ILS TEMOIGNENT : « J’AI MIS DU YOGA DANS MA VIE »

Certains orthodoxes vous diront que le yoga est un chemin difficile vers la réalisation de soi et que seuls ceux qui sont prêts aux sacrifices ont des chances d’être candidats au nirvana. Un véritable sacerdoce quoi. Alors quand on entend ça, c’est sûr, on réfléchit à deux fois avant de passer la porte du studio de yoga ; on n’ a certainement pas envie d’être montré du doigt parce qu’on aime manger de la viande ou qu’ on apprécie de s’en griller une de temps en temps ou pire encore; on n’a pas envie de s’entendre dire qu’on n’est pas fait pour le yoga … « Désolé monsieur, votre scoliose est problématique, dans une prochaine vie peut-être » !

« Où que vous soyez, c’est là qu’il faut commencer le voyage » Ma Ananda Moyi.
Mon conseil : allez donc voir ailleurs pour commencer votre voyage. Une chose est certaine toutefois : la pratique du yoga va vous mettre face à vous-mêmes, avec vos forces et vos faiblesses et le constat pour tout le monde est que pratiquer le yoga est un travail pour cultiver ce qui nous sert et endiguer ce qui nous dessert. Oui, j’ai bien dit un travail, je dirai même plus : un travail de transformation. En fait tout changement est yoga. Comme nous l’apprend Desikachar , yoga signifie aussi « réaliser ce qu’on ne pouvait pas réaliser auparavant ».

Alors, si on s’entend dire que le yoga change la vie, on peut s’imaginer que ce qu’on apprend sur un tapis de yoga est directement applicable à la vie de tous les jours.

yoga dans la vie
ⓒ minisushi – http://www.minisushi.fr

Bon certes, c’est pas très convaincant! Mais de mon point de vue d’enseignante de yoga, je pense à trois domaines pour lesquels je suis positive : le-yoga-au-quotidien-dans-ma-vie-normale-à-moi est possible et ce, sans tomber sous le sceau du « gadget bien-être ».

LA GESTUELLE : LES ASANAS
Si on considère les postures de yoga, on se rend compte que ces gestes plus ou moins inhabituels du corps ne sont pas directement transposables dans la vie courante – la preuve en image plus haut. Mais qu’est-ce qui fait de la posture de yoga un geste si particulier? En yoga il n’est pas exact de parler de postures, on devrait plutôt faire référence aux « asanas ». « Asana » est un mot sanskrit qui veut dire « être installé dans une position particulière » et Patanjali confère à « asana » deux qualités indissociables : stabilité et attention + légèreté et aisance. C’est subtil mais ça complète tout de même le concept de posture : « attitude particulière du corps » – et oui, j’ai ressorti Robert

Agathe suit des cours de yoga prénatal pendant lesquels on lui a fait pratiquer des exercices de bascule du bassin pour renforcer le plancher pelvien. Elle a confié à son professeur Sofia, directrice de Inspire Yoga, qu’elle refaisait ces exercices de yoga à la maison parce que ça lui apportait un véritable soulagement quand le bas de son dos se faisait sentir et ça redonnait une assise juste à son bassin. Jérôme quant à lui a un dos hypersensible. Cet ancien joueur de rugby n’a pas ménagé son dos et ses articulations pendant longtemps et son dos le rappelle souvent à l’ordre. Il prend des cours de yoga à domicile et il pratique souvent setu bandhasana avec le support d’un bloc sous son bassin. Cet asana amoindrit la sensibilité et stabilise le bas de son dos. J’ai même laissé le bloc chez lui parce qu’il m’a dit qu’il aimerait refaire cet asana à la maison quand il sent le bas du dos le tirailler, il sent que ça le remet dans l’axe.

Yoga-gadget? Non, parce qu’Agathe et Jérôme ont trouvé par les asanas non pas des remèdes miracles mais un moyen d’agir favorablement sur des déséquilibres posturaux et retrouver la stabilité et l’aisance chères à Patanjali.

L’ ÉTAT D’ESPRIT : BHAVA
J’essaye de ne pas trop vous bombarder de termes en sanskrit, mais celui-ci n’est pas souvent évoqué et pourtant tous les pratiquants réguliers de yoga peuvent en témoigner. Bhava se réfère à l’émotion ou l’humeur induites par la pratique du yoga. Pour essayer de comprendre ça, envisagez par exemple les asanas (on se rappelle, on ne dit plus postures dorénavant). Chaque asana a un effet particulier sur l’organisme et aussi sur ce qu’on ressent. Prenons l’exemple d’asanas assez courants que tout le monde peut visualiser facilement : virabadrasana 1 (posture du guerrier).

