JE FUMAIS QUAND J’AI COMMENCE LE YOGA

smoking

Je ne fumais pas pendant le cours, mais j’étais une grosse fumeuse : un paquet par jour et plus les soirs de sortie. A l’origine, mon intérêt pour le yoga n’avait rien a voir avec l’envie d’arrêter de fumer, mais peut-être qu’insidieusement, le yoga a fait son œuvre et a contribué a me faire arrêter.

smoking12

Je dois vous avouer que la fumeuse que j’étais appréciait particulièrement sa cigarette après le cours. Elle avait l’effet de la toute première cigarette : la tête me tournait un peu et au goût, la cigarette était forte.

Cette vidéo va un peu dans ce sens. Certes, elle ne vous aidera pas à arrêter, mais elle vous donnera peut-être envie de vous mettre au yoga.

Au fur et a mesure que je me suis impliquée dans ma pratique de yoga, la cigarette a fini par me rebuter. Elle m’empêchait de respirer pleinement pendant les cours et au quotidien. Et ça, ce fut la révélation, j’avais fini par prendre conscience que fumer m’empêchait de bien respirer. Finalement, lorsque j’ai arrêté, j’ai aussi senti à quel point la cigarette me bouffait de l’énergie ; c’était sans doute un moyen pour moi de canaliser un trop plein. Après une première tentative de sevrage ratée, j’ai recommencé et je ne fume plus depuis plus de 10 ans. Depuis, le yoga s’est avéré nettement plus bénéfique et a eu ma préférence! Quand on a goûté et pris conscience du plaisir de respirer pleinement, on ne revient pas en arrière… Et si cela vous arrive malgré tout, je vous conseille de continuer le yoga. La prochaine fois pourrait être la bonne!

dissimulation_fumer_asana

2 commentaires sur “JE FUMAIS QUAND J’AI COMMENCE LE YOGA

  1. J’ai une expérience similaire à la votre. Je fumais un bon paquet par jour depuis plusieurs années et après de nombreuses tentatives de sevrage infructueuses, je m’étais presque résigné. C’est 8 mois après avoir commencé l’Ashtanga à raison d’une pratique par semaine puis assez rapidement deux, que j’ai ressenti le besoin de nouveau de refaire une tentative. Elle a été la plus facile: un très léger état de manque les premiers jours, puis plus rien, plus aucune envie de fumer et ce jusqu’à aujourd’hui, presque deux ans après, même en soirée et même un peu ivre 🙂

    Je ne sais pas si je conseillerais l’Ashtanga comme méthode pour arrêter de fumer et je n’essayerais pas de faire croire qu’on y arrive sans effort. J’ai mis de la persévérance et de la volonté dans ma pratique et en retour elle m’a changé, profondément. Le sevrage tabagique n’a été qu’un effet de bord, certes très appréciable 🙂

    1. Merci pour ce témoignage Matthieu! Oui, je pense que cela fait partie d’un tout. J’ai personnellement utilisé des patchs. Et mon père est mort des suites d’un cancer des poumons. Sur son lit d’hôpital, il m’a fait promettre d’arrêter. C’était le coup de pied aux fesses qu’il me fallait pour m’accrocher.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.