détox et on est tous potes, donc c’est rafraichissant pour les chakras. En souvenir, on nous vendra peut-être un CD de l’un des troubadours ou un DVD du prof de yoga V.I.P. Cet individu photo/télé-génique a su trouver un endroit paradisiaque pour tourner quelques exercices de yoga en vidéo pour que vous repartiez dans votre vraie vie avec un peu de rêve.
L’avantage : on fait son transfert sur le ou la prof V.I.P. Comme lui, ou comme elle, on se sent beau et aimé. La vie est belle.

L’événement de yoga où le prof fait des séances de dédicace a ses fans

Certains de ces ‘événements yoga‘ sont orchestrés comme de véritables tournées de rock stars. Rachel Brathen, professeur de yoga vient de finir son ‘Happiness Tour’ (Tournée du Bonheur) pour promouvoir son livre Yoga Girl. Sur son compte Instagram , elle fait le bilan : « Après 2 mois, 12 états [sa tournée promo s’est déroulée aux Etats-Unis], 25 villes, 15 cours de yoga, 10 séances de dédicace (…) La Tournée du Bonheur s’achève maintenant. J’ai rencontré, embrassé, ri, pleuré et bougé avec plus de 6000 d’entre vous. » Rachel a un super capital sympathie. Sur son site internet , elle met en avant son style de vie yoguique, elle y donne quelques conseils de yoga (routines d’asanas et de méditation) mais aussi des leçons de cuisine qu’elle aborde en nous disant qu’elle vient de troquer son bikini pour un t-shirt, un vêtement plus adapté pour faire la cuisine. Maïté fait pareil je suis sûre. Mais Rachel, elle, rameute 6000 personnes en 2 mois sur leurs tapis de yoga. Juste pour dire.
L’avantage : on envie obligatoirement le style de vie de la chouette Rachel, comme on envie la vie rêvée de la douce Gwyneth sur son blog Goop.com. Comme Rachel, on veut vivre cheveux au vent, en bikini, face à la mer, les chakras alignés, everyday. Rachel nous inspire. On veut lire son livre.

L’événement de yoga façon Parc des Expos avec pré-enregistrement en ligne et pass exposant.

Extension à grande échelle des événements évoqués précédemment, le festival de yoga se passe dans un lieu spacieux. Il y a de la bonne vibration sur plusieurs centaines de mètres carré et plein de profs de yoga V.I.P. Il y a des stands qui vendent des accessoires pour le yoga, des stands qui font la promotion de formations de profs de yoga ou encore des stands qui vendent des produits de consommation dits ‘sains’. Il y a aussi des cours de démonstration qui nous permettent de nous faire une idée sur un style de pratique ou de pouvoir pratiquer pendant quelques minutes sous la direction d’un prof de yoga V.I.P. Il y a sans doute des concerts programmés. Enfin il y a des conférences où il est là bien question d’élargir son savoir sur le yoga ou sur des domaines connexes. Ce genre de festival regroupant beaucoup d’acteurs du yoga, est souvent ‘the-place-to-be’ (le lieu incontournable), ça a un petit côté mondain par certains aspects. On y exhibe volontiers sa spiritualité avancée.
L’avantage : on assiste à de bonnes conférences sur des sujets variés. Et aussi on n’a pas à s’embêter a aller chercher les colis en instance a la poste après nos commandes sur Internet. On a tout sous la main pour s’équiper yoga.

Ne vous méprenez pas, je n’ai rien contre la multiplication des ‘événements de yoga’. Quand ils ne prennent pas une tournure dogmatique, j’aime leur côté fédérateur. J’ai demandé sur facebook,  twitter et instagram ce que les gens pensaient des rassemblements de masse en yoga*. Pour tous, il n’y a pas de confusion de genres : ces rassemblements ne sont pas des cours de yoga, peut-être à la limite un échantillon de ce à quoi peut s’attendre un néophyte dans un cours de yoga. Beaucoup s’accordent à dire qu’on n’y apprend rien, voire même qu’on peut s’y blesser parce qu’on n’est pas encadré. Certains voient une contradiction entre le développement personnel et donc intime d’une pratique de yoga dans un contexte de masse exhibitionniste. Pourtant, même pour les sceptiques, il y a l’idée d’une énergie qui rassemble. La motivation pour participer à ce genre d’événements semble tenir plus à l’émotion, la sensation forte que procurent le fait de bouger ensemble ou de chanter le Om ensemble. Ressentir l’énergie du collectif, « façon ambiance de concert » comme me l’a exprimé Mathilde.

