AVOIR PEUR EN YOGA

saut_ange2

Lorsqu’on se place dans une asana, il se peut que l’on se sente traverser par des émotions particulières. L’une d’elles, la peur. Ça ne vous est jamais arrivé? Et bien à moi si. Lorsque j’ai appris sirsasana, la peur était telle que j’en avais des sueurs froides. Mes bêtes noires sont les postures d’équilibre sur la tête, sur les mains ou sur les avant-bras. Pincha mayurasana, sirsasana et ses variations bras tendus et adho muka vrksasana sont mes bêtes noires. J’ai construit ces asanas en me plaçant à proximité d’un mur et enfin sans le mur. Euh, confidence pour confidence, je reste fidèle au mur pour adho muka vrksasana, mais j’ai pris de la distance! Ça ne veut pas dire que je n’ai plus peur, disons plutôt que j’ai apprivoisé ma peur.

La première étape dans la conquête de sa peur est sans aucun doute l’attitude. Se placer en appui sur le haut du corps est a priori une hérésie pour les bipèdes que nous sommes et il y a certainement une forme de résistance mentale à cela. Mais comme pour toute situation nouvelle ou inhabituelle, on peut réagir de deux manières. Le rejet pur et simple : « Non, jamais de la vie! », ce qui évidemment ne laisse de place pour rien d’autre ou encore le « Pourquoi pas? » qui lui ouvre un monde de possibles.

Intéressant de constater à quel point notre tapis de yoga devient un laboratoire pour tester nos réactions et nous amener à les canaliser.

Lorsqu’on entreprend de construire l’effroyable asana, un dialogue intérieur commence, on se remémore les précieuses indications qu’on nous a enseignées, on s’encourage, on se focalise sur son souffle et on espère que cette fois-ci le miracle de la pratique se produira, qu’on se sentira stable et en confiance. Concernant les postures d’équilibre, la peur est souvent liée à la chute, mais de manière plus générale, quelque soit l’asana, on peut ressentir de la peur parce qu’on sollicite dans la posture une partie du corps qui est personnellement sensible.

Si on comprend les asanas comme des moyens d’organiser le prana (l’énergie vitale) dans le corps, un moyen subtil de toucher spécifiquement des endroits du corps pour y accentuer le flux d’énergie vitale, on peut comprendre les zones sensibles comme des noeuds dans lesquelles le prana a un accès difficile parce que figés. Raison de plus pour y aller. Non pas par masochisme, mais pour dépasser cette peur et en sortir grandi.

Comment faire?

Toujours établir sciemment le socle de votre posture, la prise d’appui est essentielle. De cette stabilité va naître la structure et la confiance. Dans le cas des postures d’équilibre, ressentir la connexion entre l’activation des appuis et la stabilisation du bassin est la deuxième étape. Peu importe le temps que ça prend. Travailler les asanas qui nous font peur est l’un des enseignements les plus riches : patience, humilité, bienveillance vis-à-vis de soi et ouverture d’esprit.

Crédit photo : Angélique Boudet. Merci Ange!

AVOIR PEUR EN YOGA

2 réflexions sur “AVOIR PEUR EN YOGA

  1. Frank dit :

    Moi au début j’avais peur du saut en avant. Je m’étais fait mal aux orteils la première fois du coup après, j’avais une forte appréhension avant de sauter.

  2. Elisabeth dit :

    Moi c’est sur la tête que j’ai peur de faire mes asanas. Comme si quelque chose allait lâcher à l’intérieur. Du coup cela fait plus de 6 mois que je ne fais plus mon yoga quotidien. Et j’appréhende beaucoup beaucoup. Pour rester à la page je lis « Esprit Yoga » et « Le journal du Yoga » que je reçois, tout en sachant que ce n’est pas suffisant!!!! mystère mystère…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s