GRÂCE ET GRAVITÉ

Awakening the spine par Vanda Scaravelli

Dans notre pratique posturale de yoga, on s’entend fréquemment dire de « prendre appui » ou de nous « enraciner ». Souvent, les personnes associent la prise d’appui avec une contraction (de la plante des pieds, des jambes ou des fesses) alors qu’il s’agit de se stabiliser pour créer de l’espace dans le corps. Accepter la force de gravité dans le corps n’accable pas le corps mais tout au contraire libère grâce et légèreté! Vanda Scaravelli, dans son livre « Awakening the spine » nous en dit plus:

La force de gravité sous nos pieds nous permet d’étirer la partie haute de la colonne vertébrale et ainsi d’étirer l’espace entre les vertèbres. La gravité est semblable à un aimant qui nous attire vers la terre, mais cette attraction ne se limite pas à nous tirer vers le sol, elle nous permet de nous allonger dans l’autre direction, vers le ciel. Les racines d’un arbre s’enfoncent vers le centre de la terre alors que le tronc grandit verticalement vers le ciel, en s’allongeant, en se répandant avec ses branches dans l’espace autour de lui. Plus les racines pénètrent profondément dans le sol, sous la surface de la terre, plus l’arbre est grand et fort. Le point médian de l’arbre, ce point de contact de l’arbre avec la terre correspond dans notre corps à la taille au niveau de la 5ème lombaire. C’est là que la colonne vertébrale chez l’Homme se dirige dans les deux directions.

La gravité nous met en contact avec la colonne vertébrale. Tous les mouvements que nous faisons à l’encontre de la gravité sont négatifs ; les mouvements que nous faisons en utilisant la gravité, c’est-à-dire lorsque le sol reçoit notre poids, sont eux positifs. Quand on pratique les postures correctement, les muscles semblent répondre à une force liante qui les fait agir de concert. Cette force, réaction à la force de gravité, voyage le long de nos membres et satisfait grandement le corps qui recherche toujours plus d’étirement. On appelle cette force l’ « antiforce ». L’antiforce est comme l’explosion rebondissante des chutes d’eau. Les chutes d’eau tombent avec grande force et projettent des nuages légers de vapeur d’eau. Ce jeu force-antiforce, qui peut paraître contradictoire, opère dans notre corps, et plus précisément dans la taille où cohabitent la lourdeur (vers le sol) et la légèreté (vers le ciel).

Peut-être que notre rapport à la gravité dans les asanas – tout comme la respiration – nous apprend-il à lâcher ce qui n’est pas nécessaire pour nous laisser pénétrer par ce qui l’est … à méditer!

Un commentaire sur “GRÂCE ET GRAVITÉ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.