Ce que je trouve dommageable dans ces contextes de yoga événementiel, c’est de justement réduire l’expérience du yoga à celle d’un événement. La ‘starisation’ du prof et ‘l’animation yoga’ finit par sérieusement édulcorer voire dénaturer l’expérience qu’on fait du yoga. Le prof de yoga devient dans ce contexte un G.O. (Gentil Organisateur) de club de vacances et l’animation yoga une plateforme d’exhibition. Oui, me direz-vous, mais ça constitue grandement à démocratiser le yoga. Je vous l’accorde. Ça le rend abordable, beaucoup d’animations sont gratuites, et ça le rend enthousiasmant. Je me pose quand même la question du rôle d’un prof de yoga dans tout ça.

Aux Etats-Unis, comme les artistes ont des agents, le prof de yoga ambitieux peut trouver un agent et propulser sa carrière. L’agence Yama Talent se propose de faire cela. L’agence s’occupe de construire votre image de marque, de votre promotion, d’organiser vos tournées, que ce soit pour donner des stages ou des cours lors de festivals de yoga ou encore dans le cadre de sponsoring ou pour être mannequin pour une marque. Indispensable, le merchandising n’est pas oublié : l’agence peut aussi prévoir la production d’un DVD ou l’édition d’un livre. La salle de cours, on n’en parle pas, c’est devenu anecdotique il semblerait.

Je continue de m’interroger. Est-ce que pour vivre de l’enseignement du yoga on doit passer par la case célébrité? Si on souhaite vivre du yoga, faut-il quitter la salle de cours et aller chercher « son public »? Quid de la relation prof et élèves? On transmet quoi dans ce contexte? Je n’ai pas de réponse, je suis moi-même prof de yoga et n’ai pas trouvé la recette miracle pour vivre confortablement de l’enseignement. Il faut créer sa vie, j’y crois et j’y travaille. Quand j’ai des réponses, je vous en parle. Ou alors, vous parlerez à mon agent 🙂

*Merci à Luc, Laura, Flo, Réseau Egregore, Hélène, Nathalie, Guillaume, Sophie, Tifenn, Carine, Emmanuelle, Angiusk, Jessica, Nekomala, Mathilde et Marie-Laure pour avoir partagé leurs points de vue sur les réseaux sociaux.

ETRE OU NE PAS ETRE UNE CELEBRITE DU YOGA

13 réflexions sur “ETRE OU NE PAS ETRE UNE CELEBRITE DU YOGA

  1. Bonsoir Laurence,

    J’apprécie beaucoup ton blog dans lequel tu passes en revue l’évolution du monde du Yoga avec beaucoup de justesse et toujours cet oeil curieux et avide de comprendre.

    Cet article est une perle de plus et il arrive en plein boom de gros évènements autour du Yoga (White Tour de Lolë, les Yogis du Coeur….)

    Merci de nous avoir donné matière à réfléchir sur ces grands rassemblements afin d’avoir un regard un peu plus critique et avisé.

    Namaste,
    Claudia

  2. Deslandes dit :

    L’oeuf ou la poule ??? Pour dispenser un enseignement il apparaît comme nécessaire d’avoir un auditoire (des élèves)…comment les trouver, les fidéliser…dans ce dédale de propositions toujours plus « alléchantes » les unes que les autres ? Vous seul « l’enseignant » êtes l’ambassadeur de votre foi, de votre philosophie. Tout est question d’adéquation et chacun y prend ce qu’il espère y trouver. Si l’expérience n’est pas satisfaisante soit il tentera une nouvelle expérience soit il abandonnera avec ce sentiment que « le yoga, c’est nul »…On ne pas plaire à tout le monde !
    Laurence, je n’ai jamais suivi l’un de vos cours néanmoins je vous lis à chaque publication et suis convaincue que Vous avez raison !
    Bien cordialement
    Laure

  3. eveanneyoga dit :

