STAGES RENTREE : ASHTANGA NOUS REVOILA!

PicsArt_1437662488154

Je vous propose un programme de stage le week-end d’équinoxe d’automne. Un stage d’immersion de 2h30 en ashtanga yoga le samedi 19 septembre après-midi pour apprendre ou revoir les principes de base de cette pratique et 3 sessions d’initiation à l’auto-pratique d’ashtanga yoga lundi 21, mardi 22 et mer 23 septembre le matin (7h30-9h30) pour vous guider pas à pas, individuellement dans la mémorisation des séquences de base, ce qui vous rendra autonome et armé pour l’hiver!

Clôture des inscriptions le 11 septembre, dans la limite des places disponibles.

Infos, tarifs et inscriptions

STAGES RENTREE : ASHTANGA NOUS REVOILA!

CHRONIQUE YOGA DANS CHARLIE HEBDO

charlie-hebdo-yoga.jpg« Les profs du cours ont une bienveillance et une gentillesse qui font que tous les ȃges, toutes les blessures se sentent bien au yoga. Ces cours sont comme des grandes vacances qui vous assurent que ça va aller mieux. » – Patrick Pelloux

Merci Aline <3

CHRONIQUE YOGA DANS CHARLIE HEBDO

NOTE A MOI-MEME : VIVRE

wpid-wp-1437465583475.jpg

Quand arrivent les mois d’été, mes revenus fondent comme neige au soleil. Ma clientèle de cours privé est souvent partie depuis fin juin et les cours collectifs ne représentent qu’une petite part de revenu. Pendant longtemps j’ai redouté cette période de l’année. Le loyer et les factures sont payés par les économies réalisées les mois précédents et quelques cours occasionnels programmés au gré du vent, ça et là. Depuis quelques années seulement, j’ai commencé à voir les choses différemment. Entre juillet et août, je dispose en réalité d’une grande richesse : du temps. Il fait horriblement défaut le reste de l’année. Il est contraint dans les cases de mes plannings, ajustés a la minute près, se déclinant en temps de cours, temps de trajet, temps de préparation, temps d’écriture, temps de ménage, temps de dormir, temps de pratique. Entre juillet et aout, les cases du planning explosent, le temps se dilate. Il devient presque moelleux.

Ce matin, après mon café, j’ai rejoint le chat au sol pour faire des étirements. J’ai joué avec lui. Une voisine vient de m’apprendre que son époux qui vit a l’étranger, malade depuis plusieurs mois déjà, vient d’avoir une attaque. Elle est pressée par le temps, elle doit le rejoindre aujourd’hui même, enfin, elle se sent bousculée, elle a annulé tous ses rendez-vous professionnels, elle ne sait pas par quel bout commencer. Elle devait partir en congé la semaine prochaine. Elle n’est pas prête. Vider le frigo? Les plantes, qui va les arroser? Je l’ai serrée fort dans mes bras. Elle me dit qu’elle ne sent pas encore les émotions la traverser. Tant de choses à penser subitement. Je l’ai rassurée. « J’ai du temps », lui ai-je dit. Quand tu y vois plus clair, fais appel a moi.

Après vous avoir écrit, je vais faire mon abhyanga a l’huile de coco puis faire ma pratique d’asanas et enfin m’asseoir et fermer les yeux. Je vais goûter le temps et méditer en gardant Steve et son épouse dans un coin de mon cœur. Une réplique du film « Le Cinquième Elément » me revient a l’esprit : « Time is of no importance. Life is. » (« Le temps n’a pas d’importance. La vie, si »). Que votre pratique de yoga reflète cela. Always.

Namasté.

NOTE A MOI-MEME : VIVRE

LE YOGA ET LA POLITIQUE INDIENNE

Un article super intéressant dans le Télérama n°3418 (18-24 juillet 2015) sur la réappropriation du yoga par les partis politiques en Inde.

image

« Aujourd’hui, le gouvernement fait feu de tout bois pour promouvoir torsions et étirements. Il affiche aussi haut et fort sa volonté de contrôler sa bureaucratie : trois millions de fonctionnaires ont récemment été convoqués à des sessions de yoga quotidiennes avec leur famille ; un système de déduction fiscale à été instauré pour toute contribution financière à un organisme favorisant la promotion du yoga ; et Air India, la compagnie aérienne nationale, forme depuis le 1er juin ses nouveaux membres d’équipage et pilotes, chaque matin à 6h30. »
(…)
« Il a fallu que le yoga devienne à la mode en Occident pour que nous en comprenions à nouveau toute sa valeur. Narendra Modi [premier ministre Indien qui a fait adopter par les Nations Unis le 21 juin comme journée mondiale du yoga] pense qu’il est temps de le rappeler, et que le yoga comme l’ayurvéda (une forme de médecine traditionnelle) sont nos cadeaux au monde. » – Propos du ministre Shripad Yesso Naik.
« C’est très malin de la part de Narendra Modi, analyse la géographe Anne-Cécile Hoyez, car le yoga est tellement populaire, plus encore que Bollywood. L’Inde étend son influence de façon douce et bon enfant, ce qui permet à Modi de lisser son image de nationaliste controversé, lui qui fut interdit d’entrée aux Etats-Unis pendant 10 ans [pour son rôle pendant les pogroms anti-musulmans au Gujarat en 2002, alors qu’il était à la tête de cet état.] »
Un tout autre point de vue, celui de Madhukar Sharma, un maître de yoga qui dirige un ashram à Rishikesh : « La politique ici n’intéresse personne! Mais l’esprit mercantile, lui a tout envahi. Voilà le vrai danger, que le yoga ne soit plus qu’un business vidé de son histoire et de ses valeurs. »
Je vous invite à lire l’article entier de Weronika Zarachowicz dans le magazine. Une fine analyse.

LE YOGA ET LA POLITIQUE INDIENNE

SHOOTING YOGA DANS LA GALERIE D’ART

Jeudi 16 et vendredi 17 juillet j’ai donné deux cours de yoga dans le cadre du Pop Up Yoga a la galerie Nikki Diana Marquardt dans le Marais à Paris. Après la session d’aujourd’hui, Alex, prof de yoga, Lucas, le responsable de la galerie et moi avons dégainé les smartphones pour prendre des images de yoga avec les images de l’artiste exposé à la galerie. Voici quelques-uns de nos clichés. Le Pop Up Yoga est ouvert jusqu’à la mi-août. Il faut réserver votre place pour y participer. Le cours coûte 16€. Le site de la galerie vous dit tout.

wpid-picsart_1437145638142.jpg

wpid-img_20150717_170601.jpg wpid-picsart_1437160656180.jpg wpid-picsart_1437160919161.jpg wpid-img_20150717_170211.jpg wpid-picsart_1437160792806.jpg

SHOOTING YOGA DANS LA GALERIE D’ART

VENEZ FAIRE DU YOGA DANS UNE GALERIE D’ART AVEC MOI

IMG_0010-900x377

Où?

La Galerie Nikki Diana Marquardt, 10 rue de Turenne, 75004 Paris.

Quand?

jeudi 16 juillet 8h-9h30

vendredi 17 juillet 8h-9h30

La galerie nous sera ouverte 15 minutes avant le début du cours.

Quoi?

J’ai fait le choix de vous guider dans un flow régénérant le jeudi et dans un flow dynamisant le vendredi. Ces deux pratiques sont issues du système du prana flow yoga de Shiva Rea.

jeudi : venez découvrir une approche unique de yoga relaxant et régénérant en mouvement issu du systeme de prana flow yoga de Shiva Rea.

vendredi : venez découvrir une approche unique de séquences de yoga en mandala (en évoluant autour du tapis) issu du systeme de prana flow yoga de Shiva Rea.

Combien?

16€ le cours. Il faut réserver votre place en envoyant un email directement a la galerie : lp@galeriemarquardt.com

Comment?

Pour toutes questions logistiques, tarifaires, métaphysiques, de réservations, de tapis de yoga, de politique européenne ou d’histoire de l’art, merci de contacter directement la galerie. Je ne suis pas l’organisatrice de ces cours, j’ai juste la grande chance de pouvoir les donner dans ce lieu exceptionnel. Les gens de la galerie sauront répondre à toutes les questions précédentes.

VENEZ FAIRE DU YOGA DANS UNE GALERIE D’ART AVEC MOI

« KNOW WHO YOU ARE »

wpid-picsart_1436266528431.jpg

Regardez cette image. Qu’y voyez-vous? Des corps allongés?

Faux. Vous voyez 8 super héros en pleine digestion pranique.

Ces individus d’exception sont sortis de leur zone de confort en s’engageant à pratiquer leur yoga à 7h30, trois matinées consécutives pendant deux semaines. Mais ce n’est pas tout, ils ont aussi fait l’effort de mémoriser les séquences de base de l’ashtanga yoga, d’être précis et juste dans ce qu’ils font pour ne tirer que le meilleur d’un système de yoga exigeant.

Sans démonstration de force, ni de pieds derrière la tête, Ils ont poussé l’expérience d’eux-mêmes plus loin. Comment ? Par un effort de présence au souffle et de bienveillance avec leur corps.

Hier, j’ai regardé le dernier épisode de la saison 2 de Penny Dreadful. Une phrase clé revient a deux reprises dans cet épisode : « Know who you are » (« Reconnais qui tu es ») et je n’ai pas pu m’empêcher de penser au groupe de personnes qui ont fait ce stage d’initiation à l’auto-pratique d’ashtanga.

Dans l’épisode en question, cette phrase fait presque office d’incantation libératrice au moment où un personnage est sous l’emprise d’une force (maléfique cela va sans dire) qui compte le faire agir contre son propre intérêt. Sur un tapis de yoga et dans la vie, qu’est-ce qui nous fait agir contre notre propre intérêt ? Le manque de confiance en soi, les certitudes absolues, l’absence de sensibilité, le manque de présence, l’attachement au résultat, vouloir plaire, refuser d’évoluer, se répandre, se figer. Reconnaitre qui on est c’est entrevoir ce que l’on est sans chercher a distinguer ce qui est un défaut de ce qui est une qualité, ce qui est une force de ce qui est une faiblesse. On est tout à la fois. Reconnaitre qui on est c’est d’abord se rencontrer, s’observer et faire preuve de discernement pour déceler les dynamiques qui nous animent. Quelles sont celles qui me font devenir le meilleur de moi-même? C’est cela même que je choisis d’être.

Sur ces six séances d’auto-pratique, des questions ont été posées et les corps ont parlé leur langage subtil. Chaque participant a reconnu qui il était. Et l’aventure ne fait que commencer!

Je l’ai exprimé sur Facebook et je le réitère sur le blog, je suis très honorée d’avoir accompagné ce groupe dans leur initiation a l’auto-pratique d’ashtanga. Merci Laurence, Sylviane, Cristina, Christophe, Samia, Noemie, Marie et Audrey.

« KNOW WHO YOU ARE »