Ne s’appelle pas guerrier qui veut! Et selon vous quelles sont les caractéristiques d’un guerrier? Détermination, force et concentration … Par ses effets, l’asana provoque tout cela. A l’opposé, prenons salamba sarvangasana (la posture de la chandelle), je ne vais pas vous demander de réfléchir aux caractéristiques d’une chandelle parce que le nom de l’asana est mal traduit en Français, le nom de l’asana veut en fait dire « asana du support de tous les membres », c’est donc l’idée de porter le squelette depuis l’appui de nos épaules sur le sol.

salamba sarvangasana

Cet asana inverse notre rapport habituel à la gravité et a un effet calmant sur le système nerveux. Le bhava associé à cet asana est l’apaisement. Une séquence d’asanas avec laquelle les pratiquants deviennent assez rapidement familiers est la salutation au soleil. Il y a plein de variations selon le style de yoga qu’on pratique mais elles ont toute un but commun : faire se lever le soleil! Le bhava est le réveil, la vitalité, l’activité, le réchauffement. Quand je constate que les personnes qui viennent à mes cours ont intégré ces séquences, je les invite à les incorporer au quotidien – idéalement, le matin avant la douche et le petit déj – parce qu’elles ont l’avantage de réveiller toutes les articulations et d’oxygéner le corps entier. Ça vaut tous les cafés du monde!

Carine, que je vois en cours particulier une fois par semaine m’a dit que les jours où elle enchaînait ses salutations au soleil, elle se sentait « vraiment bien toute la journée, voire même de bonne humeur ». Yaël, elle, est partie en voyage, pas un voyage d’agrément, mais plutôt un voyage pour régler des affaires délicates. A son retour de voyage, j’ai le plaisir de la retrouver sur les tapis, et elle m’explique qu’elle était très éprouvée pendant son voyage et qu’elle a essayé de pratiquer toute seule. Elle m’a dit avoir fait des salutations au soleil pour canaliser son énergie puis de la respiration par narine alternée et salamba sarvangasana parce qu’elle se rappelait que pendant les cours ça aidait à calmer les nerfs. Vous n’imaginez pas à quelle point ce qu’elle me disait me faisait plaisir. Je suis sa prof de yoga! Bhava c’est l’impression que laisse la pratique en vous. Cette empreinte, Carine et Yaël l’ont ressentie et recréée quand elles en ont eu besoin.

Yoga-gadget? Non, certainement pas. Entreprendre des actions dans le but de changer positivement son état d’esprit pour mener au mieux sa vie et gérer ses obligations quotidiennes, c’est le yoga par excellence. « Nous sommes le produit de nos pensées. Nous devenons ce que nous pensons » disait Gandhi, alors autant penser juste!

LA GESTION DES EMOTIONS : PRATYHARA

Ne pas se laisser bringuebaler par notre environnement, nos émotions et nos pensées tourbillonnantes est l’un des aspects de l’apprentissage du yoga. On ne peut pas empêcher le flot des pensées de nous traverser, mais il s’agit plutôt de ne pas s’identifier à elles, de ne pas en faire une histoire personnelle si vous préférez et donc de se distancer d’elles. Les pensées sont de plusieurs types, il y a celles qui résultent de notre tendance à analyser tout exagérément (le mental a une emprise forte sur notre manière d’appréhender notre environnement) ; il y a celles qui nous font ressasser le passé, ça commence souvent par « j’aurais dû … » ; et puis aussi celles qui nous font nous projeter dans le futur, « ce soir je vais faire des lentilles en salade … » ; ou encore celles qui vont nous enfermer dans un ressenti pénible comme la douleur, la colère, la tristesse, la peur, etc.

La respiration est directement lié au système nerveux et le yoga propose toute une palette d’exercices de respirations pour nous permettre de développer un meilleur contrôle de nous-mêmes. Sofia me rapporte aussi l’histoire de Margot qui s’est empressée de la remercier après avoir subi une intervention délicate à la mâchoire. Elle était très anxieuse d’autant plus que la douleur se faisait sentir, mais elle a eu le déclic respiration. En se remémorant ses cours de yoga, elle s’est focalisée sur la respiration ujjayi, s’est disciplinée à la réguler et a senti la peur s’évanouir et la sensation de douleur s’adoucir.

Voilà un bel exemple de la démarche que Jill Bolte Taylor appelle « cultiver le jardin de son esprit » et on ne peut vraiment pas y apposer l’étiquette « gadget ».

Merci à Sofia de Inspire Yoga et minisushi.

 

ILS TEMOIGNENT : « J’AI MIS DU YOGA DANS MA VIE »

Une réflexion sur “ILS TEMOIGNENT : « J’AI MIS DU YOGA DANS MA VIE »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s