    Salut Laurence
    Super article !
    Tu soulèves une question fondamentale. Je me la pose souvent par rapport à mon blog;
    Diffuser, je pense que c’est bien. Fédérer, il doit sûrement y avoir du bon même si je pense que ce n’est pas nécessaire ou fondamental. Perso je n’ai jamais participé à ce genre d’évènement, au risque de faire rétro …

    Sinon je crois qu’il appartient à chacun de savoir où il se situe. S’amuser toute une journée à un évènement, … pourquoi pas… discuter tapis, lycra, se faire plaise avec l’encens dernier cri … après tout …
    Simplement gardons toujours quelque part un moment, un endroit, rien qu’à nous pour notre « vraie » pratique, celle qui ne concerne que nous. S’il y a ça, alors le reste est ok

    Pour un pas fait à l’extérieur, je m’engage à en faire trois vers l’intérieur. C’est mon petit truc du moment pour me garder les pieds bien sur terre et me rappeler mon véritable engagement.

    C’est sûr qu’on est bien loin du yoga traditionnel (et Dieu que je l’aime celui-là). En même temps, on ne sait jamais à l’avance vers quoi peut nous mener l’évolution des choses …

    Namaste

    1. Deslandes dit :

      « Chacun sait ce qui bout dans sa marmite »….
      A bien y réfléchir, je ne suis pas convaincue que « fédérer » soit le terme approprié… »fidéliser » sous entend que nous avons déjà « fédérer »….
      Merci Laurence pour cet échange….j’ai bon espoir de pouvoir participer à l’un de tes cours et m’en réjouis à l’avance.
      Peut être pourrons nous échanger de vive voix….
      Cordialement,
      Laure

  4. satkara dit :

    Merci beaucoup Laurence pour cet article, et merci de soulever cette question! Je te suis depuis longtemps, presque depuis notre première rencontre en Ashtanga rue de la cerisaie, où tu m ajustais lors de ma première formation ,et tu as toujours été présente en yoga, , l’expérience même de ce choix de vie, cet art de vivre! La passion avant tout! Aimer, partager, créer sans se nuire et nuire à l’autre, En conscience !Laetitia.

  5. Bonjour Laurence, j’ai beaucoup apprécié votre texte et je partage votre questionnement sur ces questions.
    J’aimerais le partager sur Yoganova si vous nous donnez l’autorisation.Bien sur je rajouterai un lien vers l’article original.
    Qu’en pensez vous ?

  6. Bien sûr ces questions se posent à l-approche des grands raouts du 21 juin
    Reste a savoir ce que l’on veut faire de ce sublime enseignement du yoga: le vulgariser sans limite au risque d’en diluer la teneur.
    Ou s’ en tenir à la tradition et à ce que nous disent les textes -que le yoga est une pratique personnelle qui ne se montre pas- et assurer ainsi l’intégrité de l’enseignement, seul moyen pour qu’il continue a rayonner à travers les siècles
    Pour ma part, je suis de la race des gardiens du feu de la mémoire!
    C’est sûr mon compte en banque fait la gueule certains mois mais mon professeur et guide de là haut, sourit!

  7. chaplain dit :

    Il y a beaucoup de soi disant professeurs de yoga qui font beaucoup de tort j’apprécie votre article puis je me permettre de vous diriger vers une école de yoga très professionnelle celle de Samyak yoga en Inde ? Une française devenue yogini y donne des cours et sur blogspot vous pouvez aussi y voir quelques commentaires qui sont ses expériences personnelles. Merci de ces reflexions. Namaste.

  8. Drinloulz dit :

    Je partage votre point de vu …toujours intéressant mais lorsque je monte à Paris j’aime bien découvrir des nouveaux professeurs et trouver la petite perle qui me touche …comme votre cours ou j’ai été très touchée .
    Les événements yoga …c’est un peu le Saint Tropez du yoga …

    1. Honorée de vous avoir laissé une perle. Je ne fais toutefois pas d’événement de yoga personnellement. Au yoga festival de Paris de l’année passée j’ai animé une session sur l’espace central, mais c’était bien exceptionnel. Cela m’a permis de rencontrer en chair et en os des personnes qui suivent mon blog (Cyril et Muriel notamment) ou de retrouver des gens qui participent déjà à mes cours ou stages habituels (Hermine, Nafissa et Delphine